La maison connectée aux petits soins des séniors

D'ici 2050, le nombre des 75 ans et plus pourrait être multiplié par trois, celui des 85 ans et plus par quatre. Dès lors la question de l'autonomie de ces personnes du 4e âge ou de toute personne dépendante va constituer un enjeu de société sur lequel les professionnels de santé se penchent d'ores et déjà avec un allié de plus de plus en plus présent : la technologie informatique. Lors du récent colloque Télésanté 2008, « l'habitat intelligent » a fait l'unanimité de la communauté médicale.

Peu courantes, les maisons connectées sont encore au stade du développement mais préfigurent déjà ce que pourrait être demain l'environnement des seniors. Un environnement truffé de capteurs. Par exemple l'association MEDetic conduit depuis l'an 2000 le projet Geri@tic qui devrait se concrétiser cette année en Alsace. Derrière ce nom se cache le concept d'une résidence constructible (Vill'âge) en cœur de village et dotée d'appartements high tech. Dans ces derniers des capteurs (infrarouges, mécaniques, tactiles…) reliés à un véritable réseau permettent de faire remonter des informations pour déclencher au besoin l'intervention des secours en cas de problème.

Une démarche similaire anime le centre universitaire Jean-François Champollion qui propose une formation d'ingénieurs Informatique et Systèmes d'Information pour la Santé (Isis). Aux États-Unis, des sociétés spécialisées comme 4 HomeMedia (4HM) se proposent d'équiper en capteurs tout type de résidence.

Mais après la surveillance des déplacements, la prochaine étape consiste à surveiller réellement la santé des seniors chez eux. Pour ce faire, des outils de mesure du poids, du taux de glucose, de la pression sanguine, peuvent être déployés, par exemple sur des fauteuils roulants de télémédecine ou grâce à des téléphones portables dotés de fonction de monitoring cardiaque. Les données sont collectées en temps réel sur le réseau informatique domestique, et accessibles aux proches comme aux médecins. En en cas de problème, une alerte est immédiatement émise.

Si cet « écosystème de la santé à domicile » comme le qualifie 4HM ne peut bien sûr pas répondre à toutes les pathologies, il est véritablement précurseur en télésanté et présente un avantage financier : une année de fonctionnement du système domotique est jusqu'à 60 fois moins chère qu'une année en institut médicalisé…

0 commentaires: