Accéder au contenu principal

L'après Bloctel : vers l'appel sortant intelligent



Par Frédéric Durand, fondateur et CEO de Diabolocom

Il peut sembler paradoxal d’affirmer que l’appel sortant a de l’avenir, alors qu’en 5 mois, 3 millions de Français se sont inscrits à la liste d’opposition au démarchage téléphonique Bloctel. Pourtant, aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est justement pour cette raison que l’on peut l’affirmer. En effet, plus explicitement que toute étude de marché, l’adhésion massive à Bloctel traduit ce dont les consommateurs ne veulent définitivement plus : être dérangés continuellement par des appels non sollicités et surtout sans aucune valeur ajoutée pour eux.
Les acteurs du marché de l’appel sortant – prestataires et donneurs d’ordres ­– doivent prendre acte de ce rejet qui leur indique, en creux, le seul véritable produit d’avenir de cette industrie : l’appel sortant intelligent – c’est-à-dire à la fois opportun, consenti par le consommateur et à valeur ajoutée pour lui, parce que personnalisé.


S’inspirer du B2B pour redonner du sens à l’appel sortant

Pour les acteurs du marché, cela signifie passer d’un produit de masse décontextualisé – la campagne massive d’appels à froid – à un produit nettement plus qualitatif : un parcours où l’appel sortant n’intervient que lorsque la cible individuelle a renvoyé un certain nombre de signaux positifs permettant de juger de son intérêt pour ce qui va lui être proposé. Cela paraît un peu compliqué mais, sur le fond, ce n’est rien d’autre que de l’inbound marketing tel qu’il se pratique de plus en plus couramment dans l’univers B2B.

Au lieu de prospecter à la chaine et à froid, à partir d’une liste de contacts téléphoniques plus ou moins qualifiés, on embarque ces contacts dans un scénario où on leur propose des contenus. L’accès à chaque contenu est l’occasion, par le bais de formulaires, de recueillir des informations supplémentaires sur chaque contact et d’affiner la connaissance qu’on en a. Si un contact n’ouvre aucun des e-mails qui lui ont été adressés, la probabilité qu’il soit intéressé est faible. Inutile de l’appeler. En revanche, le contact qui ouvre toutes les communications reçues et qui télécharge systématiquement les contenus présente indiscutablement une appétence pour le produit ou l’offre et devient un prospect. L’appeler a d’autant plus de sens et de valeur que la personne appelée connaît déjà la marque : l’appel n’est donc plus un appel à froid. De plus, les informations que cette personne a livrées au fil de son parcours vont permettre de parler non pas des produits/services/offres mais de son projet.


En finir avec l’appel à froid en B2C

Il est certes plus difficile d’appliquer ces principes en B2C qu’en B2B, ne serait-ce que pour des questions de volume et de taille de la cible. C’est sans doute vrai dans le démarchage téléphonique de conquête pur, celui-là même auquel Bloctel est censé faire barrage. La parade consiste à éviter l’appel sortant totalement à froid en le faisant précéder d’un « amorçage » par courrier ou par e-mail. L’avantage de l’e-mail est ici triple : tous les outils d’e-mailing permettent de savoir si un message a été ouvert ou non par le destinataire, ce qui élimine d’emblée des listes d’appels ceux qui ne l’ont pas ouvert ; l’e-mail peut évidemment renvoyer à un site web, où le parcours du consommateur devient traçable, ce qui permet d’évaluer/scorer son intérêt et, en fonction de son score, de décider s’il est pertinent ou non de l’inclure dans la campagne d’appels ; enfin et surtout, l’e-mail peut contenir une proposition d’être rappelé, sous forme d’une case à cocher, pour un appel ultérieur, et/ou d’un bouton de call-back pour un rappel immédiat. Dans un cas comme dans l’autre, le consommateur consent explicitement à l’appel (logique d’opt-in) et ne le percevra pas comme une intrusion puisqu’il est demandeur.

Ces techniques d’amorçage peuvent considérablement limiter le nombre d’appels sortants inutiles, infructueux ou perçus comme une agression. Elles redonnent du sens à l’appel sortant et augmentent mécaniquement le taux de transformation – à condition, bien sûr, que les conseillers/télévendeurs aient les compétences, notamment relationnelles, requises pour personnaliser leur discours et convaincre.

L’enjeu est désormais de faire entrer les contacts le plus tôt possible dans un processus digital où ils peuvent être tracés, qualifiés, profilés et scorés. Les scores d’intérêt ou d’appétence permettent de segmenter plus finement la base, de générer automatiquement des listes d’appel ou de rappel pertinentes, couplées à des guides d’entretiens plus efficaces parce que moins génériques.


Utiliser vraiment la connaissance client 

Il suffit de se promener sur les forums où les consommateurs s’expriment sur Bloctel pour voir que les campagnes de démarchage téléphonique sauvage ne sont les seules qui les exaspèrent. Exclues du périmètre Bloctel, les campagnes massives de leur propre banque, opérateur télécom/fournisseur d’accès internet, assurance santé ou fournisseur d’énergie sont tout aussi mal perçues et englobées dans la même défiance. A juste titre, parce que les méthodes sont exactement les mêmes et que la « qualité de client », qui devrait permettre de personnaliser les approches et le discours, n’y est absolument pas valorisée.

Le problème de ces campagnes – d’up-sell, de cross-sell ou d’offre promotionnelle –  est qu’elles ne s’inscrivent pas dans une relation à proprement parler, en tout cas pas au sens que l’on donne à « Relation Client » aujourd’hui. Et cela tient souvent à une sous-utilisation du potentiel des données pour affiner les segmentations et donc les listes d’appels. Ces entreprises ont toutes énormément de données sur leurs clients/consommateurs, mais combien utilisent vraiment ces données à des fins de prévention et/ou de fidélisation ? Par exemple, quel fournisseur d’énergie ou d’eau appelle ses clients dont la consommation a beaucoup augmenté par rapport à l’année précédente, ne serait-ce que pour leur signaler ce fait et chercher à en comprendre la raison ? Aucun, alors que ces situations sont des occasions idéales de montrer au client qu’on se soucie de lui et qu’on a des solutions qui peuvent l’aider à mieux maîtriser sa consommation. Là encore, si l’appel est annoncé ou proposé via un e-mail ou un sms, on augmente les chances qu’il soit fructueux – beaucoup plus que s’il est émis dans le cadre d’une campagne générique visant précisément à promouvoir les solutions de réduction de consommation d’eau ou d’énergie.


Le digital redonne de l’avenir à l’appel sortant

Cela fait plus d’une décennie que l’on sait que le marketing téléphonique de masse a du plomb dans l’aile. L’industrialisation et l’offshoring ont permis un temps de maintenir un semblant de marge pour les prestataires et un soupçon de ROI pour les donneurs d’ordre, mais les consommateurs ne répondent plus à ce type de sollicitations. Les stratégies entièrement automatisées, telles que les campagnes sortantes à base de messages enregistrés, ne font qu’accroître leur défiance et ne sont donc pas des solutions d’avenir. La seule voie possible est de s’appuyer sur le digital pour réintégrer l’appel sortant dans un processus relationnel et d’utiliser intelligemment la connaissance client disponible pour que l’appel redevienne un temps fort de la relation : le moment – qui, pour des raisons économiques évidentes, sera de plus en plus rare et donc de plus en plus précieux – où l’on est dans l’échange humain et où l’émotionnel reprend ses droits.

Les outils qui permettent de créer ce continuum digital-téléphonie existent de longue date. Ils s’interfacent aujourd’hui plus facilement que jamais avec les outils d’analyse qui permettent d’accroître la pertinence et la valeur ajoutée des appels en exploitant mieux les données. Les mobiliser conjointement ne va pas à l’encontre des méthodes industrielles développées depuis des décennies par les opérateurs de campagnes sortantes, bien au contraire ! C’est le moyen pour ces acteurs de monter en gamme et, donc, de continuer à valoriser leurs savoir-faire et leurs investissements antérieurs. Si, à court terme, les grands donneurs d’ordre ne sont pas toujours demandeurs de cette montée en gamme, la probabilité est faible pour qu’ils continuent à acheter un produit rejeté par les consommateurs au sens large et par leurs propres clients. S’ils ne sont pas directement demandeurs aujourd’hui, le renforcement prévisible des contraintes réglementaires et la probable généralisation de l’opt-in ne tarderont pas à réorienter leur choix vers des offres qualitatives, acceptées par les consommateurs parce que respectueuses de leurs choix.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho