Internet fête déjà ses cinquante ans

datacenter


Le 29 octobre 1969, aux Etats-Unis, le professeur Kleinrock faisait «parler» un ordinateur avec un autre. L'échange de ce message actait la naissance de ce qui allait devenir internet. Cinquante ans plus tard, que reste-t-il des idéaux de départ ?

Ce qu'il y a d'extraordinaire avec une technologie, ce sont les usages détournés qui, par choix ou accident, déclenchent une nouvelle révolution. Le 29 octobre 1969, c'est un ces moments historiques qui s'est produit dans un laboratoire de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) lorsque le professeur Leonard Kleinrock et ses collègues utilisent leur ordinateur pour échanger un message avec ceux de l'Institut de recherche de Stanford.

Le «miracle» a lieu ce 29 octobre 1969 à 22 h 30. Et il se répétera entre l'UCLA et d'autres universités. Le réseau ainsi formé entre ces universités, Arpanet (Advanced Research Projects Agency Network), constitue bel et bien l'ancêtre d'internet.

Un changement profond de l'internet des débuts

internet

Cinquante ans plus tard, c'est peu dire qu'internet a profondément évolué. Une histoire marquée par toute une série d'innovations comme, le protocole TCP/IP inventé en 1973 par Vinton Cerf et Bob Kahn ; le world wide web (WWW) né le 13 mars 1989 à Genève, au CERN, sous la houlette de Tim Berners-Lee ; ou encore la création de Google le 4 septembre 1998 par Larry Page et Sergey Brin. Au fil de ces cinquante années, les idéaux du début se sont singulièrement émoussés. L'esprit libertaire, le partage, la gratuité a laissé place à un immense marché aujourd'hui dominé par les GAFAM (Google, Amazon Facebook, Apple, Microsft) ou des moins connus (BATX), c'est-à-dire les géants chinois Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi.

Surtout, la nature même d'internet a changé sous la montée en puissance phénoménale des réseaux sociaux. Des réseaux sociaux que le professeur Kleinrock avoue aujourd'hui n'avoir pas vu venir (lire page suivante) ; des réseaux sociaux aux mains de sociétés qui ont la puissance des Etats et influent sur la marche de nos démocraties. À telle enseigne que se pose la question d'une régulation plus poussée voire d'un démantèlement pur et simple, de Facebook par exemple.

Et dans cinquante ans ?

60seconds_internet

Face à l'extraordinaire puissance informatique dont nous disposons aujourd'hui au creux de notre main avec nos smartphones, difficile de faire des pronostics sur ce qui nous attend dans les cinquante prochaines années, alors que l'intelligence artificielle n'en est qu'à ses débuts.

En revanche, on peut dégager des tendances au moins pour les mois à venir, comme le fait tous les ans Mary Meeker, célèbre investisseuse américaine en capital-risque. Nous passerons ainsi toujours plus de temps devant notre mobile que devant notre télévision, les jeux vidéo multijoueurs (comme Fortnite) vont ressembler de plus en plus à des réseaux sociaux, la communication par l'image va se développer de plus en plus, de nouvelles plateformes vont commencer à grignoter les parts de publicités de Google et Facebook, les solutions numériques dans la santé vont se multiplier, tout comme les enceintes et objets connectés. Mary Meeker prévoit aussi que les utilisateurs vont se soucier de plus en plus de la protection de leurs données personnelles.

À cet égard, le règlement européen sur la protection des données (RGPD) aujourd'hui plébiscité montre que l'Europe porte une certaine vision de ce que doit être internet.

0 commentaires: