Accéder au contenu principal

Tribune libre. Maison et objets connectés : une véritable French touch



Alexandre Chaverot est président d'Avidsen et de Smart Home International

Réjouissons nous que la France soit précurseur dans le domaine de la maison et des objets connectés. Oui, il existe un vrai savoir faire, une véritable « patte » française.

Il n'y a qu'à voir le nombre de start-up qui existent et évoluent dans ce domaine là : Sigfox pour la partie protocole de communication, Netatmo sur l'objet connecté autour de la régulation thermique, MyFox sur la sécurité et, évidemment, Avidsen sur l'univers de la maison intelligente. Sans parler des grands groupes comme Legrand, Schneider, Somfy qui travaillent aussi sur ces sujets là et qui nous challengent. A moins que ce ne soit nous, les petites « boîtes » qui les challengions. En tant qu'entreprises françaises, nous n'avons donc pas à rougir par rapport à ce qu'il se passe en Asie ou aux États-Unis en matière de produits et de développement.

Le « faire savoir » devient plus que nécessaire
La différence majeure, à mon sens, par rapport aux autres pays est, en effet, la maturité du marché et celle de l'utilisateur, sa perception de la maison intelligente et sa façon de l'appréhender. Aux USA, le marché et les consommateurs sont plus matures qu'en France. Dans l'hexagone, nous sommes toujours sur un marché en devenir. Les acteurs, les industriels, les produits sont pourtant là. Nous développons des solutions qui sont complexes et nécessitent un vrai savoir faire en matière de radio car tous nos produits sont sans fil. Mais le faire savoir devient plus que nécessaire vis à vis du consommateur aujourd'hui. Faire savoir au grand public qu'il a la possibilité, pour pas cher, d'automatiser et piloter l'intégralité de sa maison aussi bien en matière de confort, de gestion des accès qu'en matière de sécurité et d'économies d'énergie.

Il faut évangéliser les médias également. Encore récemment, j'ai vu un reportage à la TV où l'on présentait la domotique avec des prix exorbitants, autour de 10 000/15 000 euros. Ce n'est pas vrai. Aujourd'hui, vous pouvez vous équiper en domotique à partir de 500 euros et être très bien équipé entre 800 et 1200 euros. Nous sommes donc à des années lumière des prix pratiqués par le passé et qui sont, malheureusement, encore annoncés par méconnaissance. Aujourd'hui, la technologie rend enfin les produits plus simples et plus abordables. Néanmoins, la maison connectée, en France, souffre encore du syndrome de Pierre et le loup, du fait que l'on parle depuis 20-30 ans de la maison intelligente, que l'on dit que l'on va pouvoir tout automatiser et que rien n'est jamais venu.

Par ailleurs, aujourd'hui, il ne faut pas oublier que nous, start-up, entreprises ou grands groupes, proposons des solutions innovantes pour la maison connectée en pleine période de crise. Il y a beaucoup d'attentisme de la part des consommateurs sur un marché qui a pourtant tout à offrir. Des offres qui ne résonnent pas forcément comme une évidence en terme d'achat, même si nos solutions permettent de faire des économies en matière de régulation énergétique. A nous aussi donc d'éduquer le marché, de dire que nos solutions existent et le bénéfice consommateur qu'elles apportent.

Reconnaissons aussi que nous sommes sur une génération d'acheteurs potentiels de 35 ans et plus, qui sont des propriétaires de maison individuelle ou d'appartement et qui n'appréhendent pas l'internet de la même manière que les 15-20 ans d'aujourd'hui. Pour ces derniers, la maison connectée sera une évidence. En revanche, pour les quadras et les quinquas propriétaires de maison, qui restent encore aujourd'hui notre cible, il y a encore une éducation à faire.

Porter le savoir faire français et la voix de la France à l'étranger
Quoi qu'il en soit, pour les entreprises françaises, aujourd'hui, le domaine d'expansion, c'est l'export. Pour Avidsen, nous sommes déjà présents en Europe du Sud et nous souhaitons aller en Europe de l'Est et, bien sûr, aux USA. Les Etats-Unis représentent, en effet, un terrain de jeu sur lequel on a aussi envie de jouer. D'ailleurs, nous travaillons avec un grand opérateur télécom américain pour développer des produits pour son compte. Nous apportons donc la démonstration que la France et ses petites entreprises peuvent aussi aller raconter des histoires intéressantes de l'autre côté de l'Atlantique. Nous serons d'ailleurs présents au prochain CES (Consumer Electronics Show), le grand salon de l'électronique grand public, début janvier à Las Vegas, tout comme une centaine de start-up françaises.

Car ce qui fait la richesse de la France, ce sont évidemment les grands groupes et les entreprises du CAC 40, mais ce sont aussi toutes ces petites PME, comme nous, qui en veulent. Des femmes et des hommes hyper compétents et motivés, qui se battent pour leur entreprise dont le potentiel de croissance est assez considérable et qui veulent porter le savoir faire français et la voix de la France à l'étranger.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho