Énergies renouvelables : les ambitions de l’éolien en mer

 

wind catching

Cette semaine, l’éolien flottant était à l’honneur avec la 8eédition des Rencontres Internationales de l’Éolien Offshore Flottant (FOWT), co-organisée à Saint-Malot par le Pôle Mer Méditerranée – au sein duquel figure la région Occitanie – et France Énergie Éolienne (FEE). Quelque 800 spécialistes d’une trentaine de pays ont assisté à ce salon de l’éolien en mer qui peut avancer plusieurs atouts pour convaincre. 

En effet, face à l’éolien terrestre qui subit de nombreuses critiques, notamment de la part de candidats à l’élection présidentielle qui veulent en freiner voire en stopper le déploiement au nom de la défense des paysages, l’éolien en mer apparaît moins intrusif car éloigné des habitations – même s’il est lui aussi critiqué.

Dans le récent rapport de RTE « Futurs énergétiques 2050 », l’éolien off shore figure dans les six scénarios examinés avec une capacité variant de 22 GW à 62 GW dans le cas du scénario avec 100 % d’énergies renouvelables. L’éolien off shore constitue aussi une opportunité industrielle à saisir pour la France. 3 512 MW d’éolien en mer ont déjà été attribué et FEE table sur une capacité de 10 GW d’éolien en mer en service en 2030, un objectif ambitieux puisque la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) fixe comme objectif d’atteindre 2,4 GW de puissance à fin 2023 et 5,2 GW en 2028.

wind catching

Le projet fou de Wind Catching

Actuellement l’éolien en mer posé (fixé au fond marin) représente la quasi-totalité des énergies marines renouvelable en Europe et dans le monde. Les éoliennes peuvent être implantées jusqu’à 60 mètres de profondeur maximum et sont plus puissantes que les éoliennes terrestres (jusqu’à 12 MW à l’unité). La filière éolienne flottante française fait l’objet de plusieurs projets de démonstrations et projets de fermes pré-commerciales, notamment en Occitanie avec les fermes off shore de Gruissan (3 éoliennes de 10 MW à 18 km des côtes) et de Leucate-Le Barcarès (3 éoliennes de 10 MW à 16 km des côtes).

Les deux parcs occupent respectivement 8,15 km2 et 6,17 km2. Des superficies que certains jugent trop importantes mais qui pourraient à l’avenir être particulièrement réduites si l’on en juge par le projet innovant porté par Wind Catching System. Cette société basée à Oslo a imaginé une immense structure verticale de 300 mètres de hauteur capable de remplacer 5 éoliennes. Cet étonnant système, présenté en juin dernier, est encore à l’état de projet mais présente de nombreux atouts : outre une faible emprise, il aurait une durée de vie de 50 ans avec une maintenance facilitée et fonctionnerait avec des vents de plus de 40 km/h.