Accéder au contenu principal

L’intelligence artificielle peut-elle créer une poésie d’un genre nouveau ?

La boîte à poésie. RAFFARD ROUSSEL

Par Thierry Poibeau, École normale supérieure (ENS) – PSL

Il existe des centaines de programmes de génération de poésie sur Internet – c’est-à-dire des systèmes capables de produire de la poésie automatiquement –, mais à quoi peuvent-ils servir ? Ces programmes ont-ils un intérêt, au-delà de celui de satisfaire leur concepteur ?

On a beaucoup entendu parler de GPT2 ou GPT3, ces énormes programmes informatiques capables de produire des textes très réalistes, et même de la poésie. GPT2 et GPT3 sont en fait des « modèles », des espèces de bases de connaissances, alimentés par des milliards de phrases et de textes glanés sur Internet, et « digérés » afin de pouvoir produire des textes nouveaux, inspirés des textes anciens, mais en même temps très différents.

Ajouter des contraintes

Pour produire de la poésie, il « suffit » d’y ajouter des contraintes : surveiller les rimes et la longueur des vers, respecter la structure globale, l’absence de répétition en position rimée, etc. Les systèmes de génération automatique connaissent un certain succès (on en trouve un nombre phénoménal sur Internet) car la tâche est amusante, ludique, mais aussi complexe si on veut produire des textes avec du sens (et encore plus si on veut contrôler ce qui est dit).

On a donc ici un cadre idéal pour expérimenter (souvent hors contrainte de financement) : la génération de poésie est souvent un loisir et un passe-temps, chez le chercheur comme chez l’amateur éclairé.

Une question se pose toutefois. Ces systèmes sont-ils dignes d'attention ?

Sur le plan littéraire, la plupart des systèmes sont encore, il faut bien l’avouer, assez rudimentaires et ont du mal à rivaliser avec du Baudelaire ou du Rimbaud. Les plus avancés sont toutefois bluffants, et c’est avant tout la base d’entraînement qui joue un rôle crucial (c’est-à-dire l’ensemble des textes qui ont permis au système d’apprendre. On peut en effet fournir à un système un jeu de données réduit, mais spécialisé (des œuvres de poètes du XIXe siècle par exemple) pour « spécialiser » un système, l’adapter à moindre coût. On peut alors obtenir des systèmes qui rédigent des paragraphes à la manière de Balzac, ou de la poésie à la manière de Baudelaire.

Il faut toutefois noter que les résultats apparaissant dans la presse (qu’il s’agisse de génération de prose ou de poésie) sont souvent le fruit de multiples essais, voire le fruit d’un travail de postédition de la part du journaliste.

Le projet Oupoco

Le projet Oupoco (Ouvroir de poésie combinatoire) que nous avons développé avec une équipe du laboratoire LATTICE, avait un but plus modeste. À l’image de l’expérience de Queneau dans Cent mille milliards de poèmes, notre ambition première était de produire des milliards de poèmes simplement en recombinant des vers issus d’un corpus poétique français représentatif.

Cent mille milliards de poèmes, Raymond Queneau, 1961. Musée Médard

À cette fin, nous avons assemblé une base de plus de 4000 sonnets d’auteurs allant du début du 19e jusqu’au début du XXe siècle. Alors que tous les vers de Queneau riment ensemble, il nous a fallu déterminer automatiquement la rime de chaque vers afin de pouvoir produire de la poésie avec rimes. Le projet était donc dès l’origine davantage un projet d’analyse qu’un projet de génération (comme en témoigne cette vidéo.

Ce projet peut paraître dommageable, en ce qu’il ferait passer la poésie pour du « n’importe quoi ». Mais le but est évidemment bien différent. Des expériences concrètes et la rencontre avec le public nous ont montré que cette crainte est en grande partie injustifiée. Le public (jeunes et vieux, femmes et hommes) est amusé, intrigué, veut en savoir plus. Un public d’ordinaire peu attiré par la poésie s’intéresse à ce qui est produit. Le public n’est pas naïf, même quand il s’agit d’enfants : il voit bien le caractère fabriqué, étrange et ludique de l’affaire. Il sait que derrière ce qui est produit se cachent d’autres textes et l’incongruité d’un vers hors norme pousse souvent à aller voir le contexte original, c’est-à-dire le poème d’origine.

Un exemple de poésie (Oupoco) – en rouge, les passages présentant un problème de cohérence. OupocoFourni par l'auteur

Le générateur de poésie, avec les dispositifs de diffusion qui vont avec (comme la Boîte à poésie, une œuvre d’art conçue par l’Atelier Raffard-Roussel et permettant d’obtenir un objet portatif intégrant le générateur de poésie d’Oupoco), permettent à un public large de renouer avec la poésie, alors que c’est une forme souvent délaissée même par les lecteurs régulier.

Quant aux expériences en génération pure (où la poésie produite n’est pas composée à partir de vers préexistants, mais est réellement conçue par ordinateur), elles amènent à réfléchir à d’autres aspects. Sur le texte lui-même : quelle est la richesse du texte produit ? Qu’est-ce qui fait la valeur d’un texte poétique ? Si on est dans le cadre d’une génération « à la manière de » (de façon similaire à la production de musique « à la manière de »), on peut s’interroger sur la valeur du résultat, sur les caractéristiques d’un auteur, sur ce qui fait le style d’un auteur, finalement.

Différents niveaux de créativité

Ces questions amènent enfin à s’interroger sur la notion de créativité elle-même. Margaret Boden, une informaticienne anglaise ayant développé une théorie sur la question, distingue trois niveaux de créativité, chez les humains comme chez les ordinateurs : la « créativité exploratrice », qui consiste juste à étendre un peu ce qui existe déjà (écrire un poème à la façon de Hugo) ; la « créativité combinatoire », qui consiste à combiner de façon originale des éléments existants autour de nous, mais de nature éloignée (les travaux de l’Oulipo, mêlant littérature et contraintes mathématiques sont probablement de cet ordre). La troisième forme de créativité, qualifiée de « transformationnelle », est d’une autre nature, elle change radicalement la façon de voir la réalité et produit généralement toute une nouvelle lignée d’œuvres. Margaret Boden parle de l’invention du cubisme par Picasso ; on peut penser à l’abandon des codes du roman dans les années 1950, autour du nouveau roman, mais la notion de rupture en littérature serait un concept à discuter en lui-même.

Le système Oupoco, recombinant juste des vers existants, est indéniablement de nature exploratrice, même si cette exploration est fondée sur la combinatoire. Le Graal de la créativité par ordinateur serait d’atteindre la créativité transformationnelle, au sens que Boden accorde à ce mot. Un ordinateur serait-il capable d’atteindre ce niveau ? On peut en douter, car ce niveau implique une certaine conscience de soi, une prise de recul par rapport au réel, pour imaginer des mécanismes complètement nouveaux. L’apprentissage artificiel, à la source de la plupart des développements récents et médiatiques en matière d’IA (intelligence artificielle), est très bon pour généraliser et recombiner les milliards de données reçues en entrée, mais est incapable de « faire un pas de côté », pour réellement transformer le réel.

Notons enfin que les humains apprennent aussi à partir de stimulis et par imitation. La nature et la réalité de la créativité transformationnelle n’est pas complètement prouvée. Peut-être qu’à partir des milliards de perceptions reçues au cours de sa vie l’homme est capable de recombiner de manière suffisamment libre pour donner l’impression d’une créativité transformationnelle. On est alors au cœur de la cognition !


Ont participé à Oupoco les personnes suivantes : Claude Grunspan, Mylène Maignant, Clément Plancq, Frédérique Mélanie Becquet, Marco Naguib, Yann Raphalen, Mathilde Saurat, ainsi que l’Atelier Raffard-Roussel.The Conversation

Thierry Poibeau, DR CNRS, École normale supérieure (ENS) – PSL

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho