Voitures pleines de puces

Le Mondial de l’Auto qui se tient à Paris démontre plus que jamaisle mariage entre l’informatique et la voiture : tout un stand est réservé, pour la première fois, à l’électronique embarquée. Longtemps annoncées comme étant pour l’auto de demain, les nouvelles technologies sortent de plus en plus vite des prototypes pour la voiture de monsieur tout le monde.
Les voitures se parlent. Tous les constructeurs ont développé des technologies visant à sécuriser la conduite. Les autos se dotent ainsi de nombreux capteurs. Toutes les technologies illustrées ci-contre sont déjà opérationnelles. Mais, surtout, la voiture «communicante» que l’on connaît aujourd’hui – celle dotée du Bluetooth pour le téléphone mobile et d’un récepteur GPS – va connaître un spectaculaire bouleversement avec la possibilité de communiquer… avec les autres voitures et… avec la route.
Concernant le dialogue entre autos (vehicle to vehicle ou V2V), BMW a déjà présenté une berline capable d’avertir les voitures qui la suivent d’éventuelles altérations de la chaussée.General Motors a imaginé «sixième sens»: une lumière clignote dans votre rétroviseur extérieur pour vous avertir qu’une voiture va vous doubler! Reste le problème de l’interopérabilité de tous ces systèmes.
Concernant la communication entre la route et la voiture, l’on connaît déjà l’alerte de franchissement de ligne continue, disponible entre autres chez Citroën. Mais les chercheurs vont plus loin. Aux États-Unis, pays des interminables highway, on réfléchit à des convois routiers de poids lourds guidés par le seul camion de tête. Mieux, il y a déjà eu des expérimentations de bus sans conducteurs; les véhicules étant guidés par des pistes magnétiques intégrées à la chaussée. Le hic, c’est que les investissements dans les infrastructures pour arriver à la voiture sans conducteur seraient très chers.
Internet et télé. Au-delà des questions de sécurité, l’électronique embarquée trouve un champ d’applications pour tout ce qui concerne le confort et l’agrément à bord. Pour faire patienter les chères têtes blondes sur le trajet des vacances, le multimédia vient au secours des parents. d’ores et déjà, le DVD a fait son entrée dans l’habitacle, sous forme de kit bon marché à installer soi-même, ou, mieux, sous forme d’option (les écrans plats LCD sont intégrés aux appuis-tête ou au plafond). Prochainement, c’est la télévision TNT qui va embarquer dans les autos. La technologie est prête. Le constructeur Archos propose déjà un baladeur multimédia capable de capter la télé dans une voiture qui roule. La société française DibCom propose, pour 800 €, d’équiper les voitures avec un décodeur TNT et une antenne afin de capter la TNT – dans les zones couvertes – en roulant jusqu’à 200 km/h. Enfin, ultime étape pour la voiture connectée: internet. Ici, il sera moins question de surfer sur le net et d’envoyer des e-mails – quoique ces usages devraient être possible – mais plutôt de pouvoir télécharger des informations utiles (restaurants, hôtel, parking, stations services), plus détailles et actualisées que celles que peuvent fournir certains GPS.

Le GPS
Véritables stars, les récepteurs GPS portables sont moins chers (dès 19€) et plus performants. Cartographie de la France ou de l’Europe, points d’intérêts, liste des radars : ce sont de véritables compagnons de voyage.
Le Bluetooth
Directement installés par les constructeurs, l’équipement Bluetooth permet de téléphoner en profitant de son système audio. Des kits dès 100€ à installer soi même permettent de faire de même.
Les DVD
En attendant la démocratisation de la TNT, les écrans LCD envahissent les habitacles. Chers lorsqu’ils sont proposés en option par les constucteurs,ils se trouvent en kits (lecteur et deux écrans) dès 230€.

0 commentaires: