Accéder au contenu principal

Les questions que pose l'Interdiction de TikTok aux fonctionnaires français

  Avis de Constantin Pavléas, avocat spécialisé en droit des technologies, fondateur et dirigeant du cabinet Pavléas Avocats et responsable d'enseignements à l'école des Hautes Études Appliquées du Droit (HEAD). Le gouvernement français vient d’emboiter le pas à d’autres pays occidentaux (Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni..) et organisations internationales (Commission européenne) et interdit à ses fonctionnaires l’installation et l’utilisation de certaines applications « récréatives » sur leurs téléphones professionnels, tels que TikTok, de streaming (telles que Netflix) ou de jeux (tels que Candy Crush),. Les raisons de cette interdiction invoquées par le gouvernement sont les « risques en matière de cybersécurité et de protection des données des agents publics et de l’administration. »   Depuis quelques mois déjà, TikTok était sur la sellette aux Etats-Unis qui soupçonnent le réseau social chinois d’être un cheval de Troie des autorités chinoises. L’interdiction de TikTok sur

Six conseils pour que votre enfant utilise son portable en toute responsabilité


Petite fille avec téléphone. Photo by pan xiaozhen on Unsplash

Elizabeth Englander, Bridgewater State University


Chaque année, de plus en plus de parents envoient leur jeune enfant à l’école primaire équipée d’un smartphone. En France, malgré l’interdiction de l’usage des portables à l’intérieur de l’école et du collègue, les enfants sont bien équipés… Selon une étude qui commence d’ailleurs à dater, (TNS pour e-Enfance, 2009), 70 % des ados de plus de 12 ans ont un téléphone portable et le consultent en permanence.
Aux États-Unis, le pourcentage des élèves de troisième année qui ont déclaré avoir leur propre téléphone portable a plus que doublé, passant de 19 % en 2013 à 45 % en 2017. Et environ la moitié des élèves de quatrième année et 70 % des élèves de cinquième année sont allés à l’école avec un téléphone en 2017.
Les parents citent souvent la possibilité de joindre facilement leur enfant comme principale raison de lui donner un appareil. Il s’agit pour eux d’une question de sécurité. Le « danger des étrangers » et les prédateurs sexuels sont souvent les premiers risques soulignés par les parents. Aux États-Unis, certaines écoles publiques adoptent des politiques qui limitent les contacts personnels entre les élèves et les enseignants.
Pourtant, l’intimidation et la cyber-intimidation sont des problèmes très courants. Dans ma recherche de 2017, j’ai constaté que le fait de donner un téléphone portable à un jeune enfant augmente la probabilité qu’il soit victime d’intimidation ou qu’il devienne lui-même une personne intimidante. Cette étude (portant sur environ 4 500 enfants du primaire) aux États-Unis a révélé que le fait d’avoir un téléphone portable à l’école primaire était associé à l’intimidation et à la cyber-intimidation, à la fois comme intimidateur et comme victime d’intimidation. Un « intimidateur/victime » est, on l’aura compris, un enfant qui est, à différents moments, à la fois intimidateur et victime d’intimidation.
Ma recherche a révélé que si plus de la moitié des intimidateurs de troisième année portaient un téléphone portable, seulement 35 % des enfants qui n’étaient pas impliqués dans des actes d’intimidation en portaient un. De façon encore plus nette, les trois quarts des cyber-intimidateurs de troisième année portaient un téléphone, comparativement à seulement 37 % des élèves de troisième année qui n’étaient pas impliqués dans cette pratique. Les résultats étaient semblables, mais un peu plus faibles, pour les élèves de quatrième et de cinquième année.
Il se peut que les résultats aient été plus probants chez les plus jeunes enfants en raison de leur capacité relativement limitée de comprendre comment fonctionnent les communications dans un environnement numérique. Par exemple, dans un travail de terrain au Massachusetts Aggression Reduction Center, j’ai appris que les adolescents se méfient des émotions qui s’intensifient rapidement en ligne, réalisant qu’elles peuvent mener à des bagarres et à de l’intimidation. Mais les jeunes enfants n’ont généralement pas encore appris cette leçon. C’est ce fossé qui m’a motivé, avec un collègue, à créer un guide pour enfants en vue d’obtenir leur premier téléphone portable.
Les enfants peuvent apprendre à utiliser les téléphones en toute sécurité, et les parents peuvent prendre des mesures pratiques pour réduire au minimum les risques que leur jeune soit victime d’intimidation et de cyber-intimidation, ainsi que des pratiques qui peuvent aider à assurer le bien-être général de leur enfant.
Voici quelques conseils :

1. L’appareil reste la propriété de l’adulte

Le téléphone n’est pas celui de votre enfant, c’est le vôtre. Ainsi, vous avez toujours le droit de le regarder. En vérifiant le téléphone de votre enfant, vous pouvez détecter des messages ou des posts qui peuvent suggérer une implication dans de l’intimidation ou de la cyberintimidation. Une étude MacAfee de 2012 a révélé que la moitié des enfants ont changé leur comportement en ligne s’ils croyaient que leurs parents vérifiaient.

2. Pas de téléphone à l’heure du dîner



Il a été démontré que le dîner en famille protège les enfants contre l’intimidation. Monkey Business Images/Shutterstock


Une étude menée en 2014 par des chercheurs de l’Université McGill a révélé que les dîners de famille ont aidé à protéger les enfants contre l’intimidation. L’heure du repas du soir peut être un moment où l’on peut établir des liens affectifs, même lorsqu’il n’y a pas de grande conversation. Ce peut aussi être l’occasion de discuter des problèmes et des difficultés de chacun, et de débattre des solutions et des stratégies avec la participation des personnes qui vous aiment. Malheureusement, on sait bien que les dîners de famille peuvent être facilement interrompus par des notifications ou des messages des téléphones. C’est pour cette raison qu’une règle « sans appareil » à table peut aider à promouvoir des liens familiaux qui protègent contre l’intimidation.

3. Limiter l’utilisation pendant les devoirs

Écouter de la musique peut être acceptable, mais regarder des vidéos et des émissions de télévision ou jouer à des jeux n’ont pas lieu d’être pendant que les enfants font leurs devoirs. Les études qui ont examiné le fait de faire plusieurs tâches en même temps s’accordent pour dire que cela dégrade la mémoire, l’apprentissage et la performance cognitive.

4. Pas de téléphone avant le coucher



Regarder un téléphone cellulaire juste avant le coucher peut perturber le sommeil. kryvoshapka/Shutterstock


Il a été montré que les écrans lumineux regardés juste avant le coucher peuvent retarder ou interrompre les rythmes de sommeil. Les problèmes de sommeil, à leur tour, ont été liés à l’intimidation. Pour favoriser un sommeil sain et réduire les risques d’intimidation, aidez votre enfant à adopter de bonnes habitudes de préparation au sommeil en rangeant les appareils numériques une heure avant le coucher. S’ils veulent lire à partir de leur appareil, utilisez une application qui a un filtre UVB ou un graduateur de lumière.
Pour aider votre enfant à rester endormi, les appareils devraient être gardés à l’extérieur de la chambre à coucher pour la nuit. Même si votre enfant a l’intention de dormir, un bourdonnement ou une vibration peut le réveiller. Il peut alors être tenté d’envoyer des messages ou de jouer à des jeux.

5. Donnez le bon exemple en voiture



Les textos sont une cause majeure de distraction au volant. Ekaterina Pokrovsky/Shutterstock


Encourager les enfants à abandonner leur téléphone lorsqu’ils sont en voiture peut être une habitude salvatrice pour eux, plus tard. L’habitude peut être prise dès l’école primaire. Un examen des statistiques a révélé, chez les jeunes conducteurs, que l’utilisation du téléphone cellulaire est la deuxième cause de distraction au volant, et donc d’accidents. Pour réduire les risques que cela se produise une fois le permis passé, les parents peuvent apprendre aux jeunes enfants que l’on n’utilise pas un appareil en voiture ; il peut s’agir d’un endroit pour parler, plutôt que d'envoyer des messages.

6. Instaurer un esprit de responsabilité

Posséder un téléphone portable n’est pas un droit, c’est un privilège. En tant que parent, encouragez l’utilisation responsable du téléphone en établissant un lien entre ces privilèges numériques et une attitude de responsabilité. Montrez aux enfants comment gérer leur temps passé sur Internet avec des applications comme unGlue. Enseignez à vos enfants que discuter de problèmes concernant la société fait partie de la maturité nécessaire pour utiliser un téléphone portable. Et songez à demander à vos enfants de participer à la vie de la maison pour « gagner » leurs privilèges numériques.The Conversation

Elizabeth Englander, Professor of Psychology, and the Director of the Massachusetts Aggression Reduction Center (MARC), Bridgewater State University
Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

ChatGPT et cybersécurité : quels risques pour les entreprises ?

Analyse de Proofpoint Les plateformes de génération de texte tel que ChatGPT permettent de créer du contenu de qualité, instantanément, gratuitement, et sur n’importe quel sujet. Comme le confirme le lancement de Bard par Google, nous sommes désormais entrés dans une course à l’IA, ou chaque géant du web cherche à posséder la meilleure solution possible. Si l’avancée technologique est majeure, le risque notamment pour la cybersécurité des entreprises est indéniable. Comment lutter contre des campagnes de phishing de plus en plus ciblées et sophistiquées, maintenant alimentées par des technologies capables de parfaire encore plus la forme et la teneur d’un email malveillant ? En quelques mots, ChatGPT offre une ingénierie sociale très performante, mais une automatisation encore limitée. Concernant la détection de la menace par rançongiciels, comme l’explique Loïc Guézo, Directeur de la stratégie Cybersécurité chez Proofpoint, « Bien que les chatbots puissent générer du texte pour le cor

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell