Accéder au contenu principal

Inquiétude de voir des criminels utiliser ChatGPT

Alors qu'Europol vient de publier un rapport sur les dangers de ChatGPT et s'inquiète de son utilisation par des criminels,  Kunal Anand , CTO d’ Imperva , spécialiste de la sécurité, réagit face à la situation actuelle Les chatbots posent-ils un problème de protection de la vie privée plus important que les moteurs de recherche, et pourquoi ? "Le problème des chatbots par rapport aux moteurs de recherche n'est pas seulement lié aux conditions générales ou à la manière dont ils utilisent les données, mais aussi à la manière dont nous interagissons avec eux. Par rapport à une recherche Google ou Bing, les LLM comme Bard deviennent plus utiles à mesure que nous leur donnons plus d'informations (en informatique, cela s'appelle l'apprentissage par renforcement). Et surtout avec un chatbot, il est facile de traiter les interactions comme une conversation et de laisser échapper plus d'informations que nous ne le ferions normalement en tapant simplement dans

Le site internet, levier de recrutement insuffisamment exploité par les PME françaises

recrutement


Par Jessica Gérard, Université Grenoble Alpes (UGA); Christelle Martin-Lacroux, Université Grenoble Alpes (UGA) et Soffien Bataoui, Université Grenoble Alpes (UGA)

Recruter représente un défi pour toute entreprise particulièrement dans la conjoncture actuelle. Les statistiques de la banque de France mettent en évidence les difficultés rencontrées par les employeurs, également mentionnées par le président de la République lors de son allocution du mois de juillet.

Selon des statistiques récentes de Pôle emploi, les petites et moyennes entreprises (PME) seraient particulièrement concernées. Pour ces dernières, le site Internet reste la première source d’informations pour les candidats potentiels ; il s’avère en effet un moyen efficace de présenter des éléments spécifiques sur l’entreprise en tant qu’employeur potentiel.

Or, parmi les entreprises dont l’effectif est compris entre 100 et 200 salariés, seule une moitié déclare utiliser son site pour recruter, et seulement 25 % d’entre elles possèdent une rubrique employeur sur leur site. Elles ne sont que 10 % à développer un discours marque employeur, c’est-à-dire à mettre en avant les avantages que ces dernières offrent à ses collaborateurs (une rémunération attractive, des perspectives de formation et dévolution, un environnement de travail agréable…).

Notre étude récente élabore un panorama de la situation et propose une typologie des PME selon leur comportement à ce sujet.

Balbutiantes et réfractaires

Depuis les années 2000, les chercheurs se sont intéressés aux défis du recrutement en ligne en étudiant le contenu des sites Internet des organisations. Ces derniers semblent jouer un rôle non négligeable pour rendre l’entreprise attractive aux yeux des candidats, qu’il s’agisse de leur contenu ou de leur forme.

Pour comprendre où en sont les PME françaises en la matière, un benchmark a été mené auprès de 200 d’entre elles disposant d’un site Internet. Au terme de cette étude, une typologie de 4 classes de PME émerge. Elle s’établit en fonction de deux éléments : le discours marque employeur qui est déployé et l’« hospitalité » du site Internet.

Par cette dernière expression, nous désignons la capacité du site à humaniser la relation qu’il entretient avec ses visiteurs, à l’image d’un hôte accueillant ses invités. Cela peut se faire en donnant une information complète, en faisant témoigner des salariés occupant divers postes, en proposant une façon ludique de découvrir l’entreprise ou encore en présentant des formulaires de contact.

Dans notre classification, on retrouve tout d’abord les balbutiantes qui correspondent à 23 % de l’échantillon. Il s’agit d’entreprises dont le site présente un niveau moyen d’hospitalité virtuelle et de discours marque employeur. On y trouve surtout des entreprises de 50 à 199 salariés, œuvrant dans le commerce ou le transport. On remarque que les valeurs d’attrait (comme le caractère innovant de la PME) ou de développement (perspectives de formation ou de carrières) y sont les plus développées.

Les plus nombreuses restent les réfractaires (42 % de l’échantillon). Leur site n’est pas hospitalier : on y trouve peu voire pas de photographies d’équipes, l’information est peu récente et peu structurée. Pour ce qui est du discours marque employeur, il est presque absent : seules 8,4 % des PME de cette classe présentent une rubrique employeur sur leur site Internet.

Ces entreprises sont de plus petite taille que les balbutiantes. La moitié d’entre elles ne compte qu’entre 10 et 19 salariés. Le secteur de la construction y est très largement représenté.

Orientées clients et convaincues

Entre ces deux premières catégories se situent les orientées clients (27,5 % de l’échantillon). Il s’agit de PME de toute taille dont le site se caractérise par un niveau d’hospitalité virtuelle moyen et une absence de discours marque employeur. Elles sont nombreuses à y présenter des avis clients, ce qui nous invite à penser que leur site Internet est davantage conçu pour attirer les clients que les candidats. Les entreprises du secteur des services aux particuliers y sont surreprésentées.

On trouve enfin une classe d’entreprises très minoritaires : les convaincues (7,5 % de l’échantillon). Celles-ci présentent un site ayant des niveaux élevés d’hospitalité virtuelle et de discours marque employeur. C’est dans cette classe qu’on trouve le plus de PME du secteur des services aux entreprises. Elles sont plutôt grandes : un quart d’entre elles comporte entre 50 et 199 salariés. Leur site présente très fréquemment une rubrique employeur (près de 87 % d’entre elles) et une large variété de bénéfices y est présentée : partage des compétences, pratiques socialement responsables, pratiques d’attrait et de développement…

Usage fait de leur site Internet par les PME pour recruter : une typologie.

Au total, il semble que les PME développent un niveau plutôt faible de discours marque employeur sur leur site institutionnel. Elles sont même 65 % à ne pas le faire du tout. Cela peut sembler assez paradoxal dans la mesure où les PME présentent des avantages distinctifs et attractifs à communiquer aux futurs collaborateurs, par exemple, la possibilité de prendre des responsabilités ou encore la convivialité au sein des équipes.

L’hospitalité virtuelle et le discours marque employeur restent pourtant des leviers actionnables assez facilement par les PME grâce à des actions simples et peu coûteuses. À titre d’exemple, la dimension sociale peut aisément être mise en exergue par la présentation de témoignages d’employés. Ces réflexions ne semblent pas neutres dans un contexte où les entreprises peinent à trouver des candidats.

Une autre remarque s’impose : beaucoup de PME mettent en œuvre des pratiques qui les rendent attractives mais qu’elles ne communiquent pas sur leur site Internet. Or, rappelons qu’il a été démontré que la visite de ce dernier peut être déterminante dans la décision de postuler des candidats.


Marjolaine Rivard, actuellement chargée d’études en entreprise, passée par le Centre d’études et de recherches appliquées à la gestion, a contribué à la rédaction de cet article.The Conversation

Jessica Gérard, Maitre de Conférences, Université Grenoble Alpes (UGA); Christelle Martin-Lacroux, Enseignante-chercheuse en gestion, Université Grenoble Alpes (UGA) et Soffien Bataoui, Maître de conférences, Université Grenoble Alpes (UGA)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

ChatGPT et cybersécurité : quels risques pour les entreprises ?

Analyse de Proofpoint Les plateformes de génération de texte tel que ChatGPT permettent de créer du contenu de qualité, instantanément, gratuitement, et sur n’importe quel sujet. Comme le confirme le lancement de Bard par Google, nous sommes désormais entrés dans une course à l’IA, ou chaque géant du web cherche à posséder la meilleure solution possible. Si l’avancée technologique est majeure, le risque notamment pour la cybersécurité des entreprises est indéniable. Comment lutter contre des campagnes de phishing de plus en plus ciblées et sophistiquées, maintenant alimentées par des technologies capables de parfaire encore plus la forme et la teneur d’un email malveillant ? En quelques mots, ChatGPT offre une ingénierie sociale très performante, mais une automatisation encore limitée. Concernant la détection de la menace par rançongiciels, comme l’explique Loïc Guézo, Directeur de la stratégie Cybersécurité chez Proofpoint, « Bien que les chatbots puissent générer du texte pour le cor

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell