Accéder au contenu principal

Dix tendances de l'IA qui resteront importantes en 2024

  Ionos, société d’hébergement Web, dresse dix tendances qui vont marquer 2024 en matière d'intelligence artificielle L'IA est l'un des développements technologiques les plus importants du 21e siècle. Depuis la publication de ChatGPT l'année dernière, cette technologie est devenue de plus en plus présente dans la vie quotidienne des gens. Selon une enquête de l'association professionnelle BitKom, plus de la moitié des entreprises interrogées (56 %) estiment que l'IA est "la plus grande révolution technologique depuis le smartphone". Cependant, le développement de l'IA est loin d'être terminé. Au contraire, il ne fait que s'accélérer et les défis qui l'accompagnent ne cessent de croître. Selon le rapport, les dix tendances suivantes en matière d'IA auront un impact décisif sur la vie professionnelle quotidienne et l'informatique en 2024 : Les invites de l'IA commandent les apps de manière intuitive : Les apps ne seront plus

Les 5 commandements de la cybersécurité en entreprise pour 2017



Par Vincent Bazillio, Technologies Maketing Manager chez Axians

En France, 55% des entreprises interrogées annoncent un budget consacré à la cybersécurité en augmentation pour 2017 (1). Ceci s'explique notamment par le fait que le nombre d'incidents liés à la sécurité informatique - tous secteurs d'activité confondus - a augmenté de 38% entre 2015 et 2016 (2). Si le sujet de la sécurité des données est récurrent, il n'est pas toujours traité suffisamment en amont au sein des entreprises. Infrastructures, agilité, sensibilisation, cadre législatif et intégration à tous les niveaux, voici les 5 conseils sur la cybersécurité adressés aux professionnels pour 2017.

1/ Faire des infrastructures des atouts et non des faiblesses

Considérer les infrastructures comme un simple tuyau dans la problématique de la cybersécurité est une erreur car ce sont elles qui connectent tout et permettent de consolider la protection des données. L'avènement de l'IoT accentue cette tendance. Il est impératif de sécuriser ces objets connectés, mais également leurs usages et les applications qui permettent de les utiliser.

L'attaque d'envergure subie par l'hébergeur français OVH en septembre dernier en est l'illustration parfaite. Les attaquants ont piraté près de 150 000 caméras de surveillance IP pour développer un réseau de “zombies” capable de lancer une large attaque DDoS (Deni de service distribué ou Distributed Denial of Service) cibler les serveurs de l'hébergeur. Cette attaque informatique figure parmi les plus importantes jamais enregistrées dans le monde, pourtant l'entreprise française a résisté : “On a l'infrastructure qui tient”, a sobrement communiqué OVH (3).

Autre exemple de piratage d'envergure qui a marqué les esprits ces derniers temps : le 21 octobre, Dyn, le service qui gère une partie essentielle de l'infrastructure de nombreux services en ligne, a subi une attaque massive (4). Ce service, qui permet d'associer certains noms de domaine (comme Twitter.com) aux serveurs qui hébergent les sites a été saturé de requêtes. Cela a créé un ralentissement de sites majeurs (Spotify, Twitter ou encore AirBnB) voire rendu inaccessibles pour certains. Ce qui est marquant, dans cette histoire, c'est que “Dyn n'a pas subi de panne de l'ensemble de son système”, comme tient à le rappeler l'entreprise elle-même. Et une fois encore, l'attaque a été orchestrée via un botnet (réseau de programmes connectés à Internet) composé d'objets connectés, infectés par un malware.


Pour éviter de transformer ses nouveaux objets tous connectés en zombies, il eut fallu par exemple les cartographier et les auditer, écarter les constructeurs négligents, patcher les systèmes de protection, cloisonner et protéger les réseaux, mais aussi protéger le système de gestion de l'ensemble des terminaux connectés, etc. Autant d'étapes cruciales qui sont le plus souvent négligées.

2/ La sécurité des données dans l'ADN de toutes les entreprises

Chaque année, les dirigeants des grands groupes le réaffirment : la sécurité informatique est une priorité pour leur entreprise. La cybersécurité ne doit plus être considérée comme une assurance facultative, mais doit être intégrée dans l'ADN de toutes les entreprises. Par exemple, cette notion de sécurité des données n'est que partiellement évoquée dans le secteur de l'industrie au sein même des process industriels. Quel que soit le secteur d'activité de l'entreprise, elle doit prendre en compte la possibilité et les conséquences d'un piratage de son activité, depuis la conception à la production jusqu'à la commercialisation. Ainsi, de nouveaux outils comme le machine learning, pourraient permettre de détecter tout événement anormal sur le réseau utilisé ou à travers la chaîne de production.

3/ Le paradoxe de l'agilité

“Votre entreprise doit être agile, mais elle doit être sécurisée”. Cette schizophrénie professionnelle ne date pas d'hier mais elle constitue un casse-tête encore non résolu par beaucoup de DSI. D'un côté, une entreprise doit être à l'écoute de ses nouveaux clients, être en mesure d'accélérer son développement, surveiller les innovations de son secteur, s'adapter aux évolutions de celui-ci et, le plus souvent, dans un laps de temps très court. De l'autre, les clients et interlocuteurs mais aussi les moyens de communiquer avec eux, sont de plus en plus nombreux, le risque de menaces informatiques potentielles est donc croissant. Pour répondre à cette double exigence, l'entreprise doit fluidifier les échanges et la connaissance mutuelle entre les équipes métiers et les équipes informatiques. Par exemple, de nouveaux rôles transversaux apparaissent dans les organisations comme les Chief Data Officer (directeur des données) dont l'une des principales missions consiste à garantir de la protection des données personnelles.

4/ S'adapter au cadre législatif

Quel que soit le périmètre d'activité, l'aspect règlementaire de la cybersécurité est de plus en plus contraignant. L'époque où les entreprises cherchaient uniquement à renforcer leur sécurité informatique suite à une attaque est - quasiment - révolue. Désormais, les DSI doivent s'adapter à la règlementation et s'adressent pour cela de plus en plus souvent en amont à des prestataires qui maîtrisent celle-ci parfaitement bien. Cela nécessite de pouvoir adapter facilement ses services, ses produits et leurs applications à une nouvelle législation.

En Europe, la culture de la protection des données est bien plus forte que dans le reste du monde et les entreprises doivent s'adapter à ces disparités. Mais même au sein du Vieux Continent, des différences existent dans la législation concernant la sécurité des données. Par exemple, nos voisins Allemands et Suisses sont particulièrement protectionnistes vis-à-vis de leurs données, ce qui est moins le cas en France, aux Pays-Bas, et dans certains pays nordiques. Les géants l'ont bien compris et commencent à s'adapter au marché européen : c'est le cas de Microsoft, qui a décidé, en septembre dernier, d'ouvrir deux infrastructures dédiées à Azure, sa plateforme de Cloud computing, en Allemagne. Et ainsi rassurer les autorités règlementaires européennes sur la localisation des données du géant américain.

5/ La sensibilisation, un travail de longue haleine

Après 25 ans de cybersécurité, la priorité reste la sensibilisation des utilisateurs et des entreprises aux risques encourus. Les vulnérabilités sont de plus en plus nombreuses et les pirates de plus en plus malins. La sensibilisation à ces menaces doit constituer un message continu et prioritaire. De nouvelles vulnérabilités apparaissent constamment et la veille figure bien sûr parmi les tâches de base d'un responsable de la sécurité. Cependant, il est primordial de garder l'utilisateur dans la boucle de la veille de sécurité : formations, messages informatifs, explications sur les différents accès et la sécurisation des mots de passe, autant de points à ne pas négliger pour assurer la cybersécurité de l'entreprise. L'adhésion de l'élément humain dans la chaîne de vulnérabilité est indispensable pour la protection des données dans le cadre professionnel et si ces pratiques progressent, elles ne sont pas encore suffisantes pour réduire les risques.

Malgré les nombreux experts en sécurité, les certifications développées pour protéger les entreprises et les solutions mises en place, la problématique de la sécurité des données n'a jamais été aussi présente. Cependant, la vulnérabilité viendra toujours de l'Homme, voilà pourquoi il est indispensable d'intégrer la compétence et les comportements humains au cœur des problématiques de sécurité en entreprise. C'est par ce biais que la lutte contre la cybersécurité prendra un virage stratégique. Et qui sait, inversera la tendance en 2017 ?

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl

La fin des cookies tiers ne répond pas au besoin de contrôle des internautes sur leurs données

Pour le moment, la plupart des solutions alternatives aux cookies privilégient l’objectif commercial aux dépens des attentes des internautes. Piqsels , CC BY-SA Par  Carlos Raúl Sánchez Sánchez , Montpellier Business School – UGEI ; Audrey Portes , Montpellier Business School – UGEI et Steffie Gallin , Montpellier Business School – UGEI Les révélations du Wall Street Journal contenues dans les « Facebook Files » , publiés en septembre dernier, ont une nouvelle fois montré que les utilisateurs s’exposaient à des risques liés à la divulgation des informations personnelles. Les réseaux sociaux ne sont pas les seuls en cause : les nombreux data breach (incidents de sécurité en termes de données confidentielles) rendus publics, illustrent régulièrement la vulnérabilité des individus face à une navigation quotidienne sur les moteurs de recherche, sites de e-commerce et autres ayant recours à des « cookies tiers » , ces fichiers de données envoyés par

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé