Accéder au contenu principal

De Cambridge Analytica à ChatGPT, comprendre comment l’IA donne un sens aux mots

Par  Frederic Alexandre , Inria Un des problèmes que l’IA n’a toujours pas résolu aujourd’hui est d’associer des symboles – des mots par exemple – à leur signification, ancrée dans le monde réel – un problème appelé l’ « ancrage du symbole » . Par exemple, si je dis : « le chat dort sur son coussin car il est fatigué », la plupart des êtres humains comprendra sans effort que « il » renvoie à « chat » et pas à « coussin ». C’est ce qu’on appelle un raisonnement de bon sens. En revanche, comment faire faire cette analyse à une IA ? La technique dite de « plongement lexical » , si elle ne résout pas tout le problème, propose cependant une solution d’une redoutable efficacité. Il est important de connaître les principes de cette technique, car c’est celle qui est utilisée dans la plupart des modèles d’IA récents, dont ChatGPT… et elle est similaire aux techniques utilisées par Cambridge Analytica par exemple. Le plongement lexical, ou comment les systèmes d’intelligence artificielle

Pourquoi les entreprises plébiscitent-elles les logiciels Open Source ?




Par John Newton, CTO et Président, Alfresco 


Loin d'être une nouveauté, les solutions open source connaissent un développement commercial fulgurant. Une étude sur l'avenir de l'open source a ainsi montré que l'adoption des solutions open source au sein des différents secteurs d'activité et entreprises a atteint un niveau record : quelle que soit leur taille, 78 % d'entre elles utilisent les logiciels open source pour tout ou partie de leurs activités. En quoi les solutions open source sont-elles avantageuses pour les entreprises ?

Pour les directions informatiques, trouver les moyens de gérer des systèmes archaïques est un défi quotidien. Après plusieurs décennies d'investissements coûteux, les CIO sont face à une réalité : ils ont trop massivement investi dans des technologies aujourd'hui obsolètes pour mettre au rebut et remplacer les infrastructures existantes. Indépendantes de tout fournisseur ou fabricant, les solutions open source offrent une alternative idéale pour moderniser les systèmes hérités. Elles favorisent l'innovation à l'échelle globale de l'entreprise et permettent d'économiser du temps et de l'argent.

La personnalisation facilite l'innovation
Très coûteux, les logiciels propriétaires sont également très restrictifs. Ils ne peuvent pas être configurés pour s'adapter à des besoins spécifiques, si bien que l'entreprise est confrontée à une impasse dès qu'elle souhaite introduire une modification. En outre, leurs capacités d'adaptation sont limitées ce qui les empêche d'évoluer au gré des besoins.

À l'inverse, les API ouvertes qui caractérisent les logiciels open source permettent aux développeurs de personnaliser la solution en fonction des attentes. Une fois la solution téléchargée, ils peuvent y apporter toutes les modifications souhaitées, ajouter du code, en supprimer ou l'optimiser. De plus, la capacité d'adapter les nouvelles applications aux plateformes open source existantes est bien plus fiable et simplifiée.

Avec les logiciels open source, inutile d'attendre des années pour déployer une solution. Ils permettent de réaliser des tests avant l'acquisition et sont parfaitement adaptés à la collaboration, l'expérimentation et la réalisation rapide de prototypes. Basés sur des standards ouverts, ils offrent en outre des capacités d'interopérabilité intégrées. Pour toutes ces raisons, les logiciels open source ont permis d'innover continuellement et de faire émerger de nouveaux services, applications et startups.

L'indépendance vis-à-vis des fabricants engendre des économies
Avec les plateformes open source, les entreprises se libèrent des systèmes propriétaires dont les coûts de possession sur le long terme doivent inclure les dépenses récurrentes liées aux mises à jour et nouvelles applications imposées par le fournisseur. Les entreprises ne peuvent pas exploiter elles-mêmes le potentiel du code source qui reste la propriété du fabricant.

De par sa nature, le code source des logiciels open source est librement accessible. Chacun y a accès de la même manière et peut le personnaliser en fonction de l'utilisation envisagée. Toute entreprise a la possibilité de développer sa propre solution à partir d'un logiciel open source. Son fonctionnement et sa maintenance peuvent être assurés par différents fournisseurs. Les clients sont donc libres de choisir une solution et d'en changer à leur gré. Ils peuvent facilement changer de prestataire car ils ne dépendent pas de l'offre d'un fournisseur spécifique. Par ailleurs, les développeurs familiarisés avec le code peuvent étendre les fonctionnalités des logiciels open source. Ainsi, l'entreprise qui souhaite apporter des modifications n'est pas à la merci d'un prestataire. Quoi qu'il advienne du fournisseur, elle reste propriétaire de la solution.

La plupart des plateformes open source disposent de dizaines de milliers de développeurs qui créent de nouvelles applications pour les programmes les plus récents, d'où des mises à jour gratuites ou très peu coûteuses. Les solutions open source étant constamment actualisées, les entreprises bénéficient de technologies sans cesse optimisées, sans frais élevés de mise à niveau. Sous la houlette d'un petit nombre de programmeurs rémunérés, les développeurs offrent bénévolement leur temps et leur expertise. Le coût d'investissement initial faible et le fait que les logiciels open source ne sont pas basés sur un système de licences par poste débouchent sur des économies substantielles.

Outre ces avantages en termes de coût, les solutions open source engendrent des économies à d'autres niveaux. Avec les logiciels open source, les entreprises n'ont plus besoin d'autant d'expertise et d'équipements en interne. Au lieu des serveurs et ingénieurs, elles peuvent consacrer leurs ressources à des outils qui viennent renforcer l'infrastructure en place et maximisent la valeur de leurs investissements.

Les logiciels open source favorisent la productivité, la croissance et la collaboration
Les solutions open source sont conçues sur la base d'une architecture qui s'adapte aux changements technologiques imprévus et libère l'entreprise de la dépendance au fabricant, propre aux logiciels propriétaires. Cette ouverture, cette transparence et ces échanges entre pairs favorisent une innovation plus rapide, à un coût réduit. Les standards ouverts facilitent l'intégration des offres open source aux environnements existants et leur adaptation aux nouveaux besoins métiers et technologies. Le formidable potentiel du modèle open source accélère considérablement le rythme des innovations. Ce type d'architecture ouverte répond parfaitement aux exigences des environnements informatiques et de travail modernes. Les solutions open source permettent aux entreprises d'accroître la productivité, de favoriser la croissance et de simplifier la collaboration à travers toute l'entreprise étendue.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

La fin des cookies tiers ne répond pas au besoin de contrôle des internautes sur leurs données

Pour le moment, la plupart des solutions alternatives aux cookies privilégient l’objectif commercial aux dépens des attentes des internautes. Piqsels , CC BY-SA Par  Carlos Raúl Sánchez Sánchez , Montpellier Business School – UGEI ; Audrey Portes , Montpellier Business School – UGEI et Steffie Gallin , Montpellier Business School – UGEI Les révélations du Wall Street Journal contenues dans les « Facebook Files » , publiés en septembre dernier, ont une nouvelle fois montré que les utilisateurs s’exposaient à des risques liés à la divulgation des informations personnelles. Les réseaux sociaux ne sont pas les seuls en cause : les nombreux data breach (incidents de sécurité en termes de données confidentielles) rendus publics, illustrent régulièrement la vulnérabilité des individus face à une navigation quotidienne sur les moteurs de recherche, sites de e-commerce et autres ayant recours à des « cookies tiers » , ces fichiers de données envoyés par

ChatGPT et cybersécurité : quels risques pour les entreprises ?

Analyse de Proofpoint Les plateformes de génération de texte tel que ChatGPT permettent de créer du contenu de qualité, instantanément, gratuitement, et sur n’importe quel sujet. Comme le confirme le lancement de Bard par Google, nous sommes désormais entrés dans une course à l’IA, ou chaque géant du web cherche à posséder la meilleure solution possible. Si l’avancée technologique est majeure, le risque notamment pour la cybersécurité des entreprises est indéniable. Comment lutter contre des campagnes de phishing de plus en plus ciblées et sophistiquées, maintenant alimentées par des technologies capables de parfaire encore plus la forme et la teneur d’un email malveillant ? En quelques mots, ChatGPT offre une ingénierie sociale très performante, mais une automatisation encore limitée. Concernant la détection de la menace par rançongiciels, comme l’explique Loïc Guézo, Directeur de la stratégie Cybersécurité chez Proofpoint, « Bien que les chatbots puissent générer du texte pour le cor

La durabilité et le métavers : 5 considérations pour préparer le prochain changement de paradigme technologique

Par Joshua Parker, directeur senior de la durabilité de l’entreprise et directeur juridique adjoint chez Western Digital L’inquiétude autour du réchauffement climatique a placé le développement durable en tête des priorités des stratégies des entreprises. Ces dernières ont été contraintes de réfléchir à la bonne manière de mener leurs activités, en ayant l’impact le plus faible possible pour le climat. Et l’idée de faire passer le travail physique, la vie réelle et le jeu vidéo dans le métavers est des plus palpitantes. Reste que ce processus va forcément créer une demande significative en matière de stockage de données qui se traduira par davantage de produits et de déchets électroniques. Comment les entreprises peuvent-elles se préparer pour le métavers sans contribuer à un développement accru de déchets électroniques   Définir des objectifs autour du climat Il n’a jamais été aussi essentiel de se doter d’une culture d’entreprise basée sur la confiance et la transparence qui donne un

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay