Accéder au contenu principal

Bilan 2014 : les livres qui ont fait l'année numérique



Difficile de faire une sélection exhaustive parmi la très riche production d'ouvrages qui traitent désormais du numérique, de ses implications économiques, sociales, éthiques, culturelles qui bouleversent la société. Voici six ouvrages qui ont fait l'année 2014, contribuant à notre meilleure compréhension du monde qui vient.

Smart, enquête sur les internets, de Frédéric Martel (Ed. Stock).

Chercheur, spécialiste des Etats-Unis, Frédéric Martel avait fait sensation en sortant en 2010 "Mainstreal", un ouvrage qui décortiquait de façon magistrale l'industrie de l'entertainment, aux Etats-Unis notamment et montrait toute la pertinence du soft power. Soft power est d'ailleurs le nom de l'émission de Frédéric Martel sur France Culture. Avec "Smart" le chercheur essaie de comprendre ce qu'est la réalité d'internet aujourd'hui. Le "village global" est-il toujours pertinent à l'heure om ma télévision et les smartphone sont connectés en permanence à la Toile ? Comme Erick Orsenna pour ses trois précis de mondialisation, Frédéric Martel a pris son bâton de pèlerin pour parcourir le monde, de la Silicon Valley à l'Afrique du Sud, du Brésil à la bande de Gaza, d'Israël, la start-up nation à la Chine au gigantesque marché. Le constat qui en ressort bât en brèche les idées reçues : certes le réseau des réseaux est mondial, mais non internet n’est pas global car il existe autant d’usages que de territoires. Cette remise en perspective ouvre clairement de nouveaux horizons dans notre façon de penser notre société connectée.

Big, fast & open data, ouvrage collectif de Yannick Lejeune (Ed. Fyp).

Le monde hyperconnecté qui se dessine et s’amplifie sous nos yeux s’appuie sur la collecte, le stockage, le traitement d’une multitude de données, les « data ». Ces Big data, ces immenses bases de données soulèvent bien sûr de grandes questions économiques, politiques, sociales, juridiques, scientifiques. L’ouvrage collectif qui donne la parole à une vingtaine d’experts reconnus dresse le portrait de l’écosystème qui se dessine pour les années à venir. Les big data, analysées de plus en plus rapidement (fast) et de façon ouverte (open) vont avoir un impact en terme d’analyse et de prédiction dans une multitude de domaines, de la sécurité à la santé, des transports aux jeux vidéos, de l’urbanisme à la recherche scientifique. Reste une question cruciale que les auteurs soulèvent : qui va surveiller les données ?

La souveraineté numérique, de Pierre Bellanger (Ed. Stock).


Qui va surveiller les données et surtout à qui appartiennent-elles ? Telles sont les questions que pose Pierre Bellanger dans son livre. Le fondateur et président de Skyrock fut l’un des pionniers de l’internet français en lançant la plateforme de blog Skyrock, un véritable phénomène que l’on peut décrire comme le premier réseau social français. Mais depuis, Facebook, Twitter et consorts sont passés par là et les contenus français sont désormais stockés par des sociétés américaines. Pour Pierre Bellanger, cette situation pose la question de notre souveraineté numérique. Une souveraineté qui s’est effilochée avec de graves conséquences sur nos emplois, sur nos données (qui sont pillées), sur notre vie privée. « La France et l’Europe n’ont aucune maîtrise sur cette révolution », estime le grand patron. Mais il existe des alternatives pour reprendre la main avec notamment les « résogiciels » qui contrôlent en un système unifié les services, les réseaux et les terminaux. Et Bellanger de plaider pour la création d’un plan Réseau en douze priorités. Sera-t-il entendu ? En tout cas parmi les dix priorités affichées par la nouvelle Commission européenne de Jean-Claude Juncker, le numérique figure en 2e position.

Internet : qui possède notre futur ?, de Jaron Lanier (Ed. Manifeste Le Pommier).

Avec cet ouvrage, Jaron Lanier, qui reste toujours l’une des figures de la Silicon Valley, ferait-il volte-face ? En tout cas ce touche-à-tout (compositeur, chercheur en informatique, écrivain) poursuit la critique raisonnée de notre monde numérique. Après s’en être pis à la « sagesse des foules » qui fonde des projets collaboratifs comme Wikipédia  en laqualifiant de « maoïsme numérique » en 2006, Jaron Lanier dénonce les effets pervers du tout-gratuit, l’un des aspects les plus emblématique d’internet.  Reprenant à son compte l’adage « si c’est gratuit, c’est vous le produit », Jaron Lanier dénonce le « rapt » par les grandes entreprise du Net, les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), des données des utilisateurs qui sont reconditionnées en Big data et revendues aux annonceurs à prix d’or. Pour le chercheur, cette situation ne signe pas le triomphe du capitalisme mais l’émergence d’un néo-féodalisme. Une solution pour en sortir : monétiser les données. Jaron Lanier estime, comme d’ailleurs beaucoup en Europe, que les internautes qui contribuent devraient être rétribués en retour. Ce qui éviterait la constitution des supermilliardaires du Net face à la majorité de la population.

Une puce dans la tête, de Dorian Neerdael (Ed. Fyp).

Comment interagir avec la machine ? Cette question hante les chercheurs depuis le début de l’informatique et pourrait connaître une spectaculaire accélération dans les prochaines années avec les interfaces cerveau-machines. Dans cet ouvrage, Dorian Neerdael, philosophe et éthicien diplômé de l’université libre de Bruxelles, liste les plus récentes expériences scientifiques et évoque des perspective qui feront peut-être froid dans le dos par leur audace comme celle du futurologue Ray Kurzweil qui pense que les interfaces cerveau-machine ne sont qu’une étape essentielle vers le téléchargement de l’esprit sur la machine, l’humain n’étant alors qu’un cerveau, le corps étant nié.  Un concept poussé plus loinDorian Neerdael pose les questions de plus en plus prégnantes de l’humain augmenté, du transhumanisme… et des effets d’annonces spectaculaires de certains chercheurs qui manque de recul.

Vous êtes déjà en 2025, de Jean-Dominique Séval (Ed. Multimédia)

On connaissait les Chroniques martiennes de Ray Bradburry. Voici les chroniques de nos vies numériques de Jean-Dominique Seval. Le directeur général adjoint de l’Idate (l’institut qui organise chaque année à Montpellier l’excellent Digiworld Summit) s’est amusé non pas à écrire un livre de science fiction mais un ouvrage de prospective réaliste en prolongeant la révolution numérique que nous connaissons aujourd’hui.
Des objets intelligents à l’ère du worktertainment, des droits d’auteurs digitaux au dernier des Minitel, du Replay à la guerre des mondes virtuels… C’est déjà demain !

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho