Comment lutter contre les cyberattaques ?

 

cyberattaque

Par Hervé Debar, Télécom SudParis – Institut Mines-Télécom

Plusieurs cyberattaques ont été rapportées dans la presse récemment. La mairie de Caen et le département de la Seine-Maritime ont fait mention d’interruptions de service significatives, mais sans publier de détails. D’autres cyberattaques largement publiées dans la presse ont touché le centre hospitalier sud-francilien (CHSF) et l’Institut National Polytechnique de Toulouse.

Dans ces deux derniers cas, il s’agit d’une attaque par ransomware ou rançongiciel qui consiste en l’envoi à la victime d’un logiciel malveillant qui chiffre l’ensemble de ses données et lui demande une rançon en échange du mot de passe de déchiffrement.

Dans ces deux cas comme dans d’autres, l’attaque se déroule en plusieurs temps. Tout d’abord, l’attaquant pénètre le système d’information et s’y propage. Il obtient ensuite l’accès à des données sensibles et les exfiltre. Il rend ensuite les données inaccessibles localement, en les chiffrant. L’intérêt du chiffrement plutôt que de l’effacement est qu’il rend la récupération très difficile, voire impossible. Finalement, il dépose une demande de rançon pour d’une part ne pas divulguer des données sensibles, d’autre part donner les outils nécessaires au déchiffrement des données.

Ces attaques sont bien connues et se déroulent depuis plusieurs années. On peut cependant noter plusieurs phénomènes inquiétants qui amènent à un accroissement du nombre d’attaques et donc à un accroissement de l’impact de ces attaques.

  • Plates-formes : les outils d’attaque se professionnalisent et deviennent disponibles sous forme de service, permettant à de très nombreux groupes ou individus d’acheter des « services » de cybermalveillance.

  • Multiplicité des canaux d’attaque : les canaux d’attaque se sont multipliés. Initialement par mail, ils se sont également étendus aux SMS et aux grandes plates-formes de réseaux sociaux. Les attaquants envoient également de grands nombres de messages, réalisant ainsi une forme de pilonnage qui accroît la confusion potentielle des utilisateurs. Ils utilisent également des émetteurs de messages bien connus des victimes et qui les touchent de près, par exemple l’assurance maladie ou les banques.

  • L’émergence des attaques « zéro-click » : nous sommes habitués à des attaques qui pour réussir demandent une action de la part de la victime (cliquer sur un lien, ouvrir un fichier). Les attaques zéro-click permettent d’exploiter une vulnérabilité en déclenchant des mécanismes automatisés sur l’équipement récepteur. Un exemple de ce type d’attaque a visé iMessage, le service de SMS avancé des iPhones. Lorsque l’attaquant émet un message, le téléphone qui le reçoit effectue automatiquement un ensemble de traitements pour afficher les messages, publier une notification, traiter les messages. Une vulnérabilité présente dans cette chaîne de traitement infecte donc le téléphone sans que l’utilisateur ne fasse quoi que ce soit.

  • Multiplicité des motivations : les motivations des attaquants sont également multiples, allant du vol à la destruction de données, à l’exposition publique de mauvaises pratiques, à la géopolitique.

Notons que toutes les organisations sont potentiellement vulnérables. À ce stade, il est difficile pour de très nombreuses organisations, administrations publiques ou petites entreprises, d’engager des ressources pour renforcer leur niveau de cybersécurité. L’augmentation du nombre d’attaques est donc à même de faire rapidement plus de victimes.

Comment se prémunir face à ces attaques

La première manière de se prémunir d’une attaque est de prendre conscience du risque et des conséquences qu’il peut avoir. D’après mon expérience, cette prise de conscience est d’autant plus difficile que l’utilisateur est habitué à un fonctionnement normal des outils numériques et qu’il ne le voit pas comme un vecteur de menace, mais comme un outil facilitateur.

Il est également plus difficile de se méfier d’institutions de confiance, comme les impôts, l’assurance maladie ou les banques. Ces organisations peuvent légitimement vous envoyer des messages, et la consultation des informations ainsi transmises peut se révéler importante. L’utilisateur a donc naturellement tendance à agir sur réception d’un tel message, en le lisant, puis en ouvrant les pièces jointes ou en cliquant sur les liens pour aller visiter le site correspondant.

Les attaquants sont également capables soit d’usurper une adresse de messagerie, soit de voler l’accès à un compte légitime. Il peut ensuite vous envoyer un message en se faisant passer pour une personne de confiance. Il convient donc de regarder attentivement ce qui est envoyé, de considérer que tout message est potentiellement malveillant, et de bien regarder les liens envoyés avant de les utiliser.

Encore mieux, si possible, il est souhaitable de saisir directement dans la barre de navigation du navigateur le site vers lequel on souhaite naviguer. « impots.gouv.fr » ou « ameli.fr » font suffisamment peu de caractères pour être saisis directement.

La deuxième manière de se prémunir est de limiter les vulnérabilités présentes sur un poste de travail ou un téléphone. Cela veut dire qu’il faut installer régulièrement les mises à jour disponibles, tant des systèmes d’exploitation que des applications. Ces mises à jour peuvent être installées automatiquement, ce qui facilite leur prise en compte. Cependant, plusieurs obstacles pratiques peuvent limiter l’efficacité du processus de mise à jour, notamment le fait qu’elles demandent en général une bonne connectivité réseau, un accès à une source d’énergie, et une relance de l’appareil mis à jour pour être complètement opérationnelles.

Plus gênant, les magasins d’application mélangent mises à jour de sécurité et altération des fonctionnalités, et peuvent inclure des codes malveillants. Un exemple de mise à jour altérant les fonctionnalités est la suppression du composant flash par Adobe en décembre 2020. Ce composant était utilisé pour la gestion du trafic dans une station de train chinoise. La suppression du composant a été déclenchée par l’installation d’ordinateurs plus récents, ce qui a rendu impossible la circulation des trains.

Ces modifications « cachées » devraient pouvoir être refusées par les utilisateurs, ce qui n’est pas toujours possible. A cet égard, la responsabilité des développeurs est engagée, car ils mixent de manière invisible mises à jour de sécurité, mises à jour de fonctionnalités, et effets de bords non désirés. Par ailleurs, il peut être difficile de faire fonctionner des applications récentes sur des plates-formes matérielles anciennes, laissant ainsi la place à des vulnérabilités.

Il convient par ailleurs de maîtriser la source des logiciels utilisés, en se limitant aux magasins d’applications officiels. Ceux-ci peuvent effectuer des traitements sur les applications pour vérifier leur innocuité et peuvent rapidement retirer des applications compromises.

Encore mieux, faire passer les logiciels et documents téléchargés dans une sonde de décontamination permet de limiter le risque d’infection. L’ANSSI décrit la spécification d’un tel équipement, et une implémentation à base de logiciels libres est disponible. Cette pratique n’est malheureusement pas accessible sauf à des utilisateurs avertis, et se limite aux plates-formes informatiques. Tester les mises à jour d’applications sur smartphone me semble actuellement hors de portée d’un utilisateur même averti.

La troisième manière de se prémunir est d’être capable de reprendre ses activités rapidement en cas de compromission.Cela veut bien entendu dire faire des sauvegardes, et s’assurer que ces sauvegardes sont effectives, c’est-à-dire que l’on sait restaurer ou récupérer les données. Si l’on utilise des disques durs externes, il est nécessaire de vérifier que ces disques ne sont connectés que pendant le temps de la sauvegarde, pour éviter que ceux-ci soient impactés par une attaque. Si l’on utilise une sauvegarde en nuage, il est également nécessaire de limiter la connexion à ce service, et également de sauvegarder séparément les identifiants de connexion à l’extérieur de sa machine, par exemple en les imprimant.

Pour restaurer intégralement un ordinateur, il est souvent nécessaire de faire une sauvegarde intégrale du disque dur. Il est donc également nécessaire lors de la restauration de vérifier que les codes malveillants ayant permis l’attaque ne sont pas présents dans la sauvegarde. Il est souvent préférable de réinstaller complètement le système d’exploitation, puis de réintroduire les données. Dans ce cas, il est possible de ne sauvegarder que des données essentielles.

Une autre problématique est l’authentification à double facteur (2FA). Dans de nombreux cas, cela repose sur l’usage d’un téléphone mobile et la possibilité de recevoir des SMS. Il faut donc apporter un soin particulier à la récupération rapide d’un téléphone, en faisant des sauvegardes régulières de celui-ci et en s’assurant de pouvoir obtenir rapidement une nouvelle carte SIM en cas de besoin, auprès de son opérateur.

Comment réagir si l’on est une victime ?

Pour bien réagir, il est nécessaire de rester en alerte vis-à-vis de phénomènes imprévus se produisant lors de l’usage des systèmes numériques. Ces phénomènes peuvent indiquer une compromission. L’ordinateur ou le smartphone peut par exemple fonctionner plus lentement que d’habitude, voir se bloquer quelques secondes. On peut également voir des applications démarrer sans action de l’utilisateur, ou des fenêtres qui passent de manière fugitive à l’écran.

Plus celle-ci est détectée tôt, plus il est possible de limiter la contagion et d’éviter une compromission globale de tout le système d’information. Cela peut impliquer un changement de culture, notamment de reconnaître que l’on a commis une erreur. Alerter peut permettre de réagir efficacement, car la propagation peut être une question de minutes.

Si une machine est compromise, il faut l’isoler le plus rapidement possible, si possible physiquement. Cela implique de bloquer les connectivités, physiques et radio (WIFI, 4G…). Une connexion Internet est nécessaire pour diagnostiquer le problème, identifier le programme malveillant en cause, et rechercher des outils de remédiation, mais ces connexions et recherches doivent être menées depuis un poste indépendant et sain. Les outils doivent être chargés sur des supports neutres et sains (DVD-RO/RW dans le meilleur des cas, clé USB sinon) et ne jamais être remis sur cette machine saine. Le DVD notamment RO (Read Only) ne peut s’écrire qu’une seule fois et il sera donc particulièrement résistant à une tentative d’altération.

Une autre possibilité, plus technique, est d’extraire le disque dur de la machine victime et d’y accéder en lecture seule, et surtout en empêchant l’exécution de tout programme depuis ce support compromis.

Une sauvegarde sur des supports de type DVD, malheureusement de moins en moins courant, permet d’éviter toute altération des données.

Si l’on est face à une machine compromise, il va être nécessaire de la réinstaller complètement. Une restauration partielle ne permet que rarement d’obtenir une machine utilisable. Il faut donc garder les supports de réinstallation nécessaires. Dans la plupart des cas, ces supports sont dématérialisés, contenus dans une partition spécifique du disque dur, et ils s’activent en modifiant la séquence de démarrage du système. La réinstallation nécessite également d’avoir sauvegardé un certain nombre de données très importantes, comme les clés de licence, ou les identifiants utilisés pour se connecter à différents services en ligne. La manière la plus simple de restaurer ces identifiants est soit d’utiliser un coffre-fort de mots de passe en ligne, soit de les imprimer régulièrement.

Un point important est le paiement de la rançon demandée par l’attaquant. Outre que cela est probablement illégal et constitue un encouragement à continuer à attaquer, payer ne permet souvent pas de récupérer ses données. Et rien n’empêche l’attaquant de laisser un cheval de Troie dans votre système pour recommencer quelques semaines plus tard, ou d’espionner toutes vos communications.

Et dans le monde professionnel ?

Le monde professionnel peut faciliter tout cela, tant en termes de protection que de détection et de reprise d’activité.

Tout d’abord, des actions de formation à la sécurité de l’information et aux risques sont menés dans les entreprises, de la même manière que l’on forme aux procédures d’évacuation en cas d’incendie. Ces actions de formation peuvent inclure les bonnes pratiques de l’hygiène informatique, et des recommandations particulières liées aux métiers exercés, ou au domaine d’exercice de l’entreprise.

Une organisation dispose également d’outils de sécurité et de gestion de parc plus sophistiqués, qui permettent de filtrer les échanges, de déployer des mécanismes de protection, et de gérer les mises à jour en bloc. Assurer une gestion au quotidien de son parc informatique augmente naturellement la robustesse et la qualité de service du système d’information.

Un autre sujet est le niveau de confiance que l’on peut avoir dans un système qui a été compromis. Il peut toujours rester des résidus d’attaque permettant à l’attaquant de reprendre pied dans le système information. La récupération sur incident peut donc se révéler particulièrement coûteuse, puisque reconstruire une machine individuellement est faisable, mais appliquer cela à l’ensemble d’un parc informatique est extrêmement complexe.

Il ne s’agit plus de savoir si nous serons attaqués, mais quand. Il est donc indispensable d’être prêt à subir une compromission, et à s’en remettre lorsque cela arrive. Il faut mettre en place des mécanismes de sauvegarde robustes pour les données qui le nécessitent (pas question de sauvegarder les vidéos de chaton sur YouTube avec nos relevés bancaires…) et être capable de reconstruire sa machine le cas échéant (ordinateur, mais aussi téléphone portable, tablette, voire enceinte ou frigo connecté). Il faut finalement être conscient des risques possibles et utiliser avec raison et bon sens tous les outils numériques, pour en tirer le meilleur.The Conversation

Hervé Debar, Directeur de la Recherche et des Formations Doctorales, Directeur adjoint, Télécom SudParis – Institut Mines-Télécom

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.