Accéder au contenu principal

Des arcades aux compétitions d’eSport, la croissance fulgurante du secteur du jeu vidéo

esport


Par Gilles Cenac, Business Development Manager France & Benelux, HyperX

L’industrie du jeu vidéo – qui a généré 155 milliards de dollars dans le monde en 2021 – est sans doute l’une des plus rentables de la planète et a donnée naissance à une communauté de gamers puissante. Née dans les années 70, cette communauté a su évoluer et se développer notamment grâce à l’essor des réseaux sociaux tels que YouTube, Twitch ou encore Discord, qui permettent aux passionnés de partager leur passion pour les jeux vidéo. Souvent contesté et critiqué dans le passé, le secteur du jeu vidéo se révèle être aujourd’hui bel et bien intégré à la culture populaire, en témoignent par exemple le film Le Mondes de Ralph des studios Disney. Des salles d’arcades aux consoles portables, comment les jeux vidéo ont-ils su s’imposer dans notre quotidien et ainsi développer l’essor de communautés de gamers aussi impliquées ?

Les salles d’arcade, points de rencontre des premières communautés

1972 marque le début de la culture gaming à travers les salles d’arcade qui se popularisent avec le jeu multi-joueurs Pong. Un succès énorme qui crée une véritable frénésie auprès des jeunes joueurs capables d’y jouer toute la journée. Des années plus tard, d’autres jeux comme Space Invaders ou Pac-man relancent l’intérêt des salles d’arcades, générant ainsi plus d’un milliard de dollars en une seule année. Les jeux multi-joueurs tels que Shoot’em up participent à la démocratisation de ces lieux de sociabilisation et marquent ainsi le début des communautés de gamer et des premières compétitions d’arcades.

En 1972, l’événement Intergalactic Space War Olympic, première compétition de jeux vidéo de l’histoire, a regroupé une dizaine de joueurs dans la ville de Stanford autour du jeu Space War, véritable succès commercial. Les années 80 voient marquent une véritable révolution avec l’arrivée des consoles domestiques et le développement de vraies communautés de gamers à l’arrivée de « l’High Score », ancêtre des premières compétitions qui sacre ses premiers champions. Un exemple probant est celui de John Catmack qui en 1997 met en jeu sa Ferrari 328 GTS lors du tournoi Red Annihilation sur le jeu Quake. C’est alors le début des classements mondiaux, mais aussi l’émergences des premières célébrités dans le monde du gaming comme Billy Mitchell, champion controversé de Pac-Man et Donkey Kong. La pratique du jeu vidéo dépasse alors le cadre du simple divertissement et les salles d’arcade s’inscrivent de façon durable dans la culture vidéoludique. 

L’âge d’or du gaming : une communauté qui se transforme

Dans les années 90, après avoir frôlé la faillite en raison d’une offre d’arcades et de consoles beaucoup trop forte sur le marché, les entreprises de l’univers du jeu vidéo ont dû se réinventer pour rester compétitives. En effet, elles se préparent à vivre de folles années avec l’arrivée de la PlayStation de Sony, suivie par la Saturn de Sega.

Les consoles portables, grande innovation de cette décennie, font leur apparition et redynamisent le secteur tout en stabilisant le marché, l’exemple le plus probant étant la Game Boy qui s’est vendue à 15 millions d’exemplaires en France, troisième article le plus vendu au monde après la PlayStation 2. Ces nouveautés transforment, multiplient et rapprochent les communautés de gamers grâce à l’arrivée de périphériques tels que le « cable link » qui permet de relier deux consoles de la famille Game Boy afin de transférer des données. Cet accessoire clé, souvent utilisé pour Pokémon, ouvre la porte aux combats et aux échanges entre joueurs. Le développement d’Internet joue également un rôle important dans le rapprochement des communautés malgré l’éloignement géographique de ses membres.

Le marché du jeu vidéo s’étend encore plus en intégrant de nouveaux supports de jeu : le smartphone devient une plateforme de choix qui concurrence les consoles portables de Nintendo et Sony. La naissance des réseaux sociaux offre un nouveau territoire à explorer pour les entrepreneurs du jeu vidéo les plus réactifs. Disponible à l’origine comme une application Facebook, Candy Crush Saga fait depuis 2012 le bonheur des joueurs.

eSports : la consécration des communautés de gamers

Les marchés émergents prennent rapidement une ampleur gigantesque, aiguisant l’appétit des acteurs historiques qui profitent dans le même temps de l’intérêt de nouveaux territoires pour le jeu vidéo. Le Proche-Orient, l’Afrique du Nord et l’Amérique du Sud, régions consommatrices de jeux vidéo, attisent désormais les convoitises des grandes marques de jeux vidéo. Ces régions du monde ont également le point commun d’être un vivier de champions d’esport pour les organisateurs de compétition et les sponsors.

En effet, réservé à quelques passionnés pour qui le jeu en ligne n’est pas suffisant, le sport électronique entame sa mue dans le sillon de jeux taillés pour la compétition : Quake, Starcraft et Counter Strike cristallisent les premiers enjeux de l’eSport, et font le bonheur des premiers sponsors et joueurs professionnels. Des évènements qui n’ont rien à envier aux compétitions sportives classiques et qui ont pour bénéfice de rapprocher les communautés de gamers. A titre d’exemple, en 2019, 21,8 millions de spectateurs étaient présents pour suivre le championnat du monde de League of Legends. Une révolution qui montre un intérêt et une communauté de plus en plus forte, en témoigne les 20 plateformes et les 16 langues utilisées pour diffuser la compétition. À noter que la popularisation de l’esport et des communautés de gamers s’observe chaque année à travers des prix toujours plus important comme pour Dota 2 et Fornite ayant chacun distribué plus de 30 millions de dollars lors de tournois. [La naissance de l'e-sport au temps des jeux d'arcade].

Aujourd’hui, nous ne pouvons pas ignorer que l’univers du jeu vidéo est très lucratif, en effet, de vrais leviers de croissances se dessinent pour les marques à travers des communautés de gamers capables de dépenser des sommes folles pour leur jeu ou leurs influenceurs favoris. Pour rester compétitive, les entreprises devront prendre en compte ce paramètre communautaire en travaillant avec certains influenceurs afin de créer de l’engagement.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho