Accéder au contenu principal

Face aux fake news, les techniques de veille peuvent vous aider

Avis d'expert d'Arnaud Marquant, directeur des opérations chez KB Crawl SAS Les fake news n’ont de cesse de se développer : selon un récent sondage, 2/3 des Français y seraient sensibles. Face à ce phénomène, les techniques propres à la veille stratégique peuvent servir de grille d’analyse. Il y a quatre ans, l’immersion de la pandémie de Covid-19 s’est caractérisée par un vaste mouvement de désinformation sur les réseaux sociaux. Loin d’avoir disparu, celui-ci perdure en 2024, comme l’indique notamment l’étude récemment réalisée par Ipsos sur la désinformation qui touche actuellement la campagne électorale européenne. Selon cette dernière, 74 % des personnes interrogées estiment être capables de réaliser un tri entre vraies et fausses informations. Dans le même temps, 2/3 des personnes interrogées (66%) adhèrent à au moins l’une des fake news qui leur ont été présentées… Comment les Françaises et les Français peuvent-ils s’armer face aux phénomènes de désinformation qui frapp

La chasse aux antiradars

Il y a quelques semaines, les Toulousains médusés découvraient sur des panneaux 4x3 le portrait géant d'un gendarme, lunettes lasers en main, en train de les fixer. Un joli coup de pub en trompe l'œil pour vendre un nouveau modèle d'avertisseur de radars. C'est que depuis la mise en place du système des radars automatiques en France il y a huit ans, le marché de ces appareils qui permettent aux automobilistes, en temps réel, de connaître l'emplacement des radars mobiles, a littéralement explosé.

« C'est l'appel de phare du XXIe siècle », résume la société Coyote, qui revendique plus de 340 000 utilisateurs et 481 831 radars mobiles signalés.

Son concurrent, AlerteGPS affiche un chiffre d'affaires en hausse de 60 % (à 17M€ en 2008) et affirme avoir vendu 700 000 équipements en trois ans pour une communauté aujourd'hui riche de 850 000 membres. Les sociétés mettent également en avant le fait que leurs avertisseurs et leurs membres permettent de signaler, outre les radars mobiles, les « zones à risques » (accidents, bouchons, etc.) ; contribuant ainsi à sécuriser les trajets. « C'est se donner bonne conscience à peu de frais », peste Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière (LCVR), qui vient de demander au gouvernement d'interdire ces avertisseurs, comme l'ont fait certains autres pays européens (la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche). La Ligue, qui fait de la lutte contre la vitesse excessive son combat n° 1, veut même aller plus loin.

« Nous souhaitons que les constructeurs mettent en place dans leurs véhicules le système de limiteur s'adaptant à la vitesse autorisée (Livia) actuellement expérimenté dans les Yvelines », confiait hier à La Dépêche Chantal Perrichon.

Pour l'heure, le gouvernement reste dans l'expectative sur l'interdiction des populaires avertisseurs. Il est vrai que le dernier comité interministériel à la sécurité routière (CISR), qui s'est tenu le 18 février dernier, a suffisamment mis l'accent sur les contrôles de vitesse : apparition d'ici l'année prochaine des radars tronçons, qui mesureront la vitesse moyenne sur quelques kilomètres ; éloignement des panneaux annonçant un radar fixe à au moins 1 kilomètre ; installation de 250 nouveaux radars fixes cette année et de 250 radars aux feux rouges.


Faut-il les interdire ?

NON. Jean-Luc Nobleaux, journaliste spécialisé auto moto, auteur de « Radars, le grand mensonge » (Ed. Tatamis).
L'engouement pour les avertisseurs de radars est la conséquence d'un système injuste. À partir du moment où l'on multiplie les radars « pièges » sur des tronçons parfaitement sécurisés, on ne peut pas empêcher les gens - et notamment les gros rouleurs - de chercher à les éviter. Supprimer les détecteurs de radars serait vain, dans la mesure où les radars (à la française) n'ont jamais fait baisser le nombre d'accidents, comme le prouvent les chiffres. Si une telle interdiction venait à être prise ; il ne s'agirait pour les pouvoirs publics que de chercher à optimiser le chiffre d'affaire du système « radars » et rien d'autre. Car ce système tel qu'il est conçu chez nous, ne peut proliférer que s'il s'auto-finance. Il faut noter aussi que cette idée d'interdiction est portée par une association extrémiste et jusqu'au-boutiste qui n'est pas représentative mais qui, complice du gouvernement, bénéficie de la bienveillance des pouvoirs publics.

OUI. Chantal Perrichon, présidente de l'association Ligue contre la violence routière (LCVR).
Nous proposons d'interdire les avertisseurs car tout ce qui sert à affaiblir les contrôles de vitesse va à l'encontre de la sécurité routière. La preuve : les résultats inespérés que nous enregistrons depuis 2002 et qui ne concernent pas les grands excès de vitesse mais bien la vitesse de tous. Chacun a abaissé sa vitesse et cela a eu des conséquences immédiatement visibles. Abaisser de 1 % la vitesse conduit à diminuer de 4 % le nombre de tués sur les routes. Ce constat a été fait dans tous les pays européens. Ces systèmes - « chacal », « hyène » ou ce que vous voulez - sont des provocations. Il faut que les gens acceptent de respecter les limitations ; et cela d'autant plus que lors de la recherche des causes des accidents, la vitesse est sous-évaluée alors qu'elle est le premier facteur d'accident, ce n'est pas l'alcool. Rien n'a été fait sur ce facteur vitesse depuis 2002 ? Si on veut agir vite, il faut agir maintenant, c'est le sens de notre souhait d'interdiction des avertisseurs.

De l'avertisseur au détecteur
Les avertisseurs de radars. Les avertisseurs de radars sont légaux en France puisqu'ils n'embarquent pas de technologies pour détecter et/ou brouiller les dispositifs de contrôle de vitesse des forces de l'ordre. On peut répertorier deux types d'avertisseurs. Le premier type consiste en des appareils, dont les plus petits ont la taille d'un briquet, qui embarquent une puce GPS, la liste publique de l'emplacement des radars fixes et celle, plus aléatoire, des zones susceptibles d'être l'objet de contrôles potentiels (radars mobiles, embarqués, jumelles). La plupart des terminaux GPS disposent des mêmes caractéristiques. Le second type d'avertisseur qui a le vent en poupe rajoute une fonction communautaire : l'avertisseur peut émettre et recevoir en temps réel des informations dès lorsqu'il se trouve dans le réseau de la communauté. Et ce sont les automobilistes qui, en appuyant sur un bouton, alertent la communauté de la présence d'un radar ou d'un événement routier. Coyote, AlerteGPS, Inforad, etc. proposent des modèles sans cesse plus sophistiqués et revendiquent chacune d'avoir la meilleure base de données de radars ou la plus grande communauté en France ou/et en Europe. Les avertisseurs s'invitent aussi de plus en plus dans les smartphones (iPhone, mobiles Android) via de petites applications.

Les détecteurs de radars. Les détecteurs de radars sont des appareils très sophistiqués et beaucoup plus chers que les avertisseurs (à partir de 250 €). Strictement interdits en France, ils se trouvent assez facilement sur des sites internet étrangers, notamment belges. Ces appareils permettent de détecter les ondes émises par les radars comme celle des jumelles lasers. Mais gare à vous si vous vous faites prendre lors d'un contrôle. L'article R413-15 du code de la route prévoit 1 500 € d'amende, une suspension du permis pouvant aller jusqu'à 3 ans, le retrait de 2 points et même la saisie du matériel et de la voiture.

Témoignage : « J'ai mon Coyote pour garder mon permis »
Robert, cadre carcassonnais dans une grande entreprise du Grand Sud.
« J'ai reçu un terminal Coyote en décembre, c'était mon cadeau de Noël. Depuis, je l'utilise tous les jours sur les routes de la région, en Aveyron, en Ariège. Si je veux garder mon permis de conduire, c'est un outil indispensable. Mon Coyotte est 100 % efficace, sauf la nuit où il y a moins de membres de la communauté sur les routes », explique Robert. « Cela ne sert pas à rouler vite, mais c'est une aide pour ceux qui, comme moi, on la tête en l'air et se retrouvent vite au-dessus des limitations. » Robert apprécie aussi l'entraide qui existe entre membres. « À Toulouse, je suis entouré de 250 Coyote et sur autoroute entre 35 et 50, en journée. Cela permet d'avoir des informations fiables », explique le quadragénaire, qui a déjà signalé à la communauté en appuyant sur un bouton de son appareil la présence de radars mobiles en bord de route, ou de perturbation du trafic. Le prix de la tranquillité « 200€ l'appareil et un abonnement mensuel de 12 € par mois. »

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

Ce que les enfants comprennent du monde numérique

  Par  Cédric Fluckiger , Université de Lille et Isabelle Vandevelde , Université de Lille Depuis la rentrée 2016 , il est prévu que l’école primaire et le collège assurent un enseignement de l’informatique. Cela peut sembler paradoxal : tous les enfants ne sont-ils pas déjà confrontés à des outils numériques, dans leurs loisirs, des jeux vidéos aux tablettes, et, dans une moindre mesure, dans leur vie d’élève, depuis le développement des tableaux numériques interactifs et espaces numériques de travail ? Le paradoxe n’est en réalité qu’apparent. Si perdure l’image de « natifs numériques », nés dans un monde connecté et donc particulièrement à l’aise avec ces technologies, les chercheurs ont montré depuis longtemps que le simple usage d’outils informatisés n’entraîne pas nécessairement une compréhension de ce qui se passe derrière l’écran. Cela est d’autant plus vrai que l’évolution des outils numériques, rendant leur utilisation intuitive, a conduit à masquer les processus in

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl