Accéder au contenu principal

Tribune libre. Internet des Objets : apprendre à gérer les effets collatéraux




Par Emmanuel Mouton, Président de Synox Group, Toulouse - Montpellier

Le concept d'Internet des Objets (IoT) connait depuis quelques temps une attention croissante. Beaucoup d'entreprises se disent d'ailleurs dans l'Internet des Objets. Cependant, la notion reste encore assez floue, bien que de plus en plus de réflexions se réfèrent à ce concept dans ses aspects socio-économiques et environnementaux. Une chose est sûre, l'Internet des Objets ouvre de nouvelles voies de développement.

Considéré comme la nouvelle révolution technologique après Internet, l'IoT est une réalité porteuse de véritables enjeux. L'arrivée du Wifi, de la téléphonie cellulaire,  la miniaturisation, la baisse des coûts des télécommunications fixes et mobiles, l'arrivée de la fibre et des technologies sans fil de nouvelle génération sont autant d'éléments responsables de l'avènement de l'Internet des Objets.

Cependant, si l'IoT ouvre des perspectives d'avancement dans bons nombres de domaines encore trop peu exploitées à ce jour, ils présentent également quelques inquiétudes, notamment à l'égard de la protection des données personnelles. A l'instar de toute nouveauté, les connaissances sont multiples mais les inconnus nombreuses avec leur lot de bonnes surprises et de déceptions.

Etat des lieux de la révolution des objets connectés.

L'Internet des Objets, pour un échange automatisé des données entre les objets

De manière globale, l'IOT est la mise en connexion de tous les objets qui deviennent communicants. On parle par exemple de bâtiments intelligents ou encore de véhicules connectés. Tous ces objets vont remonter une masse d'informations utiles et exploitables.

La question de l'Internet des Objets peut être abordée d'un point de vue technique, en termes d'architecture des réseaux, d'adressage, de routage, etc. Et peut aussi être abordée par les applications et les nouveaux usages qu'elle permet. On parle de fait de révolution technologique et culturelle.

Le Machine to Machine est un des maillons de l'Internet des Objets,  qui contribue à cette révolution, aussi bien dans ses aspects technologiques qu'économiques. En effet, les communications entre machines ouvrent un formidable champ d'innovation : innovation dans les services et les usages, optimisation des processus-métiers, mise en conformité avec des réglementations mouvantes, etc.

Le M2M est aujourd'hui un facteur de compétitivité important pour les entreprises. Parmi les secteurs les plus consommateurs de données, on pourra citer la santé, l'énergie, le transport, l'industrie, la sécurité ou encore l'agriculture.

A titre d'exemple, on retrouve le M2M dans la télésurveillance pour déclencher automatiquement une alarme en cas d'intrusion et générer l'intervention sur site des agents de sécurité. Dans l'industrie,  le M2M permet d'automatiser la gestion de la chaîne d'approvisionnement en temps réel, de faciliter le suivi des colis, ou encore améliorer la traçabilité des objets sensibles. Dans l'automobile, le M2M permet le déploiement de solution de gestion de flotte pour améliorer la prise de décision des gestionnaires de flotte.

Transformer la donnée en une information intelligente grâce au Big Data

Un flot croissant d'informations hétérogènes et souvent non structurées est généré par Internet  via tous les « capteurs » de la vie quotidienne. Le Big Data permet de transformer toutes ces données brutes  en information utilisable et intelligente, et de faire en sorte que ces données soient captées et stockées de façon complètement sécurisée.

Le Big Data peut par exemple convertir en temps réel des millions d'informations issues des réseaux mobiles afin d'analyser de façon anonyme la fréquentation des zones géographiques et les déplacements des populations. Le Big data est une réalité car nous sommes noyés dans une vraie masse de données et d'informations. On peut le voir par exemple dans le nombre exorbitant de mails que nous recevons chaque jour.

Pour autant, le phénomène du Big Data amène les entreprises à se poser de nombreuses questions. Que faire concrètement de ces données ? Comment les gérer ? Comment les stocker ? Les utiliser ? Les traiter ? Et surtout quelle est la valeur pour leurs métiers ?

Une transformation technologique qui amène de nouveaux usages

L'enjeu du Big Data est dans sa monétisation. Les objets connectés délivrent une multitude de données dont les exploitations sont illimitées. Les entreprises doivent alors trouver de nouveaux business model et de nouveaux leviers de croissance pour leur business. En effet, la finalité du Big Data est d'améliorer l'efficacité des prises de décision pour les entreprises. Aussi ont-elles tout intérêt à anticiper ce développement technologique. Il ne faut pas pour autant l'appréhender comme un nouveau projet SI par exemple, mais davantage comme une nouvelle façon de penser et d'appréhender l'information.

Attention aux dérives

Canapé, biscuits, chaussettes connectés...nous trouvons désormais sur le marché de plus en plus d'objets connectés, es plus utiles, et parfois au plus étranges.

Chacun veut désormais lancer LA grande innovation, au détriment parfois du bon sens. A tout vouloir numériser, on l'en oublie parfois la réelle finalité de l'IoT qui réside bel et bien dans la volonté d'apporter un  servir utile et d'améliorer le quotidien des utilisateurs.

Mais le danger ne se situe pas tant dans les gadgets de la vie quotidienne que dans les dérives que pourraient connaître l'emploie d'objets connectés, notamment dans le respect de la vie privée. Nous pouvons imaginer différents cas de figurent dans lesquels des salariés seraient espionnés par leur employeur via des trackers d'activité, entre autres exemples.

A l'apogée de l'IoT, il est alors essentiel que chacun veille à ce que ce type de dérive ne puisse pas se produire et conserve son éthique intacte.

La France se positionne sur le Big Data

La France de façon empirique a souvent été réticente au changement et aux évolutions. L'aspect négatif à cela est que nous avons tendance à prendre le train en marche et donc à être moins compétitif. Pour autant, cela nous permet de prendre plus de temps pour réfléchir aux enjeux sociétaux de cette évolution. Nous avons tendance en effet à être plus sensible à l'impact humain et environnemental des évolutions technologiques que nos confrères européens.

De façon générale, la France est bien positionnée et nous pouvons réellement tirer notre épingle du jeu, notamment par rapport au niveau de service que nous apportons. Le Big Data est d'ailleurs un des projets phares du gouvernement à l'initiative de Fleur Pellerin, Ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation, et de l'Economie numérique.

Le Big Data permet aujourd'hui de pouvoir répondre à de nombreux enjeux environnementaux, économiques et sociétaux. Il s'enclenche également dans le Développement Durable, la démarche écologique devenant un nouveau levier de l'Internet des Objets.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho