La folie des grandeurs

En portant son choix, lundi dernier, sur l’américain Thom Mayne pour la construction d’un gratte-ciel de 300 mètres de hauteur baptisé la tour «Phare» à La Défense (lire ci-dessous), Unibail vient de remettre Paris dans le rang des capitales qui, toutes, n’ont pas hésité à faire le choix de construire des buildings. De Londres à Amsterdam, de Shangaï à New York, de Tokyo à Kuala-Lumpur, les métropoles misent sur des gratte-ciel. Des gratte-ciel plus nombreux donc, plus hauts aussi avec une course vers le kilomètre de hauteur et, surtout, plus écolos.
Plus que jamais, les cabinets d’architectes prennent en compte la dimension écologique et de développement durable, que ce soit dans le process de construction, la nature des matériaux utilisés et le fonctionnement de ces immeubles géants une fois achevés. La future tour parisienne qualifiée par son architecte de «green building» (immeuble vert) sera par exemple couronnée d’éoliennes qui participeront à l’alimentation électrique du bâtiment. La façade sera à double peau pour assurer une ventilation naturelle afin de réduire les consommations énergétiques. Prouesses du génie civil pour résister aux vents comme aux séismes, ces buildings géants deviendront ainsi de véritables villes dans la ville.La tour Burj Dubaï aux Émirats arabes Unis, actuellement en cours de construction (photo ci-contre) atteindra, en 2008, 805 mètres de hauteur avec ses antennes pour 162 étages. La Millenium tower, un projet que Norman Foster – l’architecte du viaduc de Millau – caresse depuis 1989, sera le plus haut immeuble du monde au large de Tokyo. 840 mètres, 170 étages, divisée en six «Skycenters», la Millenium tower accueillera 52000 personnes.
Villes du futur
Logements, bureaux, commerces, hôtels, école, etc. Tout sera à portée dans ces immeubles-villes dont on pourra ne pas sortir si l’on veut. Ces concentrations de population dans des villes truffées de réseaux de télécommunication et de caméras de surveillance soulèvent aussi des questions d’organisation que l’on peut d’ores et déjà se poser sans attendre ces grands buildings.Ainsi à Paris début novembre s’est tenu le colloque «Ville 2.0» en référence au Web 2.0 (ce concept qui recentre l’information et les services internet autour de la personne).
Mobilité, réseau social de proximité, Wifi, nouveaux services, etc. «L’internet et le numérique ne sont évidemment pas à l’origine de toutes les transformations de la Ville, ni les seules solutions à ses difficultés. Mais on les rencontrera à l’intérieur de presque toutes les nouvelles pratiques urbaines, et de presque toutes les réponses innovantes aux défis que rencontrent les villes. Cette ville 2.0 n’existe encore pas tout à fait, mais partout, elle se prépare», concluait le colloque. Innovation dans les bâtiments et dans l’organisation de la cité, telles seront les villes du futur.

Paris aura sa tour en 2012
Architecte déconstructiviste et lauréat du prix Ptrizker 2005 (le Nobel de l‘architecture), choisi parmi dix candidats, Thom Mayne, 62 ans, et son agence Morphosis, pour leur premier projet en France, vont donc transformer la physionomie de La Défense, le quartier d’affaires de Paris. À côté de la Grande Arche et du CNIT, s’élèvera donc en 2012 la tour Phare presque aussi haute que la tour Eiffel. D’un coût de 800000 €, elle offrira 130000 m2 de bureaux mais aussi des espaces publics (belvédère, restaurant). «Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un plan de renouveau qui prévoit de nouvelles constructions pour un total de 450000 m2 d’ici 2013», indique Bernard Bled, directeur de l’EPAD, qui gère l’aménagement de La Défense.

100000 habitants, 1,22 km de haut
Le record mondial de hauteur de 504 m, établi à Taïwan par la tour Taï-Peï 101 ne mettra pas longtemps à tomber. Dans cette course à la hauteur, la Freedom Tower de New York affichera près de l’emplacement de l’ex-World Trade Center 524 mètres. La tour Burj Dubaï sera à 705 m (805 en comptant les antennes) en 2008. Le projet de Norman Foster à Tokyo atteindra 840 m. Mais c’est bien à Shangaï que le kilomètre de hauteur sera dépassé avec la Bionic Tower. Prévue pour être construite entre 2015 et 2020, cette tour mesurera 1228 m et offrira 300 étages… Cette cité verticale construite sur une île artificielle accueillera 100000 habitants sur 2 millions de km2.

0 commentaires: