L’aéroport de Nice veut lancer des taxis volants en 2024 avec Volocopter

 

volocopter

Tout voyageur en avion le sait, la partie la plus pénible du voyage et celle qui fait perdre le plus de temps est le temps de liaison entre l’aéroport et le centre-ville. Que ce soit en taxi, en Uber ou par les transports en commun, c’est toujours très long. Pour remédier à cela les idées ne manquent pas mais la plus prometteuse semble être celle des taxis volants. Une flotte de ces gros drones autonomes – des e-VTOL (avions électriques à décollage vertical) – qui peuvent embarquer deux personnes permet de raccourcir les temps de trajets. 

Alliance de quatre aéroports

Mais les mettre en place demande d’importants investissements pour créer les infrastructures, au départ et à l’arrivée, et une adaptation de la législation. L’idée, qui a largement dépassé le stade de l’expérimentation avec plusieurs acteurs majeurs dont Airbus, fait en tout cas son chemin et devrait arriver en France à Nice. L’aéroport Nice-Côte d’Azur vent en effet de s’associer cette semaine avec les aéroports de Rome, de Venise, et de Bologne dans le projet Urban Blue pour la construction et la gestion de vertiports. 

« La société, qui sera ouverte à de nouveaux partenariats industriels, technologiques et financiers pour l’expansion progressive de la mobilité aérienne urbaine (MAU) dans différentes zones géographiques, outre l’Italie et la France, s’occupera d’étudier, de concevoir, de construire et de gérer les infrastructures », indiquent les aéroports partenaires, qui soulignent d’une part que « le potentiel de ce secteur est en forte croissance, avec une valeur de marché pour l’Europe estimée à plus de 4 milliards € d’ici 2030 et d’autre part que « L’acceptation croissante de cette technologie par le public, les avancées technologiques et les changements réglementaires en cours stimulent l’intérêt des investisseurs pour ce secteur. »

Airbus sur les rangs pour les JO de Paris en 2024

Urban Blue a noué en 2020 un partenariat industriel avec l’allemand Volocopter, première entreprise au monde à développer et à exploiter des avions e-VTOL pour le transport de passagers et de marchandises au sein des zones urbaines. « Le réseau initial de vertiports comprendra les zones de référence des partenaires fondateurs et pourra être étendu à d’autres zones géographiques présentant un intérêt. Le début des opérations à Rome, Nice et Venise est actuellement prévu pour 2024 », expliquent les aéroports partenaires. « En tant que gestionnaire d’aéroports situés sur un territoire enclavé, entre mer et montagne, au cœur de zones urbaines, mais aussi industrielles, le Groupe anticipe à court terme la diffusion de cette nouvelle forme de mobilité », explique Franck Goldnadel, directeur général d’Aéroports de la Côte d’Azur.

En 2024, un autre projet d’envergure avec des drones taxis devrait voir le jour à Paris à l’occasion des Jeux olympiques d’été. Airbus, Groupe ADP (Aéroports de Paris) et le groupe RATP ont signé en juin 2019 un partenariat pour étudier l’intégration des véhicules volants dans le transport urbain. Airbus développe des démonstrateurs de véhicules VTOL, Vahana et CityAirbus, 100 % électrique et zéro émission de CO2.