Accéder au contenu principal

Ce que Jeff Bezos peut nous apprendre sur la Sécurité des données

Jeff Bezos
Par Arnaud Gallut, Regional Sales Director, Ping Identity

Plus tôt cette année, Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, a mobilisé l’attention des médias lorsque certains de ses messages personnels ont été dévoilés publiquement. Certains ont suggéré que la fuite provenait d’un de ces proches, et d’autres ont affirmé que la manœuvre avait des motivations politiques et qu’il s’agissait d’une sorte de vengeance personnelle. Bien que l’attention des médias se soit concentrée sur pourquoi Jeff Bezos a été ciblé et par qui, ce qui devrait plutôt nous préoccuper à la fois à titre personnel et en tant que professionnels de la sécurité des données, nous inquiéter le plus, est comment sécuriser nos données en toute confiance. 

34% des consommateurs américains ont déjà vu leurs informations personnelles compromises
2018 Consumer Cybersecurity Study, FirstData


Même si la plupart des médias se sont concentrés sur le type d’informations publiées, nous ne pouvons oblitérer le fait que l’attaque contre Jeff Bezos constitue bien un piratage de données. Heureusement pour lui et pour Amazon, le piratage ne s’est pas étendu aux données de l’entreprise. Mais cela aurait pu se produire. Et le fait que le terminal personnel de Jeff Bezos ait été piraté pose des questions telles que : si l’homme le plus riche du monde peut être piraté, quel est le degré de vulnérabilité de vos employés, de vos clients et de vos fournisseurs ?

Lorsque vous considérez le nombre de terminaux utilisés pour accéder aux ressources de votre entreprise, ainsi que les types de données auxquels ils accèdent, vous pouvez aussi vous interroger sur le degré de vulnérabilité de votre entreprise.

Si cela vous inquiète, vous êtes au bon endroit. Vous découvrirez plus loin dans cet article :

  • Pourquoi vous devez donner la priorité à la sécurité de vos données.
  • Les trois endroits où vos informations personnelles sont les plus vulnérables.
  • Les six mesures à prendre dès aujourd’hui pour sécuriser vos données.


Pourquoi la sécurisation de vos données doit être votre priorité

La menace représentée par les piratages de données et les cyber crimes est bien réelle. Quasiment pas une semaine ne passe sans qu’une nouvelle entreprise ne subisse une attaque, dont l’impact en termes de coûts et chiffre d’affaires est souvent élevé.

En fait, le coût moyen d’un piratage de données pour une organisation atteint 3,86 millions de dollars, d’après l’étude Cost of a Data Beach 2018 du Ponemon Institute. Un chiffre qu’il est difficile d’ignorer. Même si estimez être une cible de faible importance, un piratage peut avoir pour vous de graves conséquences, peut-être même plus que cela. Manquant de la base de clients fidèles et des ressources dont bénéficient les grandes entreprises, les PME sont souvent plus impactées par un piratage en termes de pertes de revenus et de clients perdus.

60% des PME indiquent qu’un employé ou un fournisseur négligeant est à l’origine d’un piratage.
2018 State of Cybersecurity in Small and Medium Size Businesses, Ponemon Institute

Il va sans dire que la sécurité des données devrait être un impératif stratégique pour toute entreprise, quelle que soit sa taille. Vous devez mettre en place des mesures de sécurité qui sont à la fois rigoureuses – pour protéger votre entreprise de manière adéquate – et transparentes – pour garantir une pleine adoption des utilisateurs. Dans ces conditions comment être sûr que vous faites tout le nécessaire pour sécuriser vos données ? Les bonnes pratiques en termes de sécurité des données commencent au niveau individuel. Alors commençons par comprendre à quel moment vos informations sont les plus vulnérables.

Quand vos données personnelles sont les plus vulnérables


Les données personnelles risquent d’être détournées ou volées dans trois principaux endroits :

1.    Dans un site de stockage dans le cloud
Nous stockons de plus en plus de données et de contenus auprès de fournisseurs de stockage dans le cloud tels Microsoft Azure, AWS et Google Drive. Le stockage dans le cloud présente plusieurs avantages, dont l’accessibilité, le partage et la sécurité. Mais même si la plupart des données stockées dans le cloud sont cryptées, cela ne veut pas forcément dire qu’elles sont en sécurité.

2.    Pendant la transmission
Vos données ne sont pas seulement en danger lorsqu’elles sont stockées et gérées, mais aussi lorsqu’elles sont en mouvement. Avez-vous déjà envoyé un message personnel ou un email contenant des informations sensibles, comme le code de votre porte de garage ou votre numéro de sécurité sociale ? Tout ce que vous envoyez par email, y compris les photos et les fichiers, revient à envoyer une carte postale. N’importe qui peut voir son contenu s’il le veut vraiment.

3.    Sur le terminal du destinataire
Alors que les deux premiers endroits cités sont sous votre contrôle, le troisième ne l’est pas. Mais cela ne veut pas dire que vous pouvez l’ignorer. Si vous envoyez des informations personnelles et sensibles à un tiers, vous devez avoir confiance en ses propres mesures de sécurité. Même si vous faites tout ce qu’il faut de votre côté, une fois que vos informations sont détenues par quelqu’un d’autre, vous êtes à la merci de l’efficacité ses politiques de sécurité.

Comment renforcer la sécurité de vos données

Vous avez maintenant conscience de tous les dangers qui guettent vos données personnelles, et leur sécurisation peut vous sembler être d’emblée une bataille perdue. Ne désespérez pas, car quelques mesures simples peuvent toutefois vous protéger contre un piratage.


  • Cryptez vos données avant de les transmettre
    Pour garantir une confidentialité totale, vos données doivent être cryptées au préalable avant d’être transmises à un fournisseur de stockage dans le cloud. Ces derniers cryptent les contenus, mais s’ils détiennent les clés de ce cryptage, ces dernières peuvent être volées ou détournées à votre insu. En tant que protection supplémentaire, le mieux est donc de crypter les contenus localement avant de les télécharger dans le cloud. Cela garantit que tout piratage ou fuite accidentelle chez le fournisseur de cloud n’exposera pas vos contenus. Les systèmes d’exploitation de Windows et d’Apple contiennent des outils faciles à utiliser permettant de crypter les données en gardant le contrôle des clés de cryptage.


  •  Cryptez les données lors des transmissions
    Utiliser un tunnel crypté comme un VPN sur un réseau wifi public peut aider à prévenir tout piratage durant la transmission des données. En reprenant l’analogie de la carte postale utilisée plus tôt, ceci revient à envoyer un courrier recommandé. Il existe un grand nombre de services VPN à usage grand public disponibles sur le marché, tels Witopia, TunnelBear et NordVPN.
  • Faites des sauvegardes locales
    Pour les informations vraiment sensibles qui doivent être stockées, une sauvegarde locale est le meilleur moyen de garantir la confidentialité. La plupart des disques de sauvegarde sont livrés  avec des outils de cryptage qui garantissent la confidentialité des informations qui sont sauvegardées.


  • Réévaluez les règles d’utilisation des données
    Passez en revue la gouvernance des données et les règles de partage et d’utilisation de l’application que vous utilisez pour créer vos contenus et du service cloud où ces contenus sont stockés. Inspectent-ils vos contenus pour vous envoyer des publicités ciblées ? Combien de métadonnées sur vos contenus partagent-ils avec leurs partenaires publicitaires ? Quel contrôle avez-vous sur les données qu’ils collectent ou que vous partagez ? Quels sont vos droits sur vos données une fois que vous les avez téléchargées sur le fournisseur de cloud ?
  • Evitez les applications gratuites de sources inconnues
    Vous devez comprendre que les applications gratuites ne le sont jamais vraiment. Si vous ne payez pas pour le service, il y a de fortes chances que celui-ci utilise d’une manière ou d’une autre vos données pour gagner de l’argent. Restez à l’écart des applications suspectes et optez uniquement pour des applications bien connues provenant de sources fiables comme l’App Store, Google Play, etc.
  • En cas de doute, supprimez vos données
    Lorsqu’une information ne peut être trouvée ou n’existe pas, elle ne peut être volée ni détournée. S’il existe des données que vous voulez vraiment garder secrètes et inaccessibles, leur suppression est la précaution de dernier recours.

Respecter les recommandations énoncées plus haut vous aidera à renforcer votre posture de sécurité. Mais ne vous arrêtez pas là. Assurez-vous que le destinataire avec lequel vous avez partagé vos contenus a mis en place les mêmes mesures de sécurité. Dans le cas contraire, n’hésitez pas à le former sur les meilleures pratiques de sécurité.

Au bout du compte, il est difficile de tout contrôler. Nous devons faire attention aux données que nous partageons, à la façon dont nous les partageons et avec qui. Mais quel que soit notre degré de prudence, une fois que nos informations sont partagées avec un autre individu ou une autre entité, les sécuriser et les garder confidentielles devient une responsabilité partagée. Et vous n’avez pas besoin d’être un professionnel de la sécurité des données – ou Jeff Bezos – pour être conscient des enjeux.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho