Coronavirus : le nombre d’utilisateurs d’un service payant de vidéo à la demande en hausse de 10 points

netflix


Confinés depuis le 17 mars et pour encore plusieurs semaines, les Français semblent s'être jetés sur les plateformes de vidéo à la demande, qui ont été enrichies le 7 avril par l'arrivée du géant Disney qui a lancé Disney+. Netflix, OCS, Amazon Prime Video, Apple TV+, MyCanal  les services sont de plus en plus nombreux dans le paysage audiovisuel et connaissent un véritable succès mesuré par le baromètre de la consommation des biens culturels dématérialisés en période de confinement, réalisé les 26 et 27 mars par l'Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet).

10 points de plus pour les abonnés aux plateformes de vidéo à la demande

Initié par l’Hadopi au titre de sa mission d’observation des usages sur internet, le baromètre sur" Les pratiques culturelles à domicile en période de confinement" révèle, en effet, que 46 % des internautes français déclarent accéder à un abonnement payant de vidéo à la demande (VOD) pendant la période de confinement, contre 36 % en 2019, soit un gain de 10 points.

hadopi

Le succès des offres spéciales confinement

Le baromètre permet, en outre, de constater que 78 % des internautes ont eu connaissance des offres spéciales mises à disposition, en raison du confinement, par les opérateurs en matière culturelle et que 30 % y ont eu recours. Mois offert chez OCS, Canal+ en clair jusqu’au 31 mars, etc. Parmi ceux qui disent avoir augmenté leur consommation d’offres culturelles en ligne sur la période, 37 % ont déclaré avoir eu recours à ces offres spéciales.

hadopi


Mais le piratage est encore bien là

Le succès des offres payantes n'empêche bien sûr pas le piratage de contenus. Les sites de streaming apparaissent privilégiés par 48 % des internautes ayant des pratiques de consommation illicite d’au moins un bien culturel, observe l'Hadopi. 34 % de ces consommateurs illicites ont recours à des convertisseurs, 23 % à des sites de téléchargement direct (direct download) et 14 % à des réseaux pair à pair (peer to peer).

hadopi


26 % des consommateurs illicites disent avoir augmenté leur consommation légale d’au moins un bien culturel sans augmenter leur consommation illégale. Si 69 % indiquent n’avoir pas changé la nature de leur consommation concernant les six biens culturels étudiés (musique, films, séries, jeux vidéo, livres et presse en ligne), ces consommateurs illicites sont 5 % à déclarer avoir augmenté leur consommation d’au moins un bien culturel.

Les biens culturels essentiels en période de confinement

Illicite ou licite, la consommation de biens culturels est en tout cas jugée primordiale en ce moment. 53 % des internautes français placent ainsi la consommation des biens culturels en ligne en tête des activités indispensables en période de confinement et 62 % des consommateurs de biens culturels déclarent en consommer plus qu’avant le confinement.

0 commentaires: