Accéder au contenu principal

La cybersécurité est dans le pré


C’était le dimanche 21 septembre dernier. Alors que le débat s’envenime dans le Tarn entre partisans et opposants à la construction du barrage de Sivens, quelque 30 sites internet publics ou para-publics ne répondent plus à ceux qui les consultent. À la place de la page d’accueil des sites des Musées départementaux, des Archives du département ou encore des zones humides, du musée de la mine ou des archives des ponts et chaussée, les internautes découvrent une vidéo anti-barrage réalisée par les Anonymous. Ce groupe d’hacktivistes (hackers et activistes) s’est rendu célèbre ces dernières années par des attaques informatiques contre les serveurs de certains pays (Arabie Saoudite, Syrie, et.) ou de certaines sociétés (Mastercard, Sony, etc.). Cette fois, c’est bien une collectivité territoriale qui était visée. Des attaques qui ont ensuite été réitérées le 20 novembre et qui démontrent, si besoin était, que les cybermenaces frappent n’importe où, à la ville comme à la campagne.

Si l’action des Anonymous n’a pas fait plus de dégâts que le changement de la page d’accueil des sites, il est des attaques qui peuvent être beaucoup plus dommageables, pour les administrations, comme pour les entreprises et bien sûr les particuliers.

C’est que les territoires ruraux jadis à l’écart des autoroutes de l’information ont depuis largement rattrapé leur retard. Grâce à des plans de couverture haut débit consentis par les opérateurs télécoms et impulsés par des départements et municipalités souvent précurseurs ; par un plan numérique régional ambitieux dont le réseau Cyberbase est un beau symbole, par le dynamisme d’un tissu économique qui participe pleinement à la FrenchTech, les campagnes répondent désormais aux besoins des entreprises comme des habitants. Revers de la médaille, ceux-ci sont devenus des cibles de choix pour les hackers.

Sensibiliser, prévenir, donner les clefs pour se prémunir face à ces cybermenaces : tel est tout l’objectif du colloque « Cybersécurité et territoires », organisé ce vendredi à Fleurance, dans le Gers, en présence des meilleurs experts français, notamment ceux de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information, de la gendarmerie, de la réserve citoyenne Cyberdéfense, etc. Trois tables rondes vont permettre de cerner les risques : services publics et sécurité numérique ; entreprises et protection numérique ; ruralités, numérisation et sécurité. Ce colloque inédit sera conclu par le vice-amiral Arnaud Coustillière, officier général à la Cyberdéfense. Car depuis le livre blanc de la Défense de 2008, renforcé en 2013, la cyberdéfense est devenue une priorité de notre Défense nationale.


«La cybersécurité est devenue une vraie priorité»


Christian Daviot est chargé de la stratégie à l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI)

Comment définissez-vous la cybersécurité ?
On a une définition de principe qui est incluse dans la stratégie nationale de cybersécurité publiée en 2011. La cybersécurité, c’est trois domaines. C’est la sécurité des systèmes d’information, avec un certain nombre de techniques dont font partie la cryptographie, la connaissance des protocoles, des systèmes d’exploitation, etc. Ce sont des connaissances scientifiques et techniques. Le 2e domaine, c’est la lutte contre la cybercriminalité. Et enfin, la cyberdéfense, c’est-à-dire défendre un système attaqué, en temps réel éventuellement. La cybersécurité est la confluence de ces trois éléments.

L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) est récente et peu connue du grand public. Quel est son rôle ?
L’ANSSI est une jeune agence créée en 2009, construite sur la base d’une direction du secrétaire général de la défense nationale à l’époque et qui est issue du service du Chiffre créé en 1943. La base de l’ANSSI, c’est la cryptographie. En 2009, à la suite des attaques contre l’Estonie, dans le Livre blanc de la Défense de 2008, il est écrit que la France va se doter d’une agence qui défendra les systèmes d’information nationaux contre les attaques du type de celles subies par l’Estonie. En 2009, l’ANSSI a ainsi été créée avec une mission de prévention et une mission de défense.

La prévention sera justement au cœur des débats à Fleurance. Quelles sont les menaces principales aujourd’hui qui visent les administrations, les entreprises et les particuliers ?
Il y a trois grands types de menaces. Le premier type, c’est la menace de tous les jours qui frappe tout le monde, le grand public et les PME. C’est la défiguration de sites web. Par exemple, celui de la mairie de Fleurance qui aurait pu se faire attaquer au moment des attentats terroristes de janvier dernier. Il y a eu une campagne menée par divers individus dont l’objectif était de défigurer le plus grand nombre de sites internet français en affichant un message favorable au djihad. Ce type d’attaques peut concerner des sites de collectivités territoriales ou de PME.
Pour le grand public, la menace principale, c’est le vol de données bancaires. A distance, on installe un cheval de Troie sur votre ordinateur qui va dérober vos données personnelles, par exemple vos codes d’accès à votre compte bancaire.
Pour une PME, les pirates peuvent repérer l’organigramme de la société et, avec une adresse internet bidon, créer un message soi-disant issu du président de l’entreprise qui demande un virement à tel ou tel moment.
Tout cela, ce sont des attaques de premier niveau.

Les attaques sont ensuite beaucoup plus sophistiquées ?
Oui. Lesattaques plus sophistiquées, plus difficiles à détecter, sont des attaques pour voler des informations à des fins d’espionnage économique, financier ou politique. Cela touche des administrations, des grandes entreprises ou des PME très innovantes. Il s’agit de pénétrer le système d’information, de la même façon qu’avec des attaques de premier niveau, et leur dérober les données recherchées. Quand on voit que le système d’information d’une entreprise porte toute sa chaîne de valeur, une attaque peut faire des dégâts. Les attaquants sont d’ailleurs très divers : le crime organisé, un hacker des pays de l’Est, un petit geek, un service de renseignement étranger.
Enfin, il y a un 3e niveau dont on a eu des traces avec le virus Stuxnet, en 2010, sur la centrale d’enrichissement nucléaire iranienne où là, c’est du destructif. C’est-à-dire qu’il s’agit, à partir du système d’information, de casser quelque chose. Par exemple, dans le Gers, des pirates pourraient changer la composition d’une recette dans une usine agroalimentaire ; ou changer la chaîne de distribution de produits pharmaceutiques ; ou encore perturber les feux rouges ou le tramway à Toulouse ; ou faire exploser une usine Seveso, etc.

La France est-elle particulièrement visée ?
C’est très difficile d’avoir des chiffres car selon que l’on se place dans le premier, le deuxième ou le troisième type d’attaques, cela n’a pas le même sens. Tous les pays sont attaqués. Et plus les pays sont informatisés, comme la France, plus ils sont attaqués. Si ce sont des attaques en déni de service (on cherche à saturer un site), il y en a des milliers par minute sur certains sites ; si ce sont des attaques sophistiquées d’espionnage, il y en a quelques dizaines par an. La France est très attaquée, comme le sont beaucoup de particuliers ou d’entreprise qui s’en rendent compte parfois trop tard. Le ministère de l’Intérieur est en train de mettre en place des statistiques sur ce sujet.

Les moyens financiers, humains engagés aujourd’hui sont-ils suffisants ?
Le Livre blanc de la Défense de 2013 indique que tout ce qui est attaque cybernétique arrive en 3e position dans le classement des menaces, après l’invasion du territoire et les attaques terroristes. Donc les cybermenaces sont placées assez haut. En 2009, l’ANSSI avait une centaine d’agents, aujourd’hui on est un peu plus de 400 et on sera près de 600 en 2017. Dans un contexte budgétaire contraint, les gouvernements successifs ont considéré que c’est important. Fin 2017, on sera au niveau de nos partenaires allemands et anglais. On se met dans une bonne dynamique. La cybersécurité est devenue une vraie priorité.

Cybermenaces : tous concernés  
Les particuliers
Les particuliers, souvent moins sensibilisés aux cybermenaces que peuvent l'être les administrations et les entreprises, sont les premières cibles des pirates et des escrocs. Selon l'Agence nationale de la sécurité des systèmes l'information (ANSSI), l'hameçonnage (phishing) est en plein développement. «Il reste l'un des principaux vecteurs de la cybercriminalité. Ce type d'attaque vise à obtenir du destinataire d'un courriel d'apparence légitime qu'il transmette ses coordonnées bancaires ou ses identifiants de connexion à des services financiers, afin de lui dérober de l'argent», explicite l'agence. Mais les autres types de virus sont eux aussi en pleine expansion. Sur la seule année 2014, l'éditeur de logiciels antivirus Kaspersky Lab a bloqué 6,2 milliards d'attaques malveillantes (un milliard de plus qu'en 2013) sur des ordinateurs et, surtout, les appareils mobiles comme les smartphones, nouveau terrain de jeux des pirates. L'ANSSI comme la CNIL invitent à respecter des règles simples pour protéger ses données et mieux naviguer sur internet. 
Les administrations
L'administration électronique en France n'est pas nouvelle puisqu'elle a été lancée en 1997 par Lionel Jospin avec le Programme d'action gouvernemental pour la société de l'information. Depuis, municipalités, offices de tourisme, départements, régions ont pris le train du numérique, TGV pour certains, TER pour d'autres. Chacun à son rythme a adopté le numérique pour sa simplicité et les nouveaux rapports aux citoyens : de la dématérialisation des procédures – celle des marchés publics par exemple – à la télétransmission d'actes vers l'État ou des entreprises ; de la mise en place de points d'accès public à internet à celle d'espaces publics numériques pour lutter contre la fracture numérique. La multiplication de données hébergées par ces services publics en fait des cibles de choix pour les pirates. Les élus s'organisent, s'associent aux spécialistes de la sécurité. À l'instar de l'association des maires ruraux, qui a lancé le pack Campagnol pour doter les petites communes d'un site web. 
Les entreprises
«Les problématiques rencontrées par les petites et moyennes entreprises pour la sécurité de leurs systèmes d'information sont nombreuses : protection des fichiers clientèle, des données personnelles et du savoir-faire technologique, sécurité des systèmes de production… Or, les TPE/PME sont confrontées, chaque jour, à de nouveaux risques menaçant leur intégrité, leur image et leur compétitivité : vol de données, escroqueries financières, sabotage de sites d'e-commerce» énumère l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI). Avec l'expertise de terrain de la Commission Économie Numérique de la CGPME, l'Agence vient d'éditer le mois dernier un «Guide des bonnes pratiques de l'informatique» qui présente douze recommandations à destination des non-spécialistes, issues de l'analyse d'attaques réussies et de leurs causes. Bon choix des mots de passe, sauvegarde des données sensibles, mobilité, etc. Des conseils précieux pour les PME.

Midi-Pyrénées, troisième région d'Europe la plus espionnée 

Midi-Pyrénées, terre emblématique de l'aéronautique mais aussi territoire d'accueil de nombreuses PME innovantes du numérique, est la 3e région d'Europe la plus espionnée. «Nous sommes toujours aussi vulnérables : récupérer des informations confidentielles sur les réseaux ou lancer des attaques d'envergure sur une infrastructure restent, aujourd'hui encore, facilement réalisables. 
Ce sont nos entreprises, nos emplois, notre patrimoine informationnel qui sont menacés, nous devons réagir», s'exclame Jean-Nicolas Piotrowski, PDG de la société toulousaine ITrust, qui doit participer le 16 avril au Cyber@Hack de Toulouse pour parler cybercriminalité. ITrust, créé en 2007, est aujourd'hui un acteur majeur de la sécurité informatique avec IKare, un outil pour détecter les failles informatiques prisées par les pirates. ITrust amorce d'ailleurs son implantation aux États-Unis.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho