Il n'y a pas si longtemps, parler d'ultraportable familial relevait de l'incongruité. Et pourtant, les constructeurs - surfant sur l'intérêt du grand public pour l'informatique et l'envie d'être connecté à internet partout - inscrivent désormais à leur catalogue des machines de petite taille, de bonne autonomie, de performances correctes et, surtout, à des prix enfin abordables. Premier à se lancer, Packard Bell qui propose son EasyNote BU45. Écran 12 pouces, lecteur d'empreintes digitales, lecteur-graveur de DVD, webcam, 120 Go de disque dur, 1,9 kg et un prix de 999 € ! Mais avec moins de 2 heures, l'autonomie ne suit pas. A contrario, le dernier et très design Sony, le VAIO G11 (photo), qui affiche un poids ridicule de 1,1 kg, lecteur-graveur de DVD compris, offre une autonomie qui peut atteindre… les 9 heures non stop ! Le prix est à l'avenant : quelque 2 600€. Entre les deux, toute une série de portables de nouvelle génération font leur apparition à des tarifs de plus en plus abordables. On peut citer dans la famille Asus, la chic série S6 au revêtement en cuir brun, rose ou blanc, ou la série U1 à la coque laquée (2 000 € chacun). A voir également l'IBM X60 très autonome mais dépourvu de lecteur de DVD. Autre tendance : les ultraportables tablet, c'est-à-dire dont l'écran tactile peut pivoter et recouvrir le clavier pour se piloter avec un stylet. HP vient de casser les prix avec son tx1020, qui offre un équipement complet (webcam, lecteur d'empreintes, tuner télé TNT, etc.) à un prix doux (1 400 €). Même Philips, qui s'était retiré de l'informatique il y a quelques années, va revenir avec un ultraportable, le X59, à 699 € !
Internet >> Rsfblog s'associe à 20minutes.fr pour une revue de blogs internationale



Rsfblog.org, un site lancé par Reporters sans frontières en novembre 2007, s'associe aujourd'hui à 20minutes.fr pour proposer chaque semaine une revue de blogs internationale sur un thème d'actualité. Les billets des blogueurs sont traduits de leur langue d'origine (anglais, arabe, chinois, farsi, portugais, espagnol ou russe) en français et en anglais. Ils sont publiés intégralement, chaque mercredi en fin de journée, sur les deux sites partenaires (uniquement en français sur 20minutes.fr). En plus de cette revue de blog, nous effectuons une sélection de vidéos diffusées sur YouTube ou Dailymotion.
Source : Leblogmédias

Présidentielle >> "Pic exceptionnel" de la fréquentation des sites internet

L'OJD Internet, en charge de la certification et de la publication de la fréquentation des sites internet en France, a enregistré un "pic exceptionnel" de la consultation des sites d'information grand public lors du premier tour de l'élection présidentielle. Lemonde.fr a enregistré 2,1 millions de visites le dimanche 22 avril, en hausse de 127% par rapport au dimanche précédent et 2,2 millions de visites le lundi 23 avril, en hausse de 50% par rapport au lundi précédent. Le groupe Figaro nouveaux médias a enregistré 936.671 visites le dimanche (+91%) et 1 million de visites le lundi (+47%), tandis que Liberation.fr en a enregistré 440.488 le dimanche (+128%) et 573.761 le lundi (+65%). Nouvelobs.com a enregistré 393.912 visites le dimanche (+88%) et 368.944 le lundi (+20%), 20minutes.fr 213.412 le dimanche (+183%) et 183.127 le lundi (+14%) et Lexpress.fr 186.775 visites le dimanche (+127%) et 229.398 le lundi (+53%).
Source : AFP


Internet >> Quand la télé-réalité s'allie à l'internet pour choisir le politicien idéal

Un producteur américain d'émissions de télé-réalité à succès s'est associé avec le site de socialisation MySpace pour créer un "reality-show" politique qui alliera le virtuel et le réel avec l'objectif de dénicher la personnalité politique idéale. Alors que la "vraie" campagne présidentielle américaine battra son plein, une émission de télé-réalité politique devrait être diffusée chaque semaine entre janvier et mai 2008 sur une chaîne américaine et relayée sur l'internet grâce à MySpace. Mark Burnett, producteur des succès télévisés comme "Survivor" et "The Apprentice", s'est allié à MySpace qui revendique quelque 135 millions d'abonnés essentiellement des jeunes, pour créer cette émission baptisée "Independent" (Indépendant). Les candidats seront choisis parmi des téléspectateurs qui se seront présentés dans des vidéos diffusés sur MySpace. Ils devront communiquer quotidiennement avec leurs partisans et leurs détracteurs. "Dans la plupart des émissions (de télé-réalité) les participants vivent dans une bulle. Dans celle-ci vous aurez besoin de vous construire une communauté de partisans tout comme le font Hillary Clinton, John McCain et d'autres vrais candidats. Quand l'émission télé sera terminée, la campagne continuera" sur l'internet, a expliqué à l'AFP le vice-président pour la communication de MySpace Jeff Berman. Les candidats vont exprimer leur points de vue, présenter leur programme, entretenir leur popularité sur le site de MySpace. Téléspectateurs et internautes pourront voter soit en ligne soit par téléphone. Chaque semaine un candidat de "Independent" sera éliminé, expliquent les promoteurs du projet.
Source : AFP.


Internet >> Les entreprises incitées à être présentes dans le monde virtuel



Une majorité d'internautes et les principales sociétés mondiales seront présents, d'ici 2011, dans un monde virtuel du type de "Second Life", selon une étude publiée mercredi par le cabinet d'analyste Gartner qui conseille aux entreprises "d'expérimenter" cette tendance mais avec prudence. Quelque 80% des internautes et les 500 premières sociétés au niveau mondial auront une "seconde vie" mais pas nécessairement sur "Second Life", l'univers virtuel le plus connu actuellement, a estimé le cabinet américain dans un communiqué. Gartner conseille aux entreprises "d'enquêter et d'expérimenter cette tendance mais en limitant les investissements financiers jusqu'à ce que les environnements se stabilisent et deviennent matures".
Source : AFP


Et si l'on redécouvrait la fonction première d'un téléphone portable, à savoir la faculté de… téléphoner. Avec le déferlement de mobiles high tech, on l'avait, en effet, presque oubliée tant les constructeurs d'appareils font la course aux caractéristiques : appareils photos numériques, lecteurs de fichiers musicaux MP3 ou vidéo DiVX, agenda, GPS et très bientôt télévision numérique terrestre…

Devant ces monstres plus puissants que les ordinateurs dernier cri d'il y a quelques années encore et toujours plus chers - jusqu'à 900 € pour le dernier Nokia N95 - le consommateur néophyte était pour le moins dérouté. Heureusement, les opérateurs et les constructeurs ont décidé de répondre à ses soucis.

Il y a quelques mois déjà, SFR avait commercialisé une offre « Simply » disponible avec deux combinés à la navigation simplifiée. Aujourd'hui, si les constructeurs bataillent sur les mobiles haut de gamme, ils ont inscrit à leur catalogue des mobiles d'entrée de gamme à prix cassés : moins de 100 € sans souscription d'abonnement.

MENU VOCAL ET FORTE AUTONOMIE

Le meilleur exemple revient à Motorola qui vient de sortir son Motofone F3 pour… 50€. A ce prix-là, pas d'écran couleur, pas de connexion GPRS, pas de Wap, pas de bluetooth, pas d'appareil photo, pas de possibilité d'envoi de MMS, pas de jeux. E n revanche, dans un design très réussi et dans l'air du temps des mobiles ultrafins, on a un téléphone de 68 g avec une autonomie en veille de 300 heures et en communication de 500 minutes. De tels résultats sont notamment possibles grâce à la technologie employée pour l'écran : « electrophorétique » que Motorola a appelé « ClearVision. » Cet affichage en gros caractère blanc sur fond noir est lisible sous tous les éclairages et même en plein soleil. Autre fonction inédite, chaque fonction du menu est annoncée vocalement.

Autant d'atouts qui séduiront ceux qui ne veulent que téléphoner, ceux qui cherchent un mobile de secours et tous ceux, notamment les seniors, que rebute la technologie.

Internet >> Le Télégramme lance un "JT Web" sur son site internet



Le quotidien Le Télégramme lance mardi sur son site internet un mini journal vidéo d'informations locales et régionales réalisé par la rédaction, une première dans la presse quotidienne d'information régionale selon la direction. Baptisé "JT Web", ce flash d'information vidéo de 5 à 7 minutes sera mis en ligne tous les soirs à 17H00 du lundi au vendredi, a indiqué Olivier Clech, rédacteur en chef du Télégramme chargé du multimédia.
Ce mini "JT" sur internet sera présenté alternativement par quatre journalistes de la rédaction du quotidien breton qui ont été spécialement formés. Il comportera dans un premier temps un reportage régional quotidien réalisé par un JRI - le seul recrutement effectué par le Télégramme - mais devrait s'étoffer à partir de l'été avec des reportages vidéo tournés par les rédactions locales du journal, a précisé M. Clech. Le contenu de ce journal vidéo, qui ne comportera pas d'actualité nationale ou internationale dans un premier temps, sera "complémentaire" de celui du quotidien et de son site internet www.letelegramme.com, a expliqué M. Clech. "Nous voulons organiser une convergence des nouveaux médias autour de la rédaction du journal papier", a-t-il ajouté. Le Télégramme, basé à Morlaix et diffusé sur le Finistère, le Morbihan et les Côtes d'Armor, a enregistré en 2006 une diffusion payée de 200.000 exemplaires, en hausse pour la cinquième année consécutive.
Source : AFP


Internet >> De l'info sur Myspace

Ça y est. MySpace vient de lancer son site d’information . Comme prévu, il s’agit d’un mélange de Google News et de Digg. Ce lancement avait été annoncé début mars grâce à une indiscrétion dont j’avais rendu compte sur Transnets . Les informations proviennent de sites spécialisés (New York Post, par exemple, des blogs, etc.). Elles sont (pour le moment en tous cas) sélectionnées par le système et pas par les usagers qui peuvent cependant voter pour elles: 5 marionnettes au lieu des pouces levé ou baissé de Digg.
Source : Transnets




Presse
>> Le papier électronique pour Les Echos

Après des débuts plus que chaotiques, l'e-paper revient sur le devant de la scène. En France, le quotidien Les Echos inaugure sa version électronique à la fin du mois, une première pour un journal français. Moyennant une souscription et l'achat d'un lecteur spécifique, les abonnés à la version e-paper pourront, dès 4 heures du matin, télécharger l'ensemble de l'actualité traitée par les Echos complétée au fil de la journée par des mises à jour. Trois formules sont proposées : la première, à 365 € ( le prix de l'abonnement Web tandis que l'offre pour le journal papier s'élève à 416 € par an), pour ceux qui possèdent déjà un lecteur de e-paper - dans un premier temps, seuls les Sony Reader et i-Rex seront compatibles. Les deux autres formules comprennent l'achat d'un appareil en sus de l'abonnement. Le quotidien propose le Stareread (600 € HT avec l'abonnement mais sans les frais de port), conçu par la société Ganaxa, et l'Iliad d'i-Rex (700 € Ht, abonnement compris mais sans les frais de port). Le premier, léger et guère encombrant, dispose d'un écran 6 pouces et d'une mémoire de 64 Mo extensible via des cartes SD ou MMC. La connexion avec le micro s'effectue uniquement par USB. Le second est certes plus massif mais bien plus complet. Son écran 8 pouces est tactile et le contenu peut être aussi bien transféré par USB que par WiFi.
Source : Le Monde informatique


Etats-Unis >> Le journalisme citoyen pour Virginia Tech

Les médias d’informations professionnels ne peuvent plus se passer des amateurs. C’est ce que nous ont montré de façon péremptoire les nouvelles que nous avons vues, lues ou entendues à propos de la fusillade meurtrière du Virginia Tech. Ce sont les étudiants qui ont fourni en direct les témoignages les plus poignants, les images les plus proches de l’évènement lui-même. Les quelques secondes filmées par Jamal Albarghouti, un étudiant d’origine palestinienne, ont été vues près de 2 millions de fois sur CNN en huit heures.
Source : Transnets


Les smartphones ont le vent en poupe et l'arrivée prochaine d'Apple sur ce créneau avec son très attendu iPhone annoncé pour le 11 juin aux États-Unis (lire ci-contre) confirme que ces appareils jusqu'alors très prisés par les cadres partent à l'assaut du grand public.

Un smartphone késako ? C'est un peu le couteau suisse du téléphone portable. Les fonctions sont, en effet, tellement nombreuses qu'elles feraient presque oublier que l'appareil permet aussi… de téléphoner. Le smartphone fonctionne, en effet, avec un système d'exploitation comme un ordinateur personnel. On trouve ainsi Symbian, le leader, porté notamment par le n° 1 mondial Nokia ; Microsoft avec Windows Mobile dont la version 6 vient de sortir ; ou encore Blackberry. Ces systèmes d'exploitation permettent d'avoir dans ces appareils des applications bureautiques (agenda, traitement de texte, tableur, prise de note, calculateur, etc.) ; des applications multimédias (lecteur MP3, lecteur de vidéo Divx) ; des applications de communications (SMS, MMS, E-mail, Wap, web) et aussi une multitude d'utilitaires gratuits ou payants disponible en téléchargement sur le net.

Surtout, ces derniers mois, les smartphones se sont dotés de fonctions plus ludiques à même d'intéresser tout un chacun : appareils photos numériques à la résolution toujours croissante ; compatibilité avec les réseaux Wifi, 3G et HSDPA pour surfer sur le net plus vite et profiter de la visioconférence ou de la téléphonie par internet aux tarifs bon marché ; système intégré de GPS avec info-trafic intégré, etc. Seul hic, ces appareils sont très chers et peuvent atteindre, pour les plus complets, jusqu'à 800€… soit le prix d'un ordinateur portable d'entrée de gamme.

Les opérateurs de téléphonie mobile ont donc concocté des offres sur-mesure pour le grand public où les terminaux, grâce à une conséquente subvention, atteignent enfin des tarifs abordables. Et les opérateurs mobiles virtuels (ceux qui louent les réseaux des trois grands Orange, SFR et Bouygues) s'y sont mis aussi, comme Ten Mobile qui propose une offre Net Power à 9,90 €/mois sans forfait voix mais avec l'e-mail illimité et le tchat MSN.

A LA UNE >> Le site du journal fait peau neuve


Le site de La Dépêche a subi un lifting important la semaine dernière. Lancé en 1998, le site web du journal disposait d'une mise en page dépassée avec des codes couleur qui n'étaient plus dans l'air du temps.
Depuis quelques jours, place à un site plus clair, plus simple, plus lisible et mieux structuré. L'ensemble des pages du site sont sur fond blanc. Les intitulés de rubriques sont en rouge ou en bleu. Autant que faire se peut, chaque article mis en ligne - qu'il s'agisse de la reprise d'un article publié le matin dans les éditions papiers ou d'articles spécialement rédigés par la rédaction web - est doté d'une photo. Un fil d'informations en continu "Dernière minute" est créé en tête de la première page ; fil qui contiendra des informations internationales, nationales, régionales ou locales. Les blogs s'enrichissent également avec un nouveau venu, celui de la pétanque dans le Grand Sud. Enfin, la partie élections poursuit son développement et se prépare au premier tour de l'élection présidentielle avec la mise en ligne de certains résultats dès le soir du premier tour.
Ce lifting du site web sera le dernier avant que La Dépêche ne bascule sur un tout nouveau site amené à devenir, en juin prochain, le premier portail d'informations et de services du Grand Sud.
A voir sur : www.ladepeche.com


Internet >> Reporters d'Espoirs: 1ère agence d'informations "porteuses de solutions"

L'association Reporters d'Espoirs a lancé, le 10 avril sur Internet, une agence d'informations "porteuses de solutions" sur des enjeux majeurs comme la santé, l'emploi et l'environnement.La plateforme (www.reportersdespoirs.org) de l'association offrira un accès au portail de l'agence d'information Reporters d'Espoirs au grand public, aux médias et institutionnels. Cette agence a pour vocation d'offrir "une base d'informations sur des initiatives associatives ou individuelles répondant à des grandes problématiques de l'actualité", selon Christian de Boisredon, co-président et co-fondateur de Reporters d'Espoirs. "La pression événementielle est très forte, et les journalistes n'ont pas toujours le temps de s'intéresser à ce genre d'informations", a expliqué Patrick Busquet, journaliste et directeur général de l'agence Reporters d'Espoirs. Le concept s'appuie sur un partenariat d'échange de services entre les médias et l'agence. Les médias auront accès gratuitement à sa base d'informations et devront en contrepartie fournir un accompagnement rédactionnel de l'édition du magazine annuel Reporters d'Espoirs (6 euros en kiosque). Les entreprises, les collectivités et les institutionnels devront payer un abonnement annuel de 5.900 euros (hors taxes) pour avoir accès aux services de l'agence. Dans le cadre de partenariat, TSN Media Intelligence, leader européen de la revue de presse, fournit à l'agence une revue de presse hebdomadaire thématique et assure une veille médias sur 650 titres de la presse francophone. Le groupe Hervé a créé et assurera le développement de la plateforme internet. L'agence compte six salariés, dont cinq journalistes, et une cinquantaine de bénévoles. Elle est soutenue par deux mécènes fondateurs, les assurances mutualistes MMA et le groupe Caisse d'Epargne, chacun ayant versé 200.000 euros pour son financement sur les deux premières années. A terme, les internautes auront un accès gratuit aux informations de l'agence, six mois après leur publication.
Source : AFP.

Internet-vidéo >> Festival de Cannes: un album de souvenirs à feuilleter sur internet


Les internautes peuvent feuilleter l'album de souvenirs du Festival de Cannes, qui fêtera sa 60e édition en mai, sur un site internet riche en images et vidéos de moments d'émotion, des montées des marches les plus glamour aux remises de prix les plus polémiques. L'Institut national de l'audiovisuel (Ina) et le Festival de Cannes se sont associés pour lancer jeudi le site interactif "Chroniques d'un festival", qui propose, en français et en anglais, plus de 1.500 documents audiovisuels et sonores, retraçant l'histoire du grand rendez-vous annuel du cinéma mondial. En cliquant sur une fresque chronologique en images qui va de 1946, année de la création du festival à 2006, l'internaute accède à des reportages, des extraits de journaux télévisés et des interviews de stars.
A voir sur : www.ina-festivaldecannes.com
Source : AFP.

Internet-presse >> La rédaction du magazine "ça m'intéresse" a son blog

Les journalistes du magazine Ca m'intéresse animent désormais un blog quotidien sur le site (www.caminteresse.fr), proposant aux internautes de découvrir leurs coups de coeur, les images insolites, etc. Les internautes peuvent aussi participer aux sondages et forums liés aux dossiers en couverture du périodique.
Source : AFP.





Internet
>> Appel d'internautes pour un débat sur le net avant le premier tour

L'Agence France-Presse (AFP) et Google ont signé vendredi un accord de partenariat qui prévoit la fourniture rémunérée d'informations AFP (textes/photos) en ligne et met un terme aux actions en justice lancées par l'agence de presse contre le moteur de recherche aux Etats-Unis et en France en 2005. "L'AFP et Google ont signé un accord de licence qui permettra l'utilisation de contenu AFP en ligne d'une manière nouvelle et innovante et qui améliorera considérablement l'accès par les internautes aux informations des agences de presse", ont annoncé les deux sociétés. "Ce nouveau partenariat permettra aussi au contenu AFP d'être facilement accessible via les services de Google, et en particulier sur Google Actualités", ont-elles précisé. L'Agence France-Presse avait porté plainte en mars 2005 aux Etats-Unis et en France contre Google pour violation des règles de protection du copyright à la suite de l'utilisation sans son accord de photos et textes d'information. .
Source : AFP.


Nouveau
>> L'agence Naja Presse lance deux quotidiens électroniques

L'agence de presse NAJA, dirigée par Jacques Moulins, lance deux nouveaux quotidiens d'actualité sur le web : www.innovationlejournal.com et www.developpementdurablelejournal.com. Le premier s'intéresse, comme son titre l'indique, à l'innovation et le second au développement durable. Chaque site propose une newsletter.
Source : CategoryNet

Internet-Diffusion >> Lekiosque.fr, le portail de presse numérique

Lekiosque.fr ouvre ses portes et propose actuellement une dizaine de titres de presse à lire en ligne. Lekiosque.fr entend fédérer sur sa plate-forme l'intégralité de la presse française et internationale. A la différence des autres kiosques numériques, tous les éditeurs de presse sont invités à diffuser gratuitement leur titre sur lekiosque.fr.
Source : CategoryNet

Internet-Journalisme >> Des journalistes du NouvelObs dans Second Life

Doan Bui, journaliste au service Economie du Nouvel Observateur, a créé un blog, hébergé par nouvelobs.com, sur sa vie dans Second Life (seconde vie, le monde virtuel créé sur internet. Nommée Doan Watanabe dans le jeu, elle a pour mission de s'essayer " au dur métier de reporter dans le pays du virtuel. Et construire le QG du Nouvel Obs, à l'image de l'agence Reuters qui a déjà dépêché un correspondant permanent...". D'autres journalistes du Nouvel Obs pourraient la rejoindre "sur place".
Source : Nouvelobs.com

Internet-Télévision >> TF1 se met au web 2.0 et au journalisme citoyen via son JT de 13h

Jean Pierre Pernaut, présentateur du JT de 13 heures de TF1 demandera Lundi aux téléspectateurs (soit plus de 7 millions de personnes) d'envoyer des vidéos amateurs sur la vie de leur village, de leur association ou des fêtes locales. Les téléspectateurs-internautes pourront envoyer leurs vidéos sur le site communautaire WAT (détenu par TF1) et certaines de ces vidéos pourront être mises en avant sur le site Internet du JT et quelques-unes pourront même être diffusées dans le journal télévisé.Photo Sharing and Video Hosting at PhotobucketTF1 et WAT reproduisent ici le concept développé par les principales chaînes d'informations américaines telles que CNN avec I-Report, MSNBC avec First Person et plus récemment Fox News avec UReport.TF1 souhaite ainsi booster l'audience de Wat qui revendique actuellement une audience de 600 000 visiteurs uniques par mois.
Source : L'observatoire des médias