Accéder au contenu principal

Cybercriminalité : les hôpitaux en ligne de mire pendant l'épidémie de Covid-19

hospital


Philippe Rondel
Par Philippe Rondel, cyber évangéliste  chez Check Point Software Technologies France

 Au début de la pandémie, certains groupes de cybercriminels avaient promis qu'ils n’attaqueraient pas les hôpitaux à l’aide de logiciels rançonneurs. Il s'agit notamment des groupes qui utilisent les logiciels rançonneurs Maze et DoppelPaymer. Aujourd'hui, six mois plus tard, il semble que toutes ces promesses se soient envolées, car les groupes Maze et DoppelPaymer sont tous deux soupçonnés d'être à l'origine des attaques actuelles contre des hôpitaux et des cliniques. Faire confiance à des cybercriminels n'a jamais été une option et cela devrait être maintenant clair pour tous, quel que soit le logiciel rançonneur au cœur d'une attaque. Les hôpitaux sont et resteront des cibles intéressantes, en particulier avec la récente législation allemande Krankenhauszukunftsgesetz concernant la numérisation des hôpitaux.

Les logiciels rançonneurs ne font pas partie du top 3 des menaces ciblant les hôpitaux

Les chercheurs de Check Point ont compilé pour une étude les méthodes et les cibles d'attaque les plus importantes. Par exemple, 70 % des hôpitaux allemands ont été attaqués via une vulnérabilité d'exécution de code à distance. Dans presque le même nombre de cas, des données et des informations ont été exfiltrées et publiées. Dans 58 % des cas, l'authentification qui était effectivement requise a pu être contournée. Il n'y a que peu de chiffres disponibles sur l'utilisation actuelle des logiciels rançonneurs, car la dernière enquête date d’avant la pandémie. Des extracteurs de cryptomonnaie, des botnets et des voleurs d’information ont été découverts dans les réseaux. Le cas décrit au début ainsi que d’autres exemples de l'année dernière soulignent cependant que les logiciels malveillants sont un outil que les cybercriminels utilisent volontiers contre les hôpitaux. Bien que cette forme de menace fasse sans cesse la une des journaux, d'autres menaces telles que les extracteurs de cryptomonnaie, les botnets et autres sont beaucoup plus fréquentes, comme le montrent les chiffres ci-dessus.

Selon un rapport de Slate, plus de 1 000 organismes de santé ont été attaqués par des logiciels rançonneurs aux États-Unis depuis 2016. Le coût total de ces attaques dépasse 157 millions de dollars. En 2017, des dizaines d'hôpitaux et de cabinets médicaux britanniques ont été visés par WannaCry, et en 2019, un certain nombre d'hôpitaux américains ont été contraints de refuser des patients en raison d'attaques de logiciels rançonneurs. Même dans les hôpitaux tchèques, les cas de chantage augmentent, comme l'a montré celui de l'hôpital de Benešov au début de l'année.

Les attaques par logiciel rançonneur sont de plus en plus sophistiquées et perfectionnées. Les cybercriminels menacent de révéler des informations sensibles stockées dans les systèmes chiffrés, et les logiciels rançonneurs sont souvent associés à d'autres techniques de menace, comme dans le cas de l'hôpital de Benešov, où le logiciel rançonneur ryuk est entré dans les systèmes informatiques via le botnet Emotet. De même, le botnet Phorpiex, par exemple, diffuse le logiciel rançonneur Avaddon.

Des logiciels rançonneurs sous forme de services sont également proposés de plus en plus fréquemment, de sorte que même des attaquants inexpérimentés et sans connaissances techniques peuvent mener des attaques. En cas de réussite, ils versent une partie de la rançon aux auteurs. Cette méthode constitue par exemple entre 30 et 40 % des bénéfices du logiciel rançonneur GandCrab. En 2018, GandCrab a infecté plus de 50 000 ordinateurs en seulement deux mois et a rapporté aux agresseurs jusqu'à 600 000 dollars de rançon.

Plus d’appareils à l’avenir et des exigences de protection plus élevées

L'avenir dans les hôpitaux s'oriente clairement vers l'utilisation accrue d'appareils en réseau via l'Internet des objets (IdO). Grâce aux communications intelligentes et automatisées entre différents systèmes et dispositifs, les employés, les médecins et le personnel infirmier pourront encore mieux veiller au bien-être physique des patients et surveiller les groupes à risque. En même temps, cette communication numérique génère également davantage de données, c'est-à-dire des proies potentielles pour les cybercriminels. De même, l'augmentation du nombre de dispositifs et de points de connexion individuels à Internet signifie également que les systèmes ont besoin de niveaux de protection plus étendus et plus élevés. Des concepts de sécurité complets doivent être mis en place pour ces nouvelles infrastructures afin d'empêcher les infractions de pirates. 

Conclusion : comment se protéger contre les logiciels rançonneurs et autres ?

Les hôpitaux doivent protéger les fichiers importants et utiliser des sauvegardes automatiques sur les appareils de leurs employés. Les exploitants de logiciels rançonneurs essaient souvent d'infiltrer les entreprises via des emails de phishing ou de spam, c'est pourquoi une formation de sensibilisation à la sécurité peut être utile. Si les employés soupçonnent des activités inhabituelles, ils doivent le signaler immédiatement aux équipes de sécurité, tout comme ils doivent signaler leurs propres erreurs. Un clic ou un téléchargement malheureux doivent être signalés immédiatement au département informatique et, au mieux, aux experts en sécurité informatique. Pour éviter qu'une menace potentielle ne se propage de manière incontrôlée sur le réseau, il est nécessaire de segmenter et de veiller à ce que les employés n'ont accès qu'aux données dont ils ont réellement besoin. Les hôpitaux devraient également déployer des solutions de sécurité complètes, avec des technologies préventives telles que l'extraction et l'émulation des menaces. Tous les systèmes, dispositifs et applications doivent également être constamment actualisés. Seule une combinaison de toutes ces mesures peut contribuer à réduire les risques.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho