Voilà le Visage inconnu des Poilus de 14-18


C'est un projet aussi fou que passionnant et émouvant, humain et universel : donner un visage aux Poilus de 14-18 à partir de portraits de soldats de la Grande Guerre. A l'instar du soldat inconnu enterré sous l'Arc de Triomphe à Paris, voilà une autre façon d'honorer la mémoire des soldats morts au front.
C'est à l’occasion du Centenaire de l’Armistice que l’Historial de la Grande Guerre de Péronne donne vie à ce projet collaboratif numérique intitulé le "Visage Inconnu".

Portrait de synthèse

Ce projet, labellisé par la Mission Centenaire prend la forme d’un portrait, synthèse de milliers de visage humains, hommes et femmes, emportés dans le tourbillon de la Grande Guerre. Ces visages sont superposés les uns sur les autres pour ne former plus qu’un seul et même portrait universel : le "Visage Inconnu".
Ce portrait sera dévoilé le 11 novembre à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne, sous la forme d’une oeuvre numérique : les visiteurs pourront parcourir les dizaines de milliers de visages qui la composent.
Près de 10 mois de travail ont été nécessaire pour donner vie à ce projet pharaonique. Un algorithme développé spécialement à cette occasion pour créer une synthèse fidèle, permettra de faire évoluer ce visage à travers le temps en fonction des portraits d’archives qui continueront d’être récoltés.
Le projet a été mené avec l'agence créative FF Paris et pour la partie technologique avec le studio tech Merci Michel.

Plateforme interactive

Dès ce 8 novembre une plateforme interactive  dédiée  www.levisageinconnu.com permettra de découvrir "Le Visage Inconnuu" et quelques destins d’hommes et femmes, ayant marqué l’histoire de la Grande Guerre.
"Le site a vocation à fédérer les contributions mémorielles collectives et individuelles. Il sera continuellement enrichi de nouveaux portraits, modifiant, suivant la technique du morphing, Le Visage Inconnu. L'expérience se prolongera sur un compte Instagram dédié pour découvrir les visages, formats Stories et vidéos sur Facebook", explique l’Historial de la Grande Guerre de Péronne.


0 commentaires: