Myspace veut faire tout pour la musique


Pour la première fois MySpace, le site web de réseau social, s'est déplacé dans la Ville rose pour organiser un concert dans le cadre de son programme "Me, MySpace and My band". Cinq groupes toulousains ont été sélectionnés par MySpace France selon des critères d'audience pour se produire sur la scène du Bikini, jeudi 16 octobre. Comme 300000 groupes en France (5 millions dans le monde), ces cinq formations (www.myspace.com/lekkcorchestra ; www.myspace.com/enterresousx ; www.myspace.com/lesptitsthommes ; www.myspace.com/khodbreaker ; www.myspace.com/pro7breaks) ont profité de MySpace comme d'une plateforme pour se faire connaître.

"Nous avons déjà organisé 25 concerts de ce type en France", se réjouit Olivier Hascoat, directeur général de MySpace France, interrogé par La Dépêche. "Notre idée est donner un tremplin à ces groupes régionaux qui ont entre 4 et 8000 fans autour d'eux sur MySpace."

Racheté par le groupe de Rupert Murdoch, News Corp., en juillet 2005, MySpace totalise quelques 230 millions d'utilisateurs dans le monde et réalise un chiffre d'affaires d'un milliard de dollars ; 95% de ces revenus provenant de six pays dont les Etrats-Unis et la France. La version française de MySpace, lancée en août 2006, affiche une fréquentation de 3,6 millions de visiteurs uniques par mois.
90% des artistes sont sur MySpace

"MySpace est connu pour faire émerger des groupes de musique, mais nous sommes aussi un réseau social à part entière", assure Olivier Hascoat. "A la différence de Skyblog qui s'adresse plutôt aux teen-agers ou de Facebook qui est un carnet d'adresse évolué, MySpace vise le public des 25-35 ans et leur offre un réel espace d'expression et de communication avec leurs amis. Sur MySpace on est vraiment connecté aux gens que l'on connaît", explique le directeur général.

Reste qu'au delà des outils, classiques, de blogs, de partage de photos ou de vidéos, MySpace reste résolument LE réseau musical sur lequel les artistes en herbe ou confirmés se plaisent à évoluer. "90% des artistes qui sont sous contrat avec des labels ou qui sont amateurs ont une page sur MySpace", assure Lucile Morin, directrice de la communication du site français. Les maisons de disques ne s'y sont pas trompées, qui souhaitent promouvoir leurs artistes, et de plus en plus de marques (Cartier, McDonald's, etc.) n'hésitent plus à payer pour avoir leur page sur MySpace et toucher ainsi de plus près la cible jeune qui boude souvent les autres médias.
Un nouveau service d'écoute et d'achat en 2009

De plus en plus, MySpace veut devenir un acteur essentiel de la musique. Aux Etats-Unis, en partenarit avec Amazon, un nouveau service vient d'être lancé. Un partenariat avec Universal, Warner, Sony-BMG et EMI permet aux internautes d'écouter en streaming les catalogues de ces maisons de disque ou bien d'acheter en les téléchargeant des fichiers MP3 sans DRM, ces verrous de protection qui provoquent parfois incompatibilité entre fichiers et baladeurs audio. Ce nouveau service, concurrent direct d'autres plateformes comme celle d'Apple iTunes music store, devrait arriver en France en 2009.

0 commentaires: