Accéder au contenu principal

Dix tendances de l'IA qui resteront importantes en 2024

  Ionos, société d’hébergement Web, dresse dix tendances qui vont marquer 2024 en matière d'intelligence artificielle L'IA est l'un des développements technologiques les plus importants du 21e siècle. Depuis la publication de ChatGPT l'année dernière, cette technologie est devenue de plus en plus présente dans la vie quotidienne des gens. Selon une enquête de l'association professionnelle BitKom, plus de la moitié des entreprises interrogées (56 %) estiment que l'IA est "la plus grande révolution technologique depuis le smartphone". Cependant, le développement de l'IA est loin d'être terminé. Au contraire, il ne fait que s'accélérer et les défis qui l'accompagnent ne cessent de croître. Selon le rapport, les dix tendances suivantes en matière d'IA auront un impact décisif sur la vie professionnelle quotidienne et l'informatique en 2024 : Les invites de l'IA commandent les apps de manière intuitive : Les apps ne seront plus

La digitalisation de la presse écrite : quelles conséquences sur l’expérience des lecteurs ?

 

presse


Arnaud Rivière, Université de Tours et Mencarelli Rémi, Université Savoie Mont Blanc

Selon la dernière étude de l’Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM) publiée en octobre 2021, plus de 96 % des Français lisent chaque mois au moins une marque de presse. Ce chiffre rappelle la place centrale que la presse écrite occupe dans le quotidien des Français. Toutefois, au-delà de cet intérêt non démenti, les comportements de lecture sont devenus plus complexes et erratiques au cours des dernières années dans un contexte de digitalisation croissante.

Pour faire face à une fragmentation des comportements de lecture couplée à une baisse des revenus publicitaires et des ventes au numéro, les acteurs de la presse écrite – en France comme à l’étranger – sont en perpétuelle transformation et à la recherche de modèles économiques soutenables. Ainsi, si quelques rares acteurs ont décidé d’investir a minima Internet (à l’image du Canard enchaîné), d’autres ont décidé de basculer l’ensemble de leur offre en version numérique (tels que France Soir, The Independent au Royaume-Uni, La Presse au Canada, etc.).

Entre ces deux stratégies radicales, la plupart des grands opérateurs historiques sur le marché de la presse écrite – qu’il s’agisse du Figaro, de Libération ou du Monde en France ; du New York Times, du Times ou de Der Spiegel à l’étranger – proposent une multiplicité de contenus (versions print et digital, foisonnement de contenus éditoriaux prenant la forme de vidéos, podcasts, évènements live, etc.) accessibles via de nombreux supports ou devices (ordinateur, mobile, tablette, site, application, etc.).

Mais, dans cet environnement fortement digitalisé où les contenus et les accès se multiplient, comment se comporte le lecteur ? Cet écosystème numérique permet-il, finalement, d’améliorer l’expérience de lecture ? Le lecteur circule-t-il de manière aisée entre ces différentes offres qui lui sont présentées comme complémentaires ? Et dans ce contexte, comment les acteurs de la presse peuvent-ils assurer la fluidité de l’expérience de leurs lecteurs ?

« Effet millefeuille »

Deux articles scientifiques que nous avons publiés récemment, s’appuyant sur des enquêtes réalisées auprès du panel propriétaire de 5 400 lecteurs du journal Le Monde, apportent des éléments de réponses sur la manière dont les lecteurs perçoivent l’écosystème numérique qui leur est proposé. Plus précisément, les modèles actuels invitent les acteurs de la presse à déployer une variété de contenus et d’accès, supposant l’existence d’un effet de synergie c’est-à-dire des bénéfices clairs et distincts associés à chaque contenu et à chaque device qui permet de proposer des offres complémentaires.

Or, les principaux résultats des enquêtes viennent remettre en cause ce principe de complémentarité. Tout d’abord, il n’existe pas d’effet de complémentarité entre l’offre print et l’offre digitale du titre de presse alors que cet effet est régulièrement souligné compte tenu des bénéfices spécifiques de chacune des offres (fonctionnalités et contenus différents). Les études réalisées montrent que les lecteurs « mixtes » (consommant à la fois l’offre print et digitale) ne valorisent pas davantage le journal que les lecteurs « exclusifs » (consommant soit l’offre print, soit l’offre digitale).

Ensuite, pour les lecteurs « mixtes », si la multiplication des supports d’accès (ordinateur fixe ou portable, smartphone, tablette) a renforcé l’attractivité de l’offre digitale, elle a contribué parallèlement à diminuer l’attrait de l’offre print.

Enfin, les lecteurs ne perçoivent pas systématiquement de synergies entre les différents supports proposés pour accéder à l’offre. Plus exactement, un device mobile (smartphone ou tablette) pourra être source de création de valeur pour le lecteur par contraste avec un device non ou faiblement mobile (ordinateurs fixes ou portables) compte tenu de caractéristiques sensiblement différentes (taille, portabilité, ubiquité, etc.).

A contrario, les lecteurs ne perçoivent pas d’intérêt à l’utilisation conjointe de supports aux caractéristiques similaires – tels que le smartphone et la tablette – pour accéder au titre de presse. Ces devices sont perçus comme redondants, générant alors de la complexité et un moindre intérêt pour l’offre. Dans les environnements numériques, c’est ce que certains chercheurs ont appelé « l’effet millefeuille ».

Améliorer la gestion de l’expérience du lecteur

Les résultats obtenus à la suite de ces enquêtes invitent donc les acteurs de la presse écrite à penser leur stratégie en adoptant une vision centrée sur l’expérience du lecteur plutôt que de favoriser des stratégies de démultiplication massive des contenus et des accès.

Dans le contexte de la presse écrite, les résultats obtenus conduisent tout d’abord à rappeler qu’il existe une variété d’expériences que les acteurs du secteur doivent prendre en compte et piloter. En effet, l’émergence d’un écosystème couplant offre print et offre digitale a conduit à accroître l’intérêt porté aux lecteurs mixtes. Il convient toutefois de ne pas ignorer les lecteurs exclusifs (digitaux ou print) qui valorisent très fortement l’expérience centrée sur un seul contenu.

Par exemple, et alors que depuis la crise sanitaire on proclame régulièrement la victoire définitive de la presse numérique, les acteurs de la presse doivent continuer à valoriser les offres print sur leurs zones d’excellence (mise en avant de grandes signatures journalistiques, haute qualité formelle, confort de lecture, importance de l’expérience sensorielle associée au support de lecture), notamment pour les lecteurs qui n’achètent le journal qu’en format papier.

Par ailleurs, le déploiement d’un nouveau device – principalement pour accéder à l’offre digitale – ne doit pas seulement être analysé à la lumière de son potentiel de création de valeur pour les offres digitalisées. Les praticiens doivent également tenir compte de son possible impact négatif sur l’offre print, cette dernière étant alors satellisée dans l’expérience proposée au lecteur qui est devenue principalement digitale.

Enfin, la contribution d’un nouveau device doit être examinée à l’aulne des autres accès déjà mobilisés pour consulter l’offre digitale. Plus particulièrement, l’accumulation de plusieurs devices mobiles (smartphone, tablette) n’apparaît pas être une combinaison pertinente en raison de leur redondance dans les usages. Afin d’offrir une expérience client fluide, les praticiens de la presse écrite doivent veiller à clarifier l’usage de chaque device additionnel, en soulignant ses bénéfices spécifiques au regard de ceux déjà mobilisés par les lecteurs pour accéder à l’offre digitale.The Conversation

Arnaud Rivière, Professeur des Universités en Sciences de Gestion (marketing), Université de Tours et Mencarelli Rémi, Professeur des Universités - Marketing, Université Savoie Mont Blanc

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl

La fin des cookies tiers ne répond pas au besoin de contrôle des internautes sur leurs données

Pour le moment, la plupart des solutions alternatives aux cookies privilégient l’objectif commercial aux dépens des attentes des internautes. Piqsels , CC BY-SA Par  Carlos Raúl Sánchez Sánchez , Montpellier Business School – UGEI ; Audrey Portes , Montpellier Business School – UGEI et Steffie Gallin , Montpellier Business School – UGEI Les révélations du Wall Street Journal contenues dans les « Facebook Files » , publiés en septembre dernier, ont une nouvelle fois montré que les utilisateurs s’exposaient à des risques liés à la divulgation des informations personnelles. Les réseaux sociaux ne sont pas les seuls en cause : les nombreux data breach (incidents de sécurité en termes de données confidentielles) rendus publics, illustrent régulièrement la vulnérabilité des individus face à une navigation quotidienne sur les moteurs de recherche, sites de e-commerce et autres ayant recours à des « cookies tiers » , ces fichiers de données envoyés par

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé