La guerre continue autour de l'iPhone


L'iPhone, le désormais célèbre smartphone d'Apple, s'offre comme une seconde sortie officielle en France ce mardi. En effet, longtemps chasse gardée d'Orange qui en avait négocié l'exclusivité pour cinq ans en 2007 avec la société de Steve Jobs, le téléphone mobile vendu à 810 000 exemplaires est disponible dès ce mardi chez SFR, puis à partir du 29 avril chez Bouygues Télécom. Telle est la conséquence de la décision du Conseil de la concurrence du 17 décembre, confirmée par la cour d'appel de Paris en février dernier, de casser l'exclusivité de l'opérateur historique ; une exclusivité qui, selon les sages, empêchait entre autres une baisse des tarifs.

De ce côté-là, cela risque d'être un peu la douche froide. Si Bouygues n'a pas encore dévoilé ses tarifs, ceux pratiqués par SFR sont quasi identiques à ceux d'Orange : 99 € ou 199 € selon le modèle d'iPhone avec abonnement. L'association de consommateurs UFC-Que Choisir, qui s'était associée à la saisine du Conseil de la concurrence, s'est dite hier « déçue » mais pas « surprise » de cette uniformité des tarifs que l'on explique chez SFR par les structures de coût de l'iPhone.

Ces tarifs, certes élevés, ne devraient toutefois pas atténuer l'engouement des Français pour ce mobile à écran tactile. Quelque 250 000 clients de SFR se sont inscrits sur le site web de l'opérateur pour être tenu au courant de la sortie de l'iPhone.

Bien que ses caractéristiques techniques ne soient pas du dernier cri, le téléphone d'Apple a bâti sa réputation sur sa facilité et son confort d'utilisation, notamment pour surfer sur internet. de fait, aux États-Unis, 50 % des connexions au web mobile se font à parti d'un iPhone ; et Apple, novice de la téléphonie il y a deux ans, se classe au 4e rang des constructeurs de smartphone, un créneau qui tire tout le secteur. Surtout, Apple capitalise sur son AppleStore, sa bibliothèque de milliers d'applications gratuites ou payantes.

C'est d'ailleurs bien sûr les services que va se jouer une nouvelle guerre. Orange et SFR ont ainsi déjà dégainé l'un après l'autre la TV sur iPhone. Et d'autres services devraient suivre.


"Notre objectif est de 800000 ventes d'ici fin 2010"

Depuis ce mercredi 8 avril, SFR commercialise l'iPhone. Le 2e opérateur mobile français a organisé mardi soir des avant-premières pour fêter l'arrivée du mobile d'Apple. Rencontre à l'Espace SFR de la place Esquirol, à Toulouse, avec Jérôme Richez, directeur des relations extérieures de SFR pour le Sud-Ouest.

Pourquoi faire des avant-premières pour l'iPhone ?

SFR a souhaité faire de la commercialisation de l'iPhone un moment festif en proposant des animations dans 9 Espaces SFR en France, ce mardi de 17 heures à 22 heures. 1000 de nos clients parmi les plus fidèles ont été conviés à cette soirée pour découvrir et acheter le mobile ; 80 à Toulouse. Cet événement est un beau moment de partage. Nos équipes prennent de le temps de discuter avec nos clients.

L'iPhone était-il très attendu par vos clients ?


Oui d'autant plus que SFR a été le premier à se positionner sur l'internet mobile avec ses forfaits Illimythics. Sur notre site web, nous avons recueilli 250000 inscriptions de personnes intéressées par l'arrivée de l'iPhone chez SFR. C'est vraiment un bel engouement. De plus, bien que nous ne commercialisions pas l'iPhone jusqu'à présent, nous avions constaté que 50000 clients utilisaient un iPhone sur notre réseau. Tout cela nous rend très optimiste sur les ventes du mobile d'Apple et nous tablons sur 800000 ventes d'ici fin 2010.

Comment se sont passées les relations avec Apple ?

Dès que l'exclusivité de vente de l'iPhone a été cassée, nous avons bien sûr immédiatement pris contact avec Apple. Nos relations sont excellentes car entre SFR et Apple, il y a des affinités culturelles, une vision commune de l'innovation technologique. C'est en raison de ses bonnes relations que nous avons pu sortir si tôt l'iPhone.

Propos recueillis par Philippe Rioux

0 commentaires: