Accéder au contenu principal

Les trois principaux scénarios de deepfake dont il faut se méfier 2023

Analyse de Kaspersky Le nombre de deepfake publiés en ligne explose de 900 % par an, selon le Forum économique mondial ( WEF ). De nombreuses actualités liées à des deepfakes ont fait les gros titres, faisant état de récits de vengeance, de harcèlement, d’arnaques à la crypto-monnaie, etc. Aujourd'hui, les chercheurs de Kaspersky mettent en lumière les trois principaux schémas de recours aux deepfakes, face auxquels nous nous devons tous d’être vigilants. L'utilisation de réseaux de neurones artificiels et du deep learning (d'où est tiré le terme "deep fake") a permis à des internautes du monde entier d’exploiter des images, des vidéos et des sources audio pour créer des vidéos réalistes d'une personne dont le visage ou le corps ont été numériquement modifié, afin de lui faire faire ou dire des choses qui n’ont pas réellement été dites ou faites. Ces vidéos et ces images détournées sont fréquemment utilisées à des fins malveillantes pour propager de fausses i

Pegasus et le cyber espionnage : sommes-nous tous menacés ?

pegasus


Par Vonny Gamot, Head of EMEA Consumer Business chez McAfee

Alors que le « projet Pegasus » bat son plein dans les médias depuis plus d’une dizaine de jours, le cyber espionnage est une nouvelle fois sujet à débats. Avocats, médecins, sportifs, activistes, journalistes ou encore hommes politiques ont été visés par différents États à travers le logiciel espion Pegasus mettant ainsi en lumière les capacités du dark web. Vol d’identité, atteinte à la vie privée, interception de correspondance, accès frauduleux… les conséquences sont de taille et laissent place à de nombreuses interrogations. Comment savoir si nous sommes cyber espionnés ? Peut-on réellement éviter d’être cyber espionnés et comment réagir si nous le sommes ? Comment freiner cette industrie de la cyber criminalité ?

Les smartphones, ordinateurs et objets connectés font fréquemment l’objet de failles. De plus, la plupart des appareils connectés n’étant pas dotés d'une sécurité intégrée, cela en fait une cible facile pour les hackeurs. L'une des raisons pour lesquelles les objets connectés sont si vulnérables est leur structure de mise à jour, ou plutôt leur absence. En effet, les objets connectés ne bénéficient pas des mises à jour de sécurité rigoureuses dont bénéficient les PC portables ou les smartphones. Comme ils ne reçoivent pas fréquemment des mises à jour - et dans certains cas, jamais - ils ne reçoivent pas les correctifs de sécurité nécessaires pour rester constamment sécurisés.

C’est dans ce contexte que Vonny Gamot, Head of EMEA Consumer Business chez McAfee, a souhaité partager son point de vue :

« Le cyber espionnage devient un réel fléau ; se rendre compte que nous sommes hackés arrive souvent au moment où nous constatons des retraits bancaires non désirés ou si notre identité se retrouve sur un site non désiré. Toutes les données que nous détenons dans nos téléphones ou objets connectés peuvent être aspirées et utilisées à notre insu. Le contrôle de l’information est donc compliqué voire impossible. Le plus important n’est pas de se rendre compte si nous sommes hackés mais plutôt quand nous le serons.

De ce fait, il faut être très vigilant sur toutes nos données et les accès que nous octroyons à de nombreux sites, et éduquer toutes les générations. Parmi les bonnes pratiques, on peut citer : avoir des mots de passe robustes, les changer régulièrement et prendre conscience que tout ce qui est en ligne le sera ad vitam aeternam. Les jeunes générations étant exposées à Internet de plus en plus tôt, il est indispensable de leur apprendre comment sécuriser leur navigation en ligne. Sécuriser les appareils c’est bien, mais il ne faut pas non plus omettre le réseau.

Le changement de paradigme avec toute cette digitalisation nous oblige à être connecté mais n’oublions pas d’être connecté en toute sécurité. Mesurer l’impact de nos actions en ligne est nécessaire. Malgré les risques, ceux-ci ne doivent pas nous empêcher de vivre nos vies digitales car il existe des solutions pour nous aider à appréhender ces risques et les éviter ; la digitalisation ne fera que continuer à se développer et à transformer nos vies. Il n’y a aucun retour en arrière possible, donc il faut plutôt embrasser cette digitalisation et apprendre à la domestiquer pour ainsi pouvoir vivre sa vie en toute confiance et liberté. »


Par ailleurs, McAfee souhaite partager quelques conseils afin de sécuriser au mieux ses PC, smartphones et objets connectés :

  • Acheter auprès de marques réputées – Il est impératif de choisir des produits de marques de confiance et de bonne réputation en matière de support et de fonctions de sécurité intégrées.
  • Changer le nom d'utilisateur et les mots de passe par défaut - Les noms et mots de passe par défaut sont souvent disponibles sur le Dark Web, ce qui permet aux cybercriminels de se connecter sur les appareils d’utilisateurs. Une fois connectés, ces derniers peuvent utiliser la connexion pour distribuer des logiciels malveillants visant à infecter les ordinateurs ou les smartphones connectés au même réseau.
  • Configurer un réseau invité - Pour protéger davantage les appareils riches en contenu, il faut configurer un réseau invité sur le routeur qui est exclusivement destiné aux objets connectés du domicile. Avec un réseau d'invité, il est possible de s’assurer que les appareils ne sont connectés qu'aux bons moments et qu’avec les bonnes autorisations.
  • Pratiquer une bonne hygiène des mots de passe – Il est impératif de changer les mots de passe par défaut. Pour renforcer la sécurité d’un appareil il faut le rendre unique, robuste et penser à le changer régulièrement. Pour moins de tracas, on peut utiliser un gestionnaire de mots de passe pour générer et sauvegarder les mots de passe complexes.
  • Sécuriser son réseau – Le routeur est le pivot central de tous les appareils connectés, il faut le sécuriser autant que possible en vérifiant que le cryptage est bien activé pour brouiller les données afin que personne ne puisse y avoir accès. Une solution de sécurité complète permet de protéger facilement une maison connectée.
  • Utiliser un logiciel de sécurité puissant – Il faut investir dans un logiciel de sécurité complet capable de détecter et de bloquer toute une série de menaces. Il faut également bien s’assurer qu'il comporte un pare-feu afin de protéger tous les ordinateurs et périphériques d’un réseau domestique. Il existe des solutions de sécurité qui offre un gestionnaire de mots de passe, une compatibilité multi dispositifs, une sécurité des appareils, un réseau privé virtuel (VPN), une surveillance des données, et qui garantit une connexion à Internet en toute sécurité.
  • Payer avec une e-carte bleue : elle permettra de générer un numéro de carte temporaire uniquement pour l’achat en cours. S’il y a une fraude, celle-ci sera plafonnée au montant effectué. Et activer la double authentification : cela permet de faire valider le paiement via l’application de la banque ou par sms.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

La fin des cookies tiers ne répond pas au besoin de contrôle des internautes sur leurs données

Pour le moment, la plupart des solutions alternatives aux cookies privilégient l’objectif commercial aux dépens des attentes des internautes. Piqsels , CC BY-SA Par  Carlos Raúl Sánchez Sánchez , Montpellier Business School – UGEI ; Audrey Portes , Montpellier Business School – UGEI et Steffie Gallin , Montpellier Business School – UGEI Les révélations du Wall Street Journal contenues dans les « Facebook Files » , publiés en septembre dernier, ont une nouvelle fois montré que les utilisateurs s’exposaient à des risques liés à la divulgation des informations personnelles. Les réseaux sociaux ne sont pas les seuls en cause : les nombreux data breach (incidents de sécurité en termes de données confidentielles) rendus publics, illustrent régulièrement la vulnérabilité des individus face à une navigation quotidienne sur les moteurs de recherche, sites de e-commerce et autres ayant recours à des « cookies tiers » , ces fichiers de données envoyés par

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

ChatGPT et cybersécurité : quels risques pour les entreprises ?

Analyse de Proofpoint Les plateformes de génération de texte tel que ChatGPT permettent de créer du contenu de qualité, instantanément, gratuitement, et sur n’importe quel sujet. Comme le confirme le lancement de Bard par Google, nous sommes désormais entrés dans une course à l’IA, ou chaque géant du web cherche à posséder la meilleure solution possible. Si l’avancée technologique est majeure, le risque notamment pour la cybersécurité des entreprises est indéniable. Comment lutter contre des campagnes de phishing de plus en plus ciblées et sophistiquées, maintenant alimentées par des technologies capables de parfaire encore plus la forme et la teneur d’un email malveillant ? En quelques mots, ChatGPT offre une ingénierie sociale très performante, mais une automatisation encore limitée. Concernant la détection de la menace par rançongiciels, comme l’explique Loïc Guézo, Directeur de la stratégie Cybersécurité chez Proofpoint, « Bien que les chatbots puissent générer du texte pour le cor

Décryptage de l'attaque par ransomware du Centre Hospitalier de Versailles

  Par Cassie Leroux, Directrice Produit chez Mailinblack Après l’hôpital de Corbeilles Essonnes, c’est au tour de l'établissement hospitalier de Versailles, situé au Chesnay-Rocquencourt (Yvelines), d’être visé depuis samedi soir par une cyberattaque. Comment s’est-elle déroulée, quelles conséquences pour ses patients, et aurait-elle pû être évitée ? Décryptage de Cassie Leroux, Directrice Produit chez Mailinblack. Que savons-nous de cette attaque ? Cette cyberattaque vise l’ensemble de l'établissement, dont l'hôpital André-Mignot, la maison de retraite Despagne et l'hôpital Richaud à Versailles. L’hôpital continue de fonctionner, mais au ralenti ce lundi, ce qui perturbe sérieusement son activité. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour tentative d'extorsion.  Cette cyberattaque est de type Ransomware, un logiciel malveillant qui bloque l’accès à aux outils informatiques et aux données en les chiffrant. Dans ce type d’attaque, le hacker demande g