Accéder au contenu principal

Transformation numérique et émergence d'une cyber-mafia



Par Wieland Alge, VP et DG EMEA Barracuda Networks

Le cliché persistant du pirate informatique associable et portant un sweatshirt à capuche a conduit à sous-estimer les cybermenaces. Pourtant, il y a un fond de vérité : les cyberpirates des années 80, 90 et 2000 présentaient, certes d'excellentes compétences techniques, mais, en revanche, de faibles aptitudes criminelles. Ils étaient parfaitement capables de lancer des attaques mais il leur était quasiment impossible - car bien trop difficile - de les monnayer. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si on découvre souvent aujourd'hui des vols de données commis bien des années auparavant. Ils ne sont tout simplement pas parvenus à trouver rapidement des clients pour écouler leurs enregistrements. Et lorsqu'ils y sont parvenus, les autorités les ont facilement appréhendés – grâce à leur manque d'expérience criminelle - en retraçant les flux monétaires.

Les spammeurs ont été les premiers cyberdélinquants à véritablement pouvoir vivre de leur activité. Mais cela restait des débuts modestes. Au bout de quelques années, ils pouvaient peut-être s'acheter une voiture, sans toutefois être en mesure de s'offrir un yacht. En comparaison du niveau de menace actuel, les hackeurs des décennies passées font bien pâle figure.

Car les cybercriminels d'aujourd'hui ne font pas les choses à moitié. Les possibilités offertes par les modèles économiques numériques des organisations criminelles sont immenses. Tout comme les entreprises professionnelles, les organisations mafieuses se fixent des objectifs, élaborent des plans et des stratégies, et réfléchissent à l'optimisation de leurs processus opérationnels. Elles n'ont pas mis longtemps à découvrir que nombre de leurs processus pouvaient être parfaitement dématérialisés : blanchiment de capitaux, contrebande, espionnage, racket et extorsion de fonds, prise d'otages, vol, sabotage et bien sûr l'ensemble du marché noir, notamment le trafic de drogues et d'armes. Cette révolution numérique présente de nombreux avantages : disparition des contentieux territoriaux, élargissement des zones d'intervention, baisse de la pression répressive, recrutement de personnel local dans les régions offrant les conditions les plus avantageuses.

Les initiateurs de cette mutation numérique du crime organisé ne sont pas des spécialistes de l'informatique. Ils ne possèdent pas forcément un haut niveau de compréhension technique, mais ce sont des délinquants expérimentés. Pour mettre en œuvre leurs modèles économiques, ils mobilisent des légions d'informaticiens bien formés - aux perspectives de carrière restreintes dans les pays émergents et à bas salaires - en leur proposant d'emblée une rémunération permettant des conditions de vie agréables.

En outre, il est facile pour des criminels bien entourés d'acquérir sur le Darknet des logiciels de piratage préconfigurés : packages de menaces avancées, vulnérabilités Zero day ou encore programmes de pénétration dans les infrastructures informatiques. Tout est disponible et souvent guère plus difficile à utiliser qu'une application pour smartphones. Rappelons au passage qu'outre ces organisations criminelles, les États et les gouvernements figurent parmi les principaux acquéreurs de ce type d'outils.

Le ransomware Locky constitue l'illustration parfaite de la manière dont le crime organisé aborde la transformation numérique. Ce ransomware a toutefois bien peu de choses à voir avec un hack tel qu'il a pu être pratiqué par le passé par des collectifs de bénévoles comme Anonymous. Locky s'apparente plutôt à un lancement de produit savamment organisé. Une organisation basée sur la division du travail s'est occupée du marketing, de la commercialisation et de l'assistance technique. Ses inventeurs ont manifestement procédé à une minutieuse étude de marché. Dès les premiers jours, leurs mailings ont enregistré un taux de conversion incroyable de plusieurs dizaines de milliers de « clients ». Un tel succès aurait submergé la plupart des jeunes entreprises – mais pas les créateurs de Locky, dont l'identité demeure toujours mystérieuse. Ils se sont en effet parfaitement préparés à cette forte demande. Le service « commercial » a veillé à ce que des milliers de « clients » fassent usage de ce logiciel de chiffrement avant la mise en place des premières parades. Le département « Produits » de son côté n'a pas ménagé sa peine en matière d'ergonomie, de performance et de « sécurisation » du chiffrement. Le « marketing » a fait en sorte que même le FBI recommande aux intéressés de verser la rançon en échange du décryptage. Le « service clients » s'est, lui, assuré que chaque client ayant payé obtienne le bon code de déverrouillage. Le « support technique », pour sa part, s'est mobilisé lorsqu'un « client » a signalé un problème de décodage de ses données. Prodiguant leurs conseils par chat, les techniciens ont eu manifestement à cœur de satisfaire entièrement les « clients ». La « direction » a scrupuleusement veillé à ce que les clients n'ébruitent pas leurs problèmes sur les réseaux sociaux au risque de faire capoter le modèle économique mis au point. En d'autres termes, seule une poignée d'entreprises dans l'économie légale sont à même de réussir un lancement de produit aussi rigoureusement organisé.

À la différence du hackeur d'antan, la cyber-mafia sait précisément comment extorquer de l'argent à chaque internaute. Nul besoin d'un motif ou d'une occasion particulière. Il suffit d'être simplement présent. Autrefois, chaque commerçant de quartier devait s'acquitter de la « taxe de protection » au coin de la rue. Il pourrait se produire un phénomène similaire sur Internet.

Ce n'est pas seulement au racket que le crime organisé a fait prendre le tournant du numérique, mais à toutes les activités criminelles qu'il pratique avec succès dans le monde réel. Ainsi, les devises au cœur de la technologie blockchain facilitent grandement le blanchiment des capitaux. La prochaine étape de cette transformation s'observe actuellement dans le domaine du sabotage. De plus en plus d'organisations criminelles – probablement en partie soutenues et contrôlées par des États – seraient en mesure de paralyser des infrastructures régaliennes comme les réseaux de distribution d'électricité ou de télécommunications en menant des attaques par déni de service distribué d'une ampleur inimaginable. La quasi-totalité d'entre elles prendra le train du numérique au cours des prochaines années.

Jusqu'à encore quelques années, les PME étaient souvent épargnées par ces attaques sophistiquées. Aujourd'hui, le coût marginal d'une attaque personnalisée pour le crime organisé est insignifiant puisqu'elles se comptent par dizaines de milliers chaque jour. Tout le monde peut être une cible, le crime organisé n'a plus besoin de choisir qui il va dépouiller.

Pour lutter contre ce fléau, les organisations et les entreprises doivent rattraper leur retard en termes de transformation numérique et de sécurisation. Il est urgent d'adopter une approche de type « Security by Design ». Autrement dit, les mesures et systèmes de sécurité essentiels doivent être envisagés dès la phase d'étude et de conception, et non pas une fois le produit finalisé ou la faille déclarée. Les possibilités d'attaque se révèlent alors très limitées, les coûts pour les assaillants extrêmement élevés et leurs chances de réussite plutôt faibles.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho