Flipr, la start-up toulousaine qui connecte les piscines



Les objets connectés sont partout et devraient se multiplier dans tous les domaines de la vie quotidienne. Un nouvel exemple qui joint l'utile à l'agréable nous vient de la start-up toulousaine Flipr qui veut connecter les piscines. Un marché porteur puisque la France a le deuxième parc mondial de piscines privées, suivi de près par l’Espagne.

"Flipr est un objet connecté qui utilise des algorithmes prédictifs pour anticiper les réactions de l’eau. Grâce à cette innovation, l’utilisateur voit le coût d’entretien de sa piscine baisser, et a la garantie de nager dans une eau saine", explique a jeune société co-fondé en 2015 par Paul Costaseca, Sven Fonteny et Florent Vidal, et qui a été accueillie à l'IoT Valley à Labège près de Toulouse, l’incubateur spécialisé dans l'internet des objets.

Flipr se place dans la piscine. Les données prélevées sont analysées par des algorithmes développés avec des experts en biologie aquatique puis transformées en une information fiable, vérifiée, et claire que l’utilisateur n’a plus qu’à consulter sur son Smartphone via l’application dédiée. Flipr est ainsi capable d’anticiper des événements affectant le bassin (par exemple anticipation d’une forte hausse du taux de PH suite à une alerte canicule et au mode d’utilisation du bassin).

Des économies d'entretien
La capacité d’analyse et de prédiction de Flipr permet de diviser par 5 le temps d’entretien annuel d’un bassin. Il permet ainsi de réaliser jusqu’à 32% d’économies, soit en moyenne  223€/an, grâce à une meilleure utilisation des produits d’entretien, une meilleure gestion  de l’eau, et une optimisation du temps de fonctionnement de la pompe.

Une levée de fonds
Avant de lancer la commercialisation en 2017, la start-up a réalisé des test grandeur nature auprès de 20 testeurs dont la moitié de lza région toulousaine.
"Nous préparons une levée de fond via Wiseed, la plateforme de financement participatif basée à Toulouse. Cette levée permettra entre autres l’embauche de 3 collaborateurs d’ici la fin de l’année sur la région", se réjouit Paul Costaseca.

0 commentaires: