Accéder au contenu principal

Tribune libre. Grâce à la transformation numérique, clients et fournisseurs n'auront jamais été aussi proches



Une tribune de Franck Le Tendre, Directeur Général de SynerTrade


Il ne se passe pas une année sans qu'une nouvelle révolution ne menace de bouleverser à court ou moyen terme l'activité de nos entreprises. Après le cloud ou le big data, la transformation numérique est sur les lèvres de tous les comités de direction.

Mais cet énième « big bang » sensé redistribuer les cartes se différencient des précédents sur un aspect majeur : ce n'est justement pas qu'une révolution technologique, mais ce sont les usages qui en sont le moteur. De quoi en faire un phénomène d'une autre ampleur, et qui risque de frapper beaucoup plus vite et beaucoup plus fort que les précédentes « révolutions ».


Les réseaux sociaux, pierre angulaire de la transformation numérique des entreprises

Au niveau des comités de direction, on s'interroge évidemment d'abord sur les conséquences de cette transformation numérique sur l'activité de l'entreprise et sur la façon dont cela va impacter les différents départements de celles-ci et leurs interactions au quotidien. Derrière le risque inhérent à tout changement, n'est-ce pas là une opportunité unique de rapprocher enfin l'informatique des métiers ? D'optimiser la performance de l'entreprise en recentrant son attention sur ses utilisateurs ?

La transformation numérique comme on l'entend regroupe plusieurs dimensions, mais elles tournent toutes autour de la volonté des collaborateurs de disposer d'outils plus proches de ce qu'il connaît dans sa sphère privée, afin d'améliorer sa productivité grâce à une meilleure appropriation du système d'information mis à sa disposition.

L'exemple le plus frappant est sans aucun doute la place de plus en plus importante occupée par les réseaux sociaux dans l'entreprise, où comment le BtoC met un pied dans la sphère BtoB. Les réseaux sociaux d'entreprise se démocratisent à vitesse grand V et certaines entreprises autrefois réfractaires à l'usage de Facebook l'autorisent désormais à des fins professionnelles uniquement, afin de faciliter les échanges avec clients, prospects, partenaires, tous présents sur la plateforme de Mark Zuckerberg.

Ces nouveaux usages inspirent aussi les outils professionnels. Au niveau des départements achats, on voit ainsi se démocratiser le « social rating ». D'ordinaire, une entreprise note régulièrement ses fournisseurs sur un ensemble de critères donnés (livraison, qualité du produit, du service client.). Mais désormais, des plateformes existent afin de mettre en commun ses notes avec celles de nombreuses autres entreprises qui font appel aux services du même fournisseur, de la même façon qu'un site comme TripAdvisor permet de noter des hôtels ou des restaurants et de partager son avis avec l'ensemble des internautes.

La digitalisation de l'activité permet fondamentalement de donner corps à la notion d'entreprise étendue, notamment au niveau des départements achats : les échanges entres clients et fournisseurs sont dématérialisés, l'expression des besoins simplifiés et la gestion des échanges et des facturations n'a jamais été aussi rapide. Grâce à la validation et au paiement en un temps record des factures, les entreprises peuvent également profiter d'un « early payment discount » de la part de leur fournisseur, qui n'a plus forcément à attendre 60 ou 90 jours avant d'être payé et peut donc se permettre plus facilement des gestes commerciaux.

La transformation numérique comme accélérateur de mobilité et de collaboratif

L'arrivée de ces nouveaux usages en entreprise (et la volonté forte des utilisateurs de les imposer) apporte bien évidemment son lot de contraintes mais les bénéfices apportés par cette transformation dépassent de loin ses inconvénients. En termes de collaboration entre les différents départements d'une entreprise, c'est idéal : chacun peut publier ce qu'il fait, ce qu'il lit et faciliter l'utilisation d'outils par d'autres filiales du groupe ou par d'autres éléments de mon écosystème. Par exemple, si 200 acheteurs d'un grand groupe utilisent déjà une solution et en sont satisfaits, quoi de plus naturel pour les autres filiales de l'entreprise que de se pencher sur cette solution également ? L'outil qui revêt à la base uniquement un aspect « gestion des achats » devient alors une vraie plateforme de collaboration et de communication, plus flexible et plus ouverte.

Pour les métiers très mobiles comme celui d'acheteur, la transformation numérique qui s'opère refaçonne complètement leur quotidien. Les acheteurs perdent encore trop de temps à aujourd'hui dans des tâches administratives ou à valider des demandes d'achat à leur bureau, quand leur réelle valeur ajoutée est plutôt à aller capter l'innovation sur des salons ou être aux côtés de leurs fournisseurs sur le terrain au quotidien. Si toutes ses tâches administratives peuvent être effectuées à volée grâce à leur smartphone ou leur tablette, ils y gagneront en temps, en efficacité et en productivité.

Le digital fait tomber les frontières de l'entreprise

Aujourd'hui, la transformation numérique impacte surtout des métiers comme le marketing, avec la démocratisation du poste de directeur marketing digital. Au niveau des achats, la fonction de directeur digital achats n'apparaîtra probablement pas avant quelques années, le temps que le métier gagne encore en maturité à ce niveau-là.

Cependant, la transformation numérique reste une excellente opportunité pour les directions achats de se valoriser, en facilitant la communication de la valeur ajoutée auprès de leurs clients internes. Embrasser cette transformation au niveau des achats va permettre aussi de faire pénétrer l'innovation plus vite dans l'entreprise en intégrant mieux celle-ci si elle se trouve chez un fournisseur de rang 2 ou 3. La transformation numérique peut donc se targuer d'être un élément déterminant pour rapprocher plus que jamais, clients et fournisseur, et ce n'est visiblement que le début de la révolution.

A propos de SynertradeSynerTrade est le leader européen de solutions logicielles dédiées aux Achats. SynerTrade possède une compréhension approfondie des problématiques achats au sein de nombreux secteurs d'activité et ouvre de nouvelles perspectives pour augmenter la performance achat tout en réalisant un réel potentiel d'économies. Aujourd'hui, plus de 230 clients, dont 50 figurent au "Fortune 1000" et plus de 200.000 utilisateurs de la suite logicielle eAchats de SynerTrade et optimisent 90 milliards d'euros d'achats par an. Parmi ceux-ci, on compte Adeo, Alstom, Audi, Baloise Assurance, Décathlon, Deka Bank, GDF Suez, Groupama, Lafarge, Lufthansa, Saint-Gobain, Sanofi, Shiseido, Total, Transdev, Yves Rocher, etc.
SynerTrade possède des bureaux en France, en Allemagne, en Roumanie, aux États-Unis, en Chine et au Brésil. Avec Arts & Biens et XL Venture à son capital, SynerTrade est dirigée par une équipe aux compétences multiples dans les domaines de l'optimisation des achats, de l'eSourcing, et de l'eProcurement.
Pour plus d'informations, consultez le site web : www.synertrade.com

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho