Accéder au contenu principal

Que signifie la protection des données à l’heure de l’hypercroissance des objets connectés ?

iot



Par Jean-Pierre Boushira, VP South, Benelux & Nordics, Veritas

La protection de données est un enjeu majeur, que ce soit en Europe ou plus généralement dans le monde. Même si le Conseil de l’Europe créa, en 2017, la journée mondiale dédiée à cette thématique, le monde des données et de l’IT ont largement évolué. Et pour cause ! À cette époque, l'informatique dématérialisée faisait tout juste son apparition et beaucoup ne l’ont d’ailleurs pas remarqué. Nous nous sommes davantage tournés vers les nouveaux iPhone ou BlackBerry, qui venaient remplacer nos technologies PDA devenues obsolètes.

En écho au développement fulgurant de ces nouveaux dispositifs, les données sont devenues de plus en plus centrales, jusqu’à faire partie intégrante de la vie de chaque individu. Les informations personnelles, par exemple, sont celles parmi les plus utilisées, notamment pour permettre d’identifier chacun des utilisateurs. Aujourd'hui, ces appareils connectés sont destinés à de nombreux types d’utilisation, comme la sécurisation des opérations bancaires numériques, la gestion du foyer par le biais de divers appareils intelligents, ou encore le maintien d’un mode de vie sain. Si certains experts ne sont pas encore convaincus des avantages de la reconnaissance faciale et/ou biométrique pour utiliser le réfrigérateur, la nature interconnectée de ces appareils signifie qu'ils en savent probablement plus sur les utilisateurs que leur propre conjoint, leur famille ou leurs amis proches.

Malgré le fait que de nombreux appareils visent à offrir une expérience utilisateur unique basée sur les données personnelles fournies, il semble que de nombreux fabricants aient du mal à respecter la confidentialité des données. Comme principal exemple, la nécessité d'intégrer la protection de la vie privée by design, une méthodologie qui promeut et intègre la protection de la vie privée tout au long du cycle de vie des informations.

Pourtant, il est toujours demandé aux utilisateurs de fournir de nombreuses données personnelles pour activer des appareils, malgré l'émergence de nouvelles lois strictes sur la protection de la vie privée, telles que le RGPD de l'Union européenne et la loi californienne sur la protection des consommateurs (CCPA). À ce jour, rien ne semble avoir changé. Et ce d’autant plus que les régulateurs chargés de la protection de la vie privée exigent que les fabricants intensifient leurs efforts et se conforment à leurs obligations en matière de confidentialité.

À bien des égards, la croissance des appareils connectés et de l'écosystème IoT ont été tributaires de la disponibilité croissante et du caractère abordable du stockage dans le cloud ainsi que de l'accélération des vitesses de réseau. Le déploiement et l'adoption des réseaux 5G devraient porter l'adoption des appareils IoT à de nouveaux niveaux – 75,44 milliards d'appareils IoT connectés seraient en circulation d'ici à 2025. L'une des conséquences de ce phénomène pourrait être que la gestion des informations personnelles secondaires. Si les fabricants se concentrent principalement sur l'attraction et la fidélisation des clients, cela se fait au détriment d'une véritable gestion des ensembles de données personnelles du consommateurs de plus en plus complexes.

internet des objets


De manière générale, une direction approximative engendre une dégradation et une mauvaise gérance des données. Dans cette situation, les contrôles techniques et organisationnels adéquats, nécessaires pour garantir la conformité des données, sont inefficaces (ou pire : absents), et participent à l’augmentation des risques pour la vie privée. Une compréhension incomplète des entrepôts de données personnelles signifie que les questions de conformité de base - quelles sont les données, la raison de leur possession, leur lieu de stockage, leur sécurisation et leur accès - deviennent de plus en plus difficiles et potentiellement coûteuses à résoudre. Cela est particulièrement vrai dans un monde IoT de plus en plus interconnecté, où la complexité croissante et le nombre d'appareils offrent des opportunités accrues pour un acteur de la menace. Ce dernier souhaitera obtenir un accès non autorisé à l'environnement d'une entreprise et de mettre en place les conditions d'une future violation de données.

Pour résoudre cette problématique, les experts pensent qu’adopter une vision holistique des données - sur site et hors site - permettra aux entreprises de comprendre leurs environnements et de développer les connaissances nécessaires pour mieux aider à gérer les risques associés en matière de confidentialité et de données au sens large. Une vision plus approfondie réduit la complexité. De ce fait, les entreprises peuvent anticiper et atténuer les risques liés aux données avant qu'ils ne se matérialisent en incidents, et prendre des décisions plus rapides et mieux informées sur la manière dont elles gèrent leurs données de manière plus générale. Cela contraste directement avec les entreprises qui ont une vision partielle de leurs données. Leur incapacité à reconnaître les risques créés par des données non gérées entraînera inévitablement la non-conformité et, en fin de compte, la déclaration de violation de la réglementation lorsque les risques se matérialiseront en incidents.

Finalement, les entreprises doivent gérer leurs stocks de données en faisant preuve de perspicacité et de compréhension afin de minimiser les risques. Tout particulièrement à l’heure de la croissance de l’ère des IoT, toutes les données n’ont pas les mêmes valeurs et les mêmes règles de gestion. Si cet aspect n’est pas à prendre à la légère, notamment au regard des périls (en matière de piratage ou de règlementation), les entreprises doivent prendre conscience que la gestion des données (de toutes les données) ne peut plus être parcellaire ou reléguée au second plan. Demain, l’environnement connecté ne fera que croître, les données ne cesseront de pulluler ; avant d’être submergé, il faut anticiper et s’adonner à une gestion des données rigoureuse et ordonnée.  

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho