Accéder au contenu principal

Élections européennes 2024 : un scrutin ciblé comme jamais par la désinformation

  Rarement une élection aura à ce point été ciblée par des ingérences étrangères et des tentatives de désinformation. « Des institutions, autorités, acteurs de la société civile et vérificateurs de faits tels que l’Observatoire européen des médias numériques, le Réseau européen des normes de vérification des faits et EUvsDisinfo ont détecté et révélé de nombreuses tentatives de tromper les électeurs avec des informations manipulées ces derniers mois », assurait mercredi le Parlement européen. « Les acteurs de la désinformation ont diffusé de fausses informations sur la façon de voter, cherché à décourager les citoyens de voter ou encore cherché à semer la division et la polarisation avant le vote en détournant des sujets de grande envergure ou controversés. Parfois, ces tentatives de tromper consistent à inonder l’espace informationnel avec une abondance d’informations fausses et trompeuses, dans le but de détourner le débat public. Souvent, des dirigeants et leaders politiques sont

Le futur s'invente à Toulouse

Ils sont plusieurs centaines, à Toulouse et ailleurs dans le Grand Sud, à travailler sans relâche et dans la discrétion à inventer le monde de demain. Eux, ce sont les chercheurs du CNRS - et de bien d'autres instituts - qui repoussent chaque jour nos connaissances dans une multitude de domaines et cela depuis 70 ans puisque le CNRS a fêté fin 2009 sept décennies de découvertes. « Le CNRS est un acteur incontournable de la recherche en Midi-Pyrénées. C'est pourquoi il est impliqué dans tous les pôles de compétitivité (Aerospace Valey, Cancer-bio-Santé, AgriMip), réseaux thématiques de recherche avancée et réseau thématique de recherche et de soins régionaux », précisait dernièrement Armelle Barelli, déléguée régionale du CNRS en Midi-Pyrénées. De l'observation du soleil au Pic du Midi aux biocarburants pour l'aéronautique ; de la compréhension du climat à celle du développement des végétaux ; de la prévision météo à la compréhension des océans… pas une discipline n'échappe à l'intérêt de nos chercheurs qui, à l'instar de la devise du CNRS, « dépassent les frontières » ; celles de la connaissance et celles de l'Hexagone en initiant des collaborations partout dans le monde, comme c'est le cas des chercheurs que La Dépêche met à l'honneur ci-dessous. Tous les quatre œuvrent dans des disciplines au cœur de l'actualité : les nanotechnologies dont le passionné débat public national s'est récemment conclu sur des craintes et des espoirs comme les molécules-machines ; la santé avec la lutte contre la tuberculose, dont la journée mondiale se déroule le 24 mars, et qui touche plus de 9 millions de personnes dans le monde ; l'alimentation et la sécurité alimentaire qui passe par une meilleure compréhension des bactéries ; l'automobile enfin, dont les technologies embarquées nécessitent une nouvelle approche.

Zoom. Un nouvel institut sur le Cancéropôle
Le chercheur enfermé dans son laboratoire, hermétique aux retombées de ses recherches, n'est plus qu'une image d'Épinal tant la recherche d'aujourd'hui s'est ouverte sur le monde. A Toulouse, cette ouverture a récemment franchi une étape supplémentaire avec l'inauguration en novembre dernier sur le campus du Cancéropôle, du centre Pierre-Potier, institut des technologies avancées en sciences du vivant. Sur 5 000 m2, cohabitent des plateformes de recherches (imagerie, chimie et nano-biotechnologie) et une pépinière d'entreprises, juste séparées par un couloir.

Nanotechnologie. « Je conçois des molécules-machines »
Christian Joachim. Médaille d'argent du CNRS en 2002. Il a reçu deux fois en 1997 et 2005 le prix Feyman pour ses travaux sur les molécules -machines. Directeur au CEMES à Toulouse.
Actuellement, je travaille à comprendre les ressources accessibles à l'intérieur d'une seule molécule pour concevoir des molécule-machines complexes. Nous développons avec mon équipe de Toulouse, mon équipe de Singapour en collaboration avec une dizaine de laboratoire en Europe et un laboratoire au Japon, des techniques de construction, de mesure et d'encapsulation qui s'adaptent à la taille d'une molécule, soit quelques nanomètres. Nos recherches visent à éclairer le futur sur le chemin de la miniaturisation des machines à calculer, des mémoires et des machineries mécaniques. En posant nos balises, il est possible que nous puissions en extraire de nouvelles technologies de fabrication pour construire un calculateur avec une seule molécule ou bien d'inventer de nouvelles machines, par exemple une machine capable de trier nos poubelles molécule par molécule.

Automobile. « J'automatise le diagnostic »
Louise Travé-Massuyès. Au sein du LAAS-CNRS, elle dirige le groupe de recherche DISCO « Diagnostic, Supervision et Conduite Qualitatifs. » Elle a été responsable de nombreux projets industriels, dont trois européens.
Mes activités de recherche portent sur le raisonnement de diagnostic, qui vise à automatiser le raisonnement que nous menons lorsque nous cherchons à fournir les causes expliquant un phénomène observé. Les méthodes de diagnostic sur lesquelles je travaille s'appuient sur une modélisation mathématique des systèmes à diagnostiquer et sur des formalismes logiques ou algébriques. Ces travaux trouvent une application dans le spatial (l'intégration d'un module de diagnostic à bord vise à procurer plus d'autonomie aux satellites ou aux sondes spatiales) ; dans les flottes de robots communiquants ; dans l'aéronautique (un travail avec Airbus a été mené sur la détection de pannes oscillantes dans les boucles de contrôle des gouvernes) ; dans l'automobile (je m'intéresse à la génération automatique de séquences de test optimales proposées au garagiste pour l'assister dans sa tâche.)

Santé. « Je combats la tuberculose »
Olivier Neyrolles. Médaille de bronze du CNRS en 2009. Cet ingénieur agronome a travaillé à Londres. En 2007, il a créé une équipe à l'Institut de Pharmacologie et de Biologie Structurale de Toulouse.
Nous cherchons à comprendre comment le bacille de la tuberculose M. tuberculosis interagit avec les cellules du système immunitaire, een particulier les phagocytes (comme les macrophages). Nous avons identifié un récepteur exprimé à la surface des macrophages alvéolaires dans les poumons des patients atteints de tuberculose, et qui interagit très fortement avec M. tuberculosis.
En élucidant la fonction des récepteurs principaux du bacille sur les cellules immunitaires, nous souhaitons éventuellement «manipuler» ces récepteurs avec des composés synthétiques, pour améliorer la réponse immunitaire contre l'infection. En identifiant des gènes de virulence du bacille, nous espérons pouvoir définir des cibles pour de nouveaux antituberculeux.
L'exploitation de ces résultats pourrait avoir lieu dans les trois prochaines années.

Alimentation. « Je dompte les bactéries »
Pascal Loubière. Spécialiste en microbiologie, il est depuis 2004 directeur de recherche INRA au Laboratoire d'Ingénierie des Systèmes biologiques et des procédés (LISBP).
Notre premier objectif, cognitif, est d'acquérir la vision la plus complète et la plus juste possible du comportement d'une bactérie dans son environnement (procédé industriel, environnement naturel, tube digestif humain…). Cette démarche de production de connaissances concerne aussi des situations appliquées concrètes ; par exemple un réacteur industriel pour la production d'une molécule d'intérêt (chimique, pharmaceutique), un aliment fermenté (fromage), ou la muqueuse du tube digestif. Parmi le débouchés,on peut renforcer la sécurité alimentaire (empêcher la virulence d'une bactérie pathogène alimentaire) ; comprendre les mécanismes de « l'effet santé » de certaines bactéries ; optimiser des procédés industriels de production de molécules. Par exemple, avec une PME landaise (SAF-ISIS), mettre en pace un procédé de production naturelle par une bactérie lactique de l'arôme de beurre.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl

Ce que les enfants comprennent du monde numérique

  Par  Cédric Fluckiger , Université de Lille et Isabelle Vandevelde , Université de Lille Depuis la rentrée 2016 , il est prévu que l’école primaire et le collège assurent un enseignement de l’informatique. Cela peut sembler paradoxal : tous les enfants ne sont-ils pas déjà confrontés à des outils numériques, dans leurs loisirs, des jeux vidéos aux tablettes, et, dans une moindre mesure, dans leur vie d’élève, depuis le développement des tableaux numériques interactifs et espaces numériques de travail ? Le paradoxe n’est en réalité qu’apparent. Si perdure l’image de « natifs numériques », nés dans un monde connecté et donc particulièrement à l’aise avec ces technologies, les chercheurs ont montré depuis longtemps que le simple usage d’outils informatisés n’entraîne pas nécessairement une compréhension de ce qui se passe derrière l’écran. Cela est d’autant plus vrai que l’évolution des outils numériques, rendant leur utilisation intuitive, a conduit à masquer les processus in

Des conseils d'administration inquiets et mal préparés face à la menace cyber

Alors que les Assises de la Sécurité ouvrent leurs portes ce mercredi 11 octobre, pour trois jours de réflexion sur l’état de la cybersécurité en France, la société de cybersécurité Proofpoint f ait le point sur le niveau de préparation des organisations face à l’avancée de la menace.  Cette année encore, les résultats montrent que la menace cyber reste omniprésente en France et de plus en plus sophistiquée. Si les organisations en ont bien conscience,  augmentant leur budget et leurs compétences en interne pour y faire face, la grande majorité d’entre elles ne se sont pour autant, pas suffisamment préparées pour l’affronter réellement, estime Proofpoint. En France, 80 % des membres de conseils d’administration interrogés estiment que leur organisation court un risque de cyberattaque d’envergure, contre 78 % en 2022 – 36 % d’entre eux jugent même ce risque très probable. Et si 92 % d’entre eux pensent que leur budget lié à la cybersécurité augmentera au cours des 12 prochains mois, ces