Depuis mardi 26 septembre, date d’ouverture de madepeche.com, vous avez été des milliers à vous connecter pour faire partager vos informations,vos passions,vos bons
plans, vos coups de coeur ou vos coups de gueule ; donnant ainsi corps à une communauté de Dépêchenautes enthousiastes, curieux et dynamiques. Plusieurs d’entre vous nous ont interrogés par e-mail sur le fonctionnement du site. Nous vous rappelons que toutes les contributions sont acceptées, d’où qu’elles viennent, et, pour peu qu’elles soient conformes à notre charte de publication, elles seront publiées sur ce site internet et, le cas échéant, dans les éditions papier de La Dépêche du Midi avec le logo de madepeche.com. Les équipes de La Dépêche multimédia
améliorent jour après jour le site et très prochainement vous disposerez d’un
moteur de recherches et de la possibilité d’envoyer des vidéos.En attendant,n’hésitez surtout pas à nous envoyer vos photos et à parler du site autour de vous. Car madepeche.com, c’est vous.
L'ordinateur personnel (PC) vient de fêter ses 25 ans cet été; et le web d'internet ses 15 ans. Il est pourtant un anniversaire presque passé inaperçu: celui du disque dur, matériel pourtant capital dans l'industrie de l'informatique et plus encore des loisirs numériques, notamment pour les baladeurs MP3, lecteurs vidéo portables ou fixes, GPS, etc.C'est le 13 septembre 1956 qu'IBM - encore lui - commercialise le Ramac (Random Access Method of Accounting and Control). À l'époque, les plateaux magnétiques sur lesquels sont inscrites les données informatiques mesurent... 24 pouces (60,96 cm)! Le Ramac en utilise une cinquantaine.Pour faire fonctionner l'appareil, mieux vaut disposer de place, de beaucoup de place. Il faut une pièce entière pour contenir tous les équipements. Un bureau est quasiment intégré dans la machine pour les manipulateurs.
200000 fois plus puissant
Depuis cette date, que de chemin parcouru. En terme de miniaturisation tout d'abord.Les disques durs qui se trouvent dans les ordinateurs ont des plateaux de 3,5, 2,5 ou 1,8 pouces et Toshiba comme Hitachi, des géants du secteur proposent des disques durs descendant jusqu'à 0,85 pouce! L'évolution a aussi, et surtout, concerné les capacités de stockage. En 1956, le Ramac propose... 5 Mo. Une capacité gigantesque pour l'époque et qui le restera très longtemps puisqu'au début des années 80, les premiers disques durs «domestiques» ne dépassaient guère cette valeur.
Aujourd'hui, l'on trouve facilement, sur des PC d'entrée de gamme des disques durs de 80 Go soit 16000 fois plus puissant que le Ramac et une petit clé USB de 1 Go de la taille d'un briquet se trouve facilement à... 15€.
Cette course à la capacité de stockage s'explique par les données que chacun de nous produit, sans cesse plus nombreuses au fur et à mesure que se conforte l'ère du tout numérique. Photos, musique MP3, vidéo DivX, jeux vidéos, programmes informatiques, etc. Les besoins sont immenses. Hitachi a d'ailleurs annoncé cette semaine qu'il produirait d'ici la fin 2006 un disque d'une capacité de 1 teraoctet (1000 Go soit 200000 fois plus que notre vieux Ramac).
La recherche va d'ailleurs bon train pour décupler les capacités actuelles et d'autres technologies vont apparaître comme les disques souples, holographiques ou les mémoires flash (sans pièces en mouvement); des projets impliquant des protéines sensibles à la lumière ouvrent des perspectives inespérées.
Mais il restera toujours à résoudre l'épineuse question de la conservation des données dans le temps et leurs utilisations futures. L'on sait que des données gravées sur un CD-ROM ont une durée de vie de cent ans environ. Mais une récente étude a démontré que le moyen le plus fiable pour conserver ses données était la tablette d'argile de l'Antiquité.N'étais-ce pas là, finalement, le premier des disques dur?
Une fois de plus, le trublion de l’internet français, Free, a jeté un pavé dans la marre, cette semaine, en annonçant qu’il commercialiserait un accès à internet à très haut débit (50 à 100 Mbits/s) dès le premier semestre 2007 à Paris puis dans certaines villes de banlieue et dans certains quartiers de grandes villes de province.
Un milliard d’euros
Pour constuire ce nouveau réseau de boucle locale en fibre optique (FTTH, fiber to the home) qui suppose de tirer des câbles jusque chez l’abonné, Free va investir par tranches successives rien moins qu’un millard d’euros d’ici 2012 – 300 millions d’euros d’ic ifin 2007 – afin d’être en mesure de raccorder les 4 millions de prises (10 millions de Français soit 15% de la population) éligible à cette offre. L’opérateur, filiale d’Iliad, entend d’ores et déjà couvrir l’ensemble de l a Capitale d’ici deux ans. Ce projet très coûteux – 1500€ par client raccordé ! – financé sur fonds propres et le maintien du même tarif que pour l’ADSL (29,99€ par mois) a surpris la Bourse. Lundi, jour de l’annonce, le titre d’Iliad avait perdu 11,89€ avant de se rétablir. Dans un entretien aux Echos, Xavier Niel, PDG-fondateur et principal actionnaire d’Iliad, s’est dit convaincu du bienfondé de sa stratégie, évoquant un retour sur investissement d’ici quatre ab. «Le haut débit, c’est le sens de l’histoire... C’est un investissement qui va durer au bas mot un demi-siècle», assure le PDG. Free a par ailleurs fait deux autres annonces. D’une part, le nouveau réseau FTTH sera ouvert à la concurrence avec une offre de gros. D’autre part, l’opérateur alternatif – au travers d’une Fondation Free ambitionnant de lutter contre la fracture numérique – proposera aux résidants des immeubles connectés en fibre optique, moyennant une caution de 100€, une offre gratuite tripleplay (internet bas débit à 32 ou 64 kbits/s, chaînes TNT, téléphone sans abonnement).L’internet à très haut débit annoncé par Free n’est toutefois pas une première. A Paris, France Telecom mène des expérimentations ; de même que Citéfibre (www.citefibre.com), et Erenis (www.erenis.fr), qui a actualisé son offre après l’annonce de Free.A cela s’ajoute le projet du maire PS Bertrand Delanoë de faire de Paris une «capitale numérique» à l’instar d’autres grandes villes de la planète mais aussi, plus près de chez nous, à Pau dont le projet est exempaire. Free collaborera d’ailleurs au projet municipal parisien. Car l’internet à très haut débit va monter en puissance dans les mois à venir. Selon l’organisme FTTH Council Europe, 167 sites en Europe déploient des réseaux FTTH. Et l’Institut de l’Audiovisuel et des Télécommunications en Europe (Idate) prévoit 3,5 millions d’européens connectés par fibre optique d’ici 2008.
Très haut débit : quels usages ?
À quoi peut bien servir d’avoir un débit de 50 voire 100Mbits/s contre actuellement – pour les Français les plus chanceux – 28 Mbits/s ? Cette question rappelle celle que l’on se posait lors du passage entre le bas débit RTC et l’ADSL. Un article paru sur Internetactu s’est penché sur cette question par le prisme du marché japonais. Le pays du soleil levant comptait, en effet, 4 millions d’abonnés via la fibre optique fin 2005 et 17,7 millions au haut débit classique. Selon une étude menée par quatre chercheurs, il apparaît que 62 % du trafic consiste en des échanges d’utilisateur à utilisateur (messagerie, échanges peer-to-peer de fichiers audiovisuels, etc.). Logique puisque le FTTH offre un débit montant égal au débit descendant.Lors d’un colloque organisé fin 2004 à Montpellier, le FTTH Council Europe avait esquissé les usages à venir à l’horizon 2010. À domicile : la possibilité d’utiliser plusieurs PC connectés sans perte de débit, la multidiffusion de la TV ou de films en haute définition (un film de 2h30 se téléchargera en moins de 5 minutes), des applications vidéosurveillance, de visiophonie, etc. Dans le domaine médical les applications de télémédecine pourront mieux se développer.

Imaginez votre petit dernier se saisir de votre téléphone portable flambant neuf... pour s’en servir comme d’unballon de foot ! Patratras, la coqueplastique s’est cassée etsousle choc,le circuit électronique est séveremment endommagé. Plutôt que d’envoyer le portable pour 3 semaines de réparations, calmement, vous vous connectez sur le site internet dufabricant, sélectionnez le bon modèle puis téléchargez deux fichiers. Vous allumez votre imprimante 3D et quelques minutes plus tard,vous récupérez...une coque toute neuve. Le second fichier est dirigé vers une seconde imprimante qui va «graver» un circuit imprimé pour remplacer celui qui a rendu l’âme. Scénario de science fiction ? Pas tout à fait : ces technologiques existent (les imprimantes en trois dimensions) ou sont en passe de se concrétiser (l’impressiondes circuits électronoiques) et vont exploser dans les années à venir.C’est ce que les Américains appellent la Do it yourself economy, c’est-à-dire l’économie du «Faîtes-le vous-même.»
APPLICATIONS EN MÉDECINE
Concernant les imprimantes 3D, véritables «micro-usines», le marché est déjà solidement installé et permet, à un coût,certes encore élevé, de produire des pièces métalliques ou en plastique. «La fiabilité et la précision de ces outils sont telles que l’armée américaine en Irak utilise un Mobile Hospital,ou MPH(un hôpital mobile de réparation de pièces), comportant des imprimantes 3D pour réparer sur place, sans attendre l’envoi des pièces de rechange, des pièces métalliques essentielles aux véhicules de transport ou aux armements.Les unités MPH ont déjà produit en Irak et au Koweit plus de 13000 pièces de rechange», explique Joël de Rosnay*.
Après les militaires, toujours en pointe,le monde de l’industrie y vient aussi. Cela va du petit cabinet d’études-ingénierie qui veut rapidement produire un protype jusqu’aux grands groupes,automobiles par exemples,pour la production de petites pièces de série.
Le monde médical voit également dans l’impression 3D une révolution aussi importante que la télémédecine, notamment pour la fabrication de prothèses ou d’implants.
Pour l’heure, les constructeurs des imprimantes 3D, dont les moins encombrantes ont la taille d’un petit réfrigérateur sont chères (plus de 20000$). Le marché qui va croître de 31% en 2005 à 1 milliard de dollars est trusté par les américains : 3D Systems, Stratasys et ZCorp. Les Européens s’y mettent et dans les années à venir, la miniaturisation des machines et la baisse des prix sera inévitable. Chacun pourra alors véritablement créer jouets, supports divers,etc.
Philippe Rioux
*«La révoltedu pronetariat.Des massmédia au média des masses» par Joël de Rosnay. Ed. Fayard. Le livre est également en ligne à l’adresse : www.pronetaires.com

Comment ça marche ?
«Pour usiner une pièce métallique, explique Joël de Rosnay, une buse projette une poudre métallique,couche par couche, sur un support mouvant, tandis qu’un laser, suivant les mouvements de la buse, soude au fur et à mesure la pièce en formation.La buse et le laser sont commandés par un logiciel recevant,parexemple, depuis internet les commandes numériques nécessaires, correspondant au plan de la pièce. Pour du plastique, la plateforme mouvante descend dans un bain de plastique liquide, qui est polymérisé par couches successives sous l’effet d’un laser.