Accéder au contenu principal

La banque mobile est-elle vraiment sécurisée ?




Par Olivier Thirion de Briel, Directeur Marketing Monde des solutions d’identité et de gestion des accès chez HID Global

Partout dans le monde, les smartphones et autres objets connectés font partie intégrante du quotidien de millions d’individus. À mesure que la technologie mobile gagne en complexité et que les fonctionnalités proposées se multiplient, l’utilisation d’appareils mobiles se veut désormais plus évidente et plus conviviale que jamais. Et cette constante amélioration de l’expérience utilisateur contribue à accélérer l’utilisation des mobiles !

Aujourd’hui, la banque mobile est devenue un outil très apprécié d’aide à la gestion des finances personnelles : les utilisateurs peuvent réaliser plus facilement leurs opérations bancaires, et les banques s’appuyer sur des smartphones pour mieux échanger avec leurs clients. Une récente étude de RateWatch établit que 81 % des établissements financiers sondés proposent actuellement des services de banque mobile, un signe clair de leur popularité.

Néanmoins, cette même étude démontre aussi que 36 % des clients persistent à ne pas utiliser la banque mobile en raison des risques de sécurité, réels ou supposés. Leur défiance, conjuguée à un paysage de cyber-menaces en pleine mutation, implique qu’il faut absolument trouver le moyen de mieux sécuriser la banque mobile. Les établissements financiers n’ignorent pas qu’une expérience utilisateur sécurisée harmonieuse est primordiale, et  prennent les devants pour mettre en œuvre des règles et stratégies de sécurité rigoureuses.

Pourquoi la sécurité est essentielle dans la banque mobile ?

Les banques n’ont pas ménagé leurs efforts pour le déploiement de dispositif de sécurité performant applicable à leurs services bancaires en ligne classiques. Pour autant, la banque mobile présente des enjeux qui lui sont propres, au vu notamment des menaces croissantes exercées par des logiciels malveillants qui ciblent tout particulièrement le canal mobile.

Par conséquent, toute tentative d’adapter les outils et l’infrastructure dédiés à la banque en ligne aggraverait considérablement le profil de risque, à moins que des mesures spécifiques aux mobiles ne soient prises en matière de sécurité.

La banque mobile soulève là 5 grandes problématiques :

  1. En très peu de temps, l’appareil mobile est devenu, au même titre que le trousseau de clés et le portefeuille, le troisième élément que l’on emporte impérativement avec soi en quittant son domicile. Face à la montée en puissance des paiements mobiles et des clés numériques, il est fort probable que les appareils mobiles se substitueront un jour, purement et simplement, aux portefeuilles et aux clés physiques. Concrètement, cela signifie que la sécurité mobile endosse une importance capitale en cas de perte ou de vol d’appareil, mais qu’elle permet également aux banques de faire du mobile un élément phare de leur stratégie d’authentification des utilisateurs, grâce à la diversité des caractéristiques disponibles ― GPS, capteurs de pression et lecteurs biométriques, etc.
  2. L’usage du mobile a avant tout pour but de proposer aux utilisateurs une expérience constructive : un accès fluide aux applications, services et contenus, avec une sécurité efficace sous-jacente. Il est donc plus important que jamais de parvenir à un juste équilibre entre sécurité et expérience utilisateur.
  3. En règle générale, les appareils mobiles proposent un mode ‘always-on’ pour la messagerie électronique, les SMS et la navigation, ainsi qu’un mode d’utilisation basé sur le mouvement. Ce qui peut inciter les utilisateurs à ouvrir des e-mails et pièces jointes non sollicités, à visiter des sites web jugés non dignes de confiance, à télécharger des applications tierces et à utiliser les mêmes identifiants de connexion sur différentes plateformes. Les appareils mobiles deviennent de plus en plus vulnérables face à une vaste série de cyber-menaces comme le phishing, les logiciels malveillants et la manipulation sociale.
  4. Avec la croissance des recours au Wifi non sécurisées plutôt qu’à des réseaux câblés classiques, les utilisateurs sont plus susceptibles de compromettre par inadvertance la sécurité de leurs équipements.
  5. Le paysage des menaces mobiles est en pleine mutation, avec des cybercriminels aux méthodes de plus en plus habiles. Le rapport Symantec 2016 sur les menaces de sécurité Internet met en évidence une progression de 77 % des nouvelles formes de malwares mobiles sous Android entre 2014 et 2015, certains logiciels malveillants tels que XcodeGhost donnant également aux pirates les moyens de cibler le système d’exploitation d’Apple.


Pour offrir des services de banque mobile en toute sécurité et renforcer la confiance des utilisateurs, les banques n’ont d’autre choix que de proposer une sécurisation à plusieurs niveaux. Leurs solutions doivent d’adapter aux difficultés susceptibles de se poser d’un bout à l’autre de la transaction, aussi bien en ‘front office’ (interface des clients) qu’en ‘back-office’ (systèmes bancaires qui identifient et facilitent les requêtes des utilisateurs légitimes sur des appareils mobiles), de même qu’au niveau du canal reliant l’un et l’autre.

Procurer cette tranquillité d’esprit aux utilisateurs contribue à accroître l’adoption de la banque mobile donc à accroître les recettes et les bénéfices tout en améliorant l’expérience utilisateur. Et par la même occasion, les banques se prémunissent du grave préjudice qu’un détournement de données risque de causer à leur entreprise.

Ce qu’une solution sécurisée de banque mobile doit offrir

Pour garantir des mesures de sécurité adaptées à la banque mobile, sans nuire au confort des utilisateurs, les banques doivent privilégier certains critères essentiels dans le choix de leur solution :

  • Une solution d’aide intégrée et à plusieurs niveaux. Les clients de la banque mobile s’attendent à être protégés, même si leur comportement déroge aux meilleures pratiques de cybersécurité. Les solutions qui font appel à une multitude de méthodes d’authentification permettant d’identifier le client et qui assurent une protection de bout en bout : au niveau de l’appareil, de l’application, de la connexion et du serveur ‘back-end’, sont d’ordinaire les plus robustes.
  • La capacité de facilement assigner et configurer des méthodes diverses d'identification. C’est-à-dire une solution ultra-configurable, multi-entités, capable d’appliquer tout type de combinaison de méthodes d’authentification à des catégories d’utilisateurs, canaux et divisions bancaires multiples, en fonction du rôle et des règles en vigueur. Cette approche permettra à la banque de réduire ses coûts d’exploitation en gérant l’ensemble de ses besoins d’authentification à partir d’une plate-forme unique, même si elle exerce ses activités via de nombreuses divisions bancaires et entités implantées aux quatre coins du monde. Cette solution permettra également aux clients détenteurs de plusieurs comptes dans un établissement bancaire de se connecter à ceux-ci au moyen d’une méthode d’authentification unique (SSO), améliorant ainsi leur expérience utilisateur.
  • La sécurité des applications mobiles. Compte-tenu de l’augmentation notable des malwares ciblant les applications mobiles, il importe que la solution de sécurité retenue s’attache à résoudre ce type de problème. Les solutions envisageables comprendront, entre autres méthodes de protection des applications mobiles, des fonctions de détection de débogueur, d’émulateur, de fraude et d’obscurcissement de code (code obfuscation).
  • La collecte de renseignements pour parer à de potentiels problèmes grâce à une analyse des risques avant et après infiltration du système et des appareils des utilisateurs. Les meilleures solutions de sécurité sur mobiles anticipent et identifient les menaces potentielles, nouvelles ou non, elles peuvent exploiter des informations contextuelles pour mettre en corrélation l’exposition aux menaces avec les comportements clients escomptés, les configurations d’appareils et le profil des menaces.
  • Le renforcement des cadres de conformité. Les réglementations sur la conformité sont plus que préconisées pour réussir un audit annuel. La conformité aux normes PCI, par exemple, renforce l’entièreté de la chaîne de sécurité applicable à la banque mobile, en réduisant le risque supporté par les banques et en améliorant la confiance côté clients. La solution de banque mobile choisie doit prendre en charge les cadres de conformité de manière intégrée, et non les traiter en tant que compléments.
  • Le renforcement de l’authentification sans impacter l’expérience client. S’il est logique de recourir à l’authentification à deux facteurs (ou davantage) dans le processus de sécurisation de la banque mobile, les utilisateurs refusent de perdre trop de temps à valider leur identité et leurs droits pour pouvoir consulter leur solde ou effectuer un virement. Ces tensions côté utilisateurs peuvent être réduites, sans nuire à la sécurité, en exécutant la plupart des méthodes d’authentification ‘en coulisses’ : l’utilisateur n’est alors sollicité, pour une authentification renforcée, que si cela s’avère absolument nécessaire, en fonction des paramètres de la charte et du profil de risque.
La banque mobile sécurisée, un service bancaire essentiel pour le grand public

La banque mobile a de beaux jours devant elle et sa popularité ne fera que croître dans les mois et années qui viennent. Son essor s’accompagnera d’une forte croissance des enjeux liés à la sécurité, notamment la nécessaire protection des applications contre la prolifération des menaces. Il est décisif, pour les banques, de mettre l’accent sur l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies de sécurité axées sur la mobilité afin de limiter l’exposition des données clients, les pertes financières ainsi que le préjudice de réputation susceptible d’être occasionnés par une grave faille de sécurité.
La stratégie la plus efficace, pour les banques, consiste à trouver une solution assurant une sécurité inviolable tout en offrant une expérience utilisateur optimum. La simplicité étant primordiale pour les clients aujourd’hui, il s’agit donc de trouver le juste équilibre entre sécurité et expérience utilisateur, et de déployer des services de banque mobile avec une expérience fluide afin que les banques préservent leur avantage concurrentiel.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho