Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2012

Face aux fake news, les techniques de veille peuvent vous aider

Avis d'expert d'Arnaud Marquant, directeur des opérations chez KB Crawl SAS Les fake news n’ont de cesse de se développer : selon un récent sondage, 2/3 des Français y seraient sensibles. Face à ce phénomène, les techniques propres à la veille stratégique peuvent servir de grille d’analyse. Il y a quatre ans, l’immersion de la pandémie de Covid-19 s’est caractérisée par un vaste mouvement de désinformation sur les réseaux sociaux. Loin d’avoir disparu, celui-ci perdure en 2024, comme l’indique notamment l’étude récemment réalisée par Ipsos sur la désinformation qui touche actuellement la campagne électorale européenne. Selon cette dernière, 74 % des personnes interrogées estiment être capables de réaliser un tri entre vraies et fausses informations. Dans le même temps, 2/3 des personnes interrogées (66%) adhèrent à au moins l’une des fake news qui leur ont été présentées… Comment les Françaises et les Français peuvent-ils s’armer face aux phénomènes de désinformation qui frapp

Tribune libre. "Apple : la Cité interdite pour l'iPad ?"

Tribune libre par par William Lobelson et Julien Fiailletout -conseils en propriété industrielle au sein du cabinet Germain & Maureau La firme de Cupertino ne cesse de connaître des démêlés judiciaires autour de sa célèbre tablette. Déjà engagée dans une bataille juridique internationale contre Samsung au sujet du modèle (jugé trop proche) de la tablette Galaxy Tab et des brevets opposés en réplique par la société sud-coréenne, Apple est aujourd'hui dans la tourmente en Chine à cause de la marque iPad. Le premier écueil n'est pas nouveau et malheureusement propre à bon nombre de titulaires de marque souhaitant, tardivement, étendre leur protection à l'étranger, et notamment en Chine. Rappelons que, sauf cas particuliers, le droit à titre de marque est territorial, c'est-à-dire limité aux pays pour lesquels des formalités de dépôt ont été effectuées. Aussi, la marque doit être regardée comme une « sorte de visa » indispensable  pour la commercialisation de

Tribune libre. Les 3 cauchemars des chefs d'entreprise : le Cybercrime, la Consolidation, et le Cloud

Par le Docteur Wieland Alde, Directeur général EMEA de Barracuda Networks, suite à la Technical Conférence qui a eu lieu à Munich en Mai 2012. Les 3C : Cybercrime, Consolidation, Cloud sont les trois données essentielles pour les responsables informatique au travers le monde ! Le premier C, pour Crime - Il y a des gens vraiment mauvais partout ! Dans les années 90, la devise suivante sonnait vrai : « Pas d'Internet, pas de danger, la vie est magnifique ! » - 10 ans plus tard, la devise a déjà changé : « Internet c'est le mal mais est essentiel à nos vies, nous allons trouver des solutions pour contrôler tout cela ! ». Aujourd'hui c'est un tout autre paradigme : « Internet c'est toujours le mal, et nous ne pouvons pas le contrôler ! ». Il nous faut absolument repenser les choses, comment gérer la communication corporate et la circulation des données. Nous sommes tous influencés par différents facteurs et par nos expériences personnelles ! Un exemple : Même

Toulouse Métropole entièrement couverte par la fibre d'ici 2020

Dossier clé de la nouvelle ministre l'Economie numérique, Fleur Pellerin, la couverture de la France en très haut débit par fibre optique avance. Peu être trop lentement comme l'affirmait un récent rapport de l'Idate (Institut de l'audiovisuel et des télécommunications en Europe) ou plus sûrement comme l'indique l'Arcep. "Sur un an, les abonnements FttH (fibre jusqu'à l'abonné) augmente de 59 % (220 000)", indique le gendarme des télécoms dans son dernier Observatoire des marchés des communications électroniques publié le 31 mai. "Les opérateurs continuent à déployer des réseaux de fibre optique jusqu'à l'abonné (FttH). Au 31 mars 2012, 1 580000 logements étaient éligibles aux offres FttH, soit une hausse de 39 % en un an. Pour près de la moitié de ces logements (+182% en un an), au moins deux opérateurs sont en mesure de commercialiser des offres à très haut débit en fibre optique, grâce aux mécanismes de mutualisation prévus