Apple : saga america

C’est une success story comme l’Amérique les aime. Celle de deux jeunes étudiants passionnés, Steve Wozniak et Steve Job (5) qui ont fondé il y a trente ans Apple. Le 1er avril 1976 les deux étudiants revendent un minibus Volkswagen et une calculatrice. Avec 1300 dollars en poche, ils entament une véritable aventure. Steve Jobs, de retour d’un voyage en Inde, travaille pour le fabriquant de jeux vidéos Atari et s’associe à Steve Wozniak pour fabriquer, dans un garage, l’Apple I. Vendu 666,66$, ce premier ordinateur individuel s’arrache litrallement. Avec l’argent gagné par l’Apple I, les deux hommes conçoivent l’Apple II (1) comme l’ordinateur utilisable par tout le monde.
Aucune banque ne voulant financer le projet, c’est une connaissance de Jobs qui apportera les 250000$ nécessaires en 1977. Le succès de l’Apple II, premier ordinateur à affichage couleur, est fulgurant. Apple prend alors son logo : une pomme en hommage à Isaac Newton. En 1979 sort l’Apple II + puis l’Apple III et l’AppleIII +. En 1979 toujours, Steve Jobs visite le Xerox Parc et a la formidable intuition que les prochains ordinateurs fonctionneront avec une interface graphique.Malgré les échecs de l’AppleIII et de Lisa, Apple rebondit avec le Macintosh (2) dévoilé en janvier 1984 lors du Super Bowl. Pour cet ordinateur tout en un avec souris, c’est le succès : 100000 unités vendues en six mois.
Chute et renaissance avec l’iPod
Mais Apple, au contraire d’IBM, refuse des clones de Macinstosh. Résultat : une perte inexorable de parts de marchés. Steve Jobs quitte la société en 1985; les nouveautés se font rares tandis que Microsoft et son Windows gagnent du terrain. Les licenciements chez Apple s’enchaînent, les PDG se succèdent ; les erreurs stratégiques aussi. En 1997, Steve Jobs revientcomme PDG « intérimaire.» Les fans d’Apple y voient le signe d’un renouveau. Celui-ci viendra de l’iMac (4, 6) en 1998. Avec un design inédit de Jonathan Ive et des couleurs acidulés face à des PC ternes, l’iMac est un succès : 8000000 unités vendues en 1998. Le portable iBook suit la même voie. Apple renoue avec le succès et avec l’innovation : ordinateurs et système d’exploitation MacOS puissants, etc.
La 2e génération d’iMac, abordable et performante, confirme le renouveau. Steve Jobs joue alors un coup de maître en avril 2003 avec l’iPod (3, 7), un lecteur de fichiers numériques musicaux MP3, couplé au logiciel et magasin en ligne iTunes. Succès fulgurant : 14 millions d’unités vendues. Grâce à l’iPod, Apple – dont les ordinateurs représentent 2 à 2,5 % du marché – réussit sa diversification. Elément capital, l’iPod va conditionner la stratégie d’Apple dans la conquête du grand public pour les loisirs numériques (audio, video, téléphonie) des mois à venir.

0 commentaires: