Avec le Mecascape, le Suisse Code 41 bouscule le monde de l’horlogerie

mecascape

Ce matin, les Français vont remettre à l’heure leur montre, et – si cela ne se fait pas automatiquement – les horloges de leur four, de leur radio-réveil, de leur cafetière programmable ou de leur voiture pour les caler sur l’heure d’hiver à laquelle nous sommes passés cette nuit. Un rituel bisannuel qui se fait de plus en plus tout seul, de façon transparente, incognito, sur nos smartphones et pour certains nos montres connectées. Pour le monde de l’horlogerie, le passage à l’heure d’hiver est aussi l’occasion de pousser ses pions et proposer de changer de montre en même temps qu’on change d’heure. Montre à quartz, mécanique ou automatique d’un côté ; montre intelligente comme l’Apple Watch de l’autre. Le monde horloger se joue à pile ou face. Ou plutôt se jouait jusqu’à ce qu’un trublion propose une nouvelle façon de « voir » le temps en inventant le Mecascape.

mecascape

Inventé par la jeune marque suisse Code41, le Mecascape – contraction de Mechanical Landscape, ou paysage mécanique – n’est ni une montre, ni une horloge, ni une montre à gousset, encore moins un bijou mais un superbe objet d’environ 106 par 68 mm qui propose une vraie innovation horlogère. « Entièrement mécanique, le Mecascape propose d’étirer le mouvement et les composants sur un plan horizontal plutôt que d’empiler ces derniers les uns sur les autres, comme c’est traditionnellement le cas dans une montre mécanique. Le Mecascape est donc un paysage horloger qui libère les éléments qui le constituent dans un format inédit permettant de les décomposer, les déployer et ainsi les contempler dans leurs moindres détails », explique la société qui a mis douze ans à concevoir ce projet qui bouscule le monde de l’horlogerie.

Développé en secret

mecascape

En 2009, Claudio D’Amore, qui n’avait pas encore fondé Code41, et était designer indépendant pour les plus grands groupes horlogers, a eu l’idée de développer « un objet qui s’affranchit des codes et des poignets, mais à l’époque, les moyens de le réaliser (équipe, partenaires, fournisseurs) ne sont pas encore réunis. » Code 41 est créé ensuite en 2016 pour rendre accessible de belles montres de manufacture avec un système original : rassembler des passionnés autour d’un projet horloger qu’ils pré-réservent avant sa fabrication. Le succès est là puisqu’« en presque 6 ans, la marque a déjà convaincu plus de 500 000 membres du monde entier de rejoindre sa communauté et participer au développement de ses produits. »

Grâce à ce succès, Claudio D’Amore peut ressortir le projet du Mecascape et y travaille dans le plus grand secret jusqu’en décembre 2021. Les précommandes vont s’ouvrir le 2 novembre pour cet objet luxueux (9 950 francs suisses) qui ouvre un nouveau chapitre de l’histoire de l’horlogerie mondiale.