Accéder au contenu principal

Tribune libre. "Objets connectés : le spectre de la bulle Internet ?"




Par Alexandre Chaverot, président d'Avidsen et de Smart Home International


Sans vouloir jouer les Cassandre, dans notre marché des objets connectés, il risque d'y avoir un peu de sang sur les murs. A la fin des années 90, une bulle spéculative, touchant les sociétés des secteurs de l'informatique et des télécommunications surévaluées, a fini par éclater.
Les objets connectés connaîtront-ils le même sort ?

Aujourd'hui, il faut faire le constat que le marché n'est pas encore là. Bien sûr, suite au CES (Consumer Electronics Show) à Las Vegas, nous sentons bien qu'il se passe beaucoup de choses, de nouveaux produits et des innovations technologiques très intéressantes, notamment françaises, émergent. Mais, en coulisses, des alliances se livrent aussi bataille, et tout ceci, hélas, crée un énorme problème de lisibilité pour les consommateurs potentiels.

Un manque de maturité du marché

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, nous avions des alliances au niveau des protocoles, nous voyons maintenant émerger des alliances au niveau des constructeurs. D'un côté, l'alliance AllSeen avec Qualcomm, LG, Microsoft,... d'un autre, Google avec son consortium et son protocole Thread qui a déjà rallié un certain nombre d'entreprises comme le géant Samsung, ajoutent encore un peu plus de confusion dans l'esprit du grand public. Le plus fort imposera forcément ses choix et ne nous voilons pas la face, Google a toutes les chances de l'emporter.

Une chose est sûre, cela démontre un manque de maturité du marché qui rend plus compliqué le processus de décision de l'acheteur. Or, si nous souhaitons démocratiser la maison connectée, c'est à dire des objets connectés qui non seulement communiquent mais, surtout, interagissent aussi entre eux, des objets donc plus complexes qu'un simple objet wearable, comme un bijou ou un vêtement connecté qui est en « one-to-one », il faut aller vers davantage de simplification. Pour réduite le coût d'un objet connecté, il n'y a pas de secret : il faut faire du volume. Et pour pouvoir faire du volume, il faut répondre à une véritable attente des consommateurs. Or, au CES à Las Vegas, nous avons pu aussi découvrir des objets pour le moins insolites. Correspondent-ils tous à une véritable demande des consommateurs ? La question va inévitablement se poser. Par ailleurs, pour qu'un objet connecté soit attractif, dans l'univers de la régulation énergétique par exemple, il faut être capable de promettre un retour sur investissement au particulier. Or, pour que les économies d'énergie générées remboursent l'équipement qu'il a acheté, il faudra encore attendre, la volumétrie n'étant pas encore au rendez-vous.

Chez Avidsen, cela fait près de 10 ans que nous avons investi dans la domotique et la maison connectée. Nous savons donc combien coûte la volonté de pénétrer ce marché. Ce qui nous permet aussi de dire qu'à l'heure actuelle ce marché n'a pas encore vraiment commencé. Nous avons heureusement la chance d'être un groupe qui fait plus de 47 millions d'euros de chiffre d'affaires. La maison connectée n'en représente qu'une petite partie. C'est tout le reste de nos produits, motorisations de portail, interphones, caméras, alarmes,... qui nous permettent d'avoir une certaine assise, de générer suffisamment de chiffre d'affaires et de bénéfices pour pouvoir continuer à investir sur la maison connectée dans laquelle nous croyons fermement.

Avec Somfy et Myfox, nous sommes finalement peu d'acteurs du retail à être présents depuis longtemps sur ce marché. Aujourd'hui, tout le monde y croit. Depuis peu, nous voyons débarquer une multitude d'entreprises. La concurrence est désormais exacerbée avec de nombreux prétendants mais, forcément, peu d'élus. Beaucoup d'entreprises font la même chose et n'ont que, pour seule activité, les objets connectés. Mais combien d'entre elles réussissent vraiment à vendre leurs produits ? Cette situation est relativement inquiétante. Nous allons connaître des alliances, des fusions ou des rachats en nombre car le marché n'a pas vraiment décollé et il ne va pas s'envoler en un claquement de doigts en 2015.

La bagarre ne fait que commencer

Les objets connectés suscitent davantage l'engouement des médias que celui des consommateurs. Sujet dans l'air du temps et attractif en France car nous sommes nombreux à être performants dans ce domaine, la presse est devenue technophile. Pour preuve, l'importante couverture médiatique à l'occasion du CES à Las Vegas. De plus, les objets connectés avec les problématiques liées au Big Data et à la sécurisation des données vont continuer à passionner les journalistes.
Et, tant mieux ! Il faut continuer à évangéliser le grand public. Mais en s'adressant davantage à « Monsieur et Madame Tout-le-monde ». Nous sommes encore sur un marché d' « early adopters » et l'image véhiculée par les médias ne permet pas à tout un chacun de s'approprier les objets connectés.
Dans l'imaginaire collectif, entretenu par les quelques spots de publicité télévisée, la maison connectée permet simplement d'ouvrir ou fermer les volets, allumer ou éteindre les lumières, à distance. Or, jamais les consommateurs ne vont dépenser, en masse, 500 euros voire plus pour ça.

En réalité, la maison connectée, c'est beaucoup plus que cela, c'est une maison qui s'adapte aux habitudes de toute la famille pour faire beaucoup plus de choses, comme par exemple, gérer simultanément le chauffage et l'alarme lorsque vous quittez votre domicile ou entrez dans votre garage. L'intelligence de la maison connectée est, en effet, sans limite.

Mais elle ne sera donc pas sans dommages collatéraux pour nous, entrepreneurs, qui avons encore des efforts à fournir pour simplifier les produits et les systèmes et mieux communiquer auprès du grand public.

Avec l'arrivée désormais de géants comme Google et Apple sur ce marché, il apparaît clairement que le protocole unique des objets connectés est fortement compromis. L'interopérabilité entre les objets se fera plutôt via le Cloud à travers des API, interfaces de programmation, qui vont permettre à plusieurs appareils de marques différentes de communiquer et d'être hyper-opérables. Ce sera le cas, par exemple, avec le hub numérique que souhaite proposer la Poste qui permettra de piloter sur une même application des équipements de constructeurs différents.

Entre contribuer à développer le marché et conserver ses parts de marché, la bagarre ne fait que commencer.

A propos d'Avidsen :
PME française basée à Chambray-Lès-Tours (37), Avidsen conçoit, développe et commercialise des systèmes électroniques et numériques innovants, simples d'utilisation pour la maison connectée. Après avoir été pionnière, depuis sa création en 1998, dans le domaine de la motorisation pour portails, Avidsen, présidée par Alexandre Chaverot, est devenue aujourd'hui une valeur de référence dans le  secteur de la Maison intelligente et des objets connectés en Europe, en fournissant ses propres produits, ainsi que ceux des marques distributeurs de la GSB (Grandes Surfaces de Bricolage). Avidsen détient également la licence de la marque Thomson en Europe pour l'ensemble des gammes sécurité (alarme, vidéosurveillance et interphonie) et domotique proposé sous la marque Thomson, mais également auprès d'opérateurs télécom à l'étranger.


Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho