Accéder au contenu principal

Deepfake, décryptage d’une arnaque

Par Thomas Mannierre, Directeur EMEA Sud de BeyondTrust L’IA a fait entrer les braquages dans une nouvelle dimension. Plus besoin d’une cagoule noire désormais. En améliorant les attaques d'ingénierie sociale modernes, l’IA a donné naissance à un autre type de menaces : les deepfakes. Bienvenue dans ce qui pourrait être un épisode de Black Mirror ! Le faux CFO de Hong Kong En début d’année, une entreprise à Hong Kong s’est vue escroquée de 25,6 millions de dollars par un hacker utilisant l’IA et la technologie deepfake pour usurper l’identité d’un directeur financier. Si l'on en croit les rapports d’enquête, l'attaque a simulé un environnement de vidéoconférence complet et utilisé une fausse identité d'un important directeur financier de Hong Kong et d'autres participants à la réunion. La victime ciblée du département financier s'est d'abord méfiée d'un e-mail de phishing prétendant provenir du directeur financier. Cependant, la victime a rejoint une con

La durabilité et le métavers : 5 considérations pour préparer le prochain changement de paradigme technologique

metavders

Par Joshua Parker, directeur senior de la durabilité de l’entreprise et directeur juridique adjoint chez Western Digital

L’inquiétude autour du réchauffement climatique a placé le développement durable en tête des priorités des stratégies des entreprises. Ces dernières ont été contraintes de réfléchir à la bonne manière de mener leurs activités, en ayant l’impact le plus faible possible pour le climat. Et l’idée de faire passer le travail physique, la vie réelle et le jeu vidéo dans le métavers est des plus palpitantes. Reste que ce processus va forcément créer une demande significative en matière de stockage de données qui se traduira par davantage de produits et de déchets électroniques. Comment les entreprises peuvent-elles se préparer pour le métavers sans contribuer à un développement accru de déchets électroniques  

Définir des objectifs autour du climat

Il n’a jamais été aussi essentiel de se doter d’une culture d’entreprise basée sur la confiance et la transparence qui donne un coup de pouce aux progrès en matière de durabilité. Et les volumes considérables de stockage nécessaires pour mettre en œuvre le métavers risquent de saper les objectifs de durabilité, étant donné la croissance rapide requise. Une consommation élevée d’énergies non renouvelables, la production de déchets et les émissions de CO2 constituent des obstacles à part entière à une réalité virtuelle ou augmentée durable. 

Résultat, il est préférable pour les entreprises de souscrire à des initiatives et accords durables qui rendent l’ensemble de leurs activités responsables. La SBTi (Science Based Targets Initiative) en est un bon exemple : il s’agit d’une alliance entre des CDP à but non lucratif, le Global Compact des Nations Unies, l’Institut des ressources mondiales (WRI) et le Fonds mondial pour la nature (WWF). Les membres participant à cette initiative se sont engagés à lutter contre le changement climatique en droite ligne avec les dernières conclusions scientifiques. Les entreprises désireuses de réduire leurs émissions peuvent ainsi se fixer des objectifs en la matière, approuvés par l’alliance SBTi.

Repenser les sites physiques

Participer au métavers peut ainsi impliquer la génération de volumes de données massifs, ce qui soulève la question de leur stockage. Si de gros volumes de données peuvent entraîner la construction de davantage de datacenters énergivores, des datacenters plus locaux pourraient déplacer leurs données dans le cloud, minimisant dès lors le nombre d’implantations physiques. 

En outre, ces dernières années ont vu de grandes avancées du côté de l’énergie solaire, qui est passée du statut de technologie d’avant-garde à celui de solution financièrement avantageuse pour les entreprises. En investissant dans des installations solaires, elles peuvent générer leur propre électricité sur site en exploitant une source d’énergie renouvelable. Cela leur permet de solliciter nettement moins le réseau électrique classique et de réduire leur empreinte carbone.

Revoir les produits et leur processus de fabrication

Nombre d’entreprises se dotent de systèmes d’évaluation du cycle de vie de leurs produits afin de déterminer l’impact global pour l’environnement de leurs processus de production, mais aussi de l’utilisation effective de leurs produits et ce jusqu’à leur fin de vie. L’objectif est de suivre un produit de bout en bout (sa production, sa distribution, puis son utilisation et sa fin de vie) dans une démarche de transparence totale et de responsabilisation.

Chaque étape du cycle de vie d’un produit (extraction de minerais dans la nature, fabrication, phase d’utilisation et ce qu’il advient une fois que le produit n’est plus utilisé) peut avoir un impact sur l’environnement d’une façon unique. Progressivement, l’industrie du stockage a évolué du disque local traditionnel jusqu’au cloud. 

A l’heure où les entreprises passent en masse au cloud, l’industrie des datacenters trouve là une opportunité de se soucier davantage des questions climatiques. Le Cloud est synonyme de coûts au gigaoctet inférieurs avec une meilleure redondance des données, soit de bonnes raisons en faveur d’une expansion du cloud. Tandis que les entreprises œuvrent pour innover et agir de manière plus responsable, des audits de l’impact du cycle de vie des produits peuvent être utiles pour toute stratégie cherchant à trouver le bon équilibre entre durabilité et avantages technologiques du cloud. 

Créer une économie circulaire

Malheureusement, de grandes quantités de déchets électroniques finissent dans des décharges, contaminant par répercussion le sol et les nappes phréatiques, ce qui constitue un immense problème pour l’approvisionnement en eau et l’alimentation humaine. La question de la mise au rebut des produits peut être résolue via la mise en place de programmes de recyclage ou en permettant aux consommateurs de recycler leurs anciens produits dans le cadre de programmes de reprise. Le fait d’aider le public à recycler ses produits de stockage obsolètes est, pour les entreprises, un moyen de limiter les risques induits par la manipulation de matériaux ou composants dangereux, et ainsi de créer une relation de confiance plus forte avec leur clientèle.

Sensibiliser et demander des comptes à son réseau de fournisseurs

Les audits annuels contrôlant la durabilité donnent une chance de gagner en transparence au sujet des progrès faits par votre entreprise en matière de durabilité, ce qui implique d’être en mesure de rendre des comptes (par rapport à ce qui peut être mesuré). Face à la complexité et à l’importance des chaînes d’approvisionnement modernes, une stratégie de durabilité focalisée uniquement sur les activités internes risque de passer à côté de retombées majeures en amont. D’où le caractère critique de l’engagement des fournisseurs sur les questions de durabilité dans le cadre d’un programme idoine. Proposer des programmes d’e-learning qui forment aux bonnes pratiques durables, en collaboration avec des organisations telles que la Responsible Business Alliance, pour n’en citer qu’une, et prendre part à des initiatives communes en la matière, aura pour effet de renforcer les liens et de maximiser les progrès faits en matière de développement durable.

Penser à demain

Les liens entre le stockage de données, les déchets électroniques et les émissions vont continuer d’impacter le marché puisque les gendarmes de la réglementation s’intéressent de plus en plus à l’empreinte environnementale des activités professionnelles. Les entreprises américaines se trouvent pour leur part à un point d’inflexion, devant être soucieuses de la façon dont elles mènent leurs activités, faute de quoi elles subiront de violents retours de manivelle, et ce dans la durée. 

A l’heure où les entreprises se demandent comment travailler dans un monde réclamant toujours plus de données, de capacités de stockage et générant toujours plus de déchets, il faut absolument faire de la durabilité une priorité de la prochaine révolution technologique. Si le métavers est virtuel, ses impacts environnementaux seront bien réels, eux, si nous ne réussissons pas à réduire notre empreinte collective.

 

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl

Des conseils d'administration inquiets et mal préparés face à la menace cyber

Alors que les Assises de la Sécurité ouvrent leurs portes ce mercredi 11 octobre, pour trois jours de réflexion sur l’état de la cybersécurité en France, la société de cybersécurité Proofpoint f ait le point sur le niveau de préparation des organisations face à l’avancée de la menace.  Cette année encore, les résultats montrent que la menace cyber reste omniprésente en France et de plus en plus sophistiquée. Si les organisations en ont bien conscience,  augmentant leur budget et leurs compétences en interne pour y faire face, la grande majorité d’entre elles ne se sont pour autant, pas suffisamment préparées pour l’affronter réellement, estime Proofpoint. En France, 80 % des membres de conseils d’administration interrogés estiment que leur organisation court un risque de cyberattaque d’envergure, contre 78 % en 2022 – 36 % d’entre eux jugent même ce risque très probable. Et si 92 % d’entre eux pensent que leur budget lié à la cybersécurité augmentera au cours des 12 prochains mois, ces

Ce que les enfants comprennent du monde numérique

  Par  Cédric Fluckiger , Université de Lille et Isabelle Vandevelde , Université de Lille Depuis la rentrée 2016 , il est prévu que l’école primaire et le collège assurent un enseignement de l’informatique. Cela peut sembler paradoxal : tous les enfants ne sont-ils pas déjà confrontés à des outils numériques, dans leurs loisirs, des jeux vidéos aux tablettes, et, dans une moindre mesure, dans leur vie d’élève, depuis le développement des tableaux numériques interactifs et espaces numériques de travail ? Le paradoxe n’est en réalité qu’apparent. Si perdure l’image de « natifs numériques », nés dans un monde connecté et donc particulièrement à l’aise avec ces technologies, les chercheurs ont montré depuis longtemps que le simple usage d’outils informatisés n’entraîne pas nécessairement une compréhension de ce qui se passe derrière l’écran. Cela est d’autant plus vrai que l’évolution des outils numériques, rendant leur utilisation intuitive, a conduit à masquer les processus in