Accéder au contenu principal

Fondation Pierre Fabre : quel rôle pour l'intelligence artificielle dans l'accès aux soins des pays du Sud ?

L’intelligence artificielle touche de plus en plus de domaines de la vie économique et sociale. Son entrée dans le secteur de la santé a déjà bouleversé les pratiques, notamment dans la recherche médicale ou le diagnostic de pathologies, où elle apparaît comme un outil utile et parfois déterminant. Un outil qui pourrait révolutionner la santé dans les pays du Sud. C’est la conviction de la Fondation Pierre Fabre, propriétaire des laboratoires Pierre Fabre, qui organise, jeudi 28 septembre à Lavaur, dans le Tarn, la septième édition de la Conférence annuelle de l’Observatoire de la e-Santé dans les Pays du Sud (ODESS, créé en 2016) autour de l’IA. Avec une conférence intitulée « Améliorer l’accès à la santé dans les pays du Sud : quel rôle pour l’IA ? », la Fondation a convié des experts pour répondre aux questions que soulève le déploiement de l’intelligence artificielle. L’IA peut-elle accélérer le renforcement des systèmes de santé dans les pays du Sud ? Ou, au contraire, le déploiem

Six questions pour identifier les domaines mûrs pour une Smart Automation

 

automation

Par Bertrand Pinchon, Senior Manager Solutions Consulting chez OpenText

Si les entreprises veulent devenir des leaders dans leur domaine, elles doivent accroitre leur capacité numérique, généraliser les processus numériques et automatiser le plus d'activités possible.

La technologie est le moteur de la transformation et les entreprises donnent aujourd’hui la priorité à des projets d'automatisation intelligente autour d'initiatives stratégiques, telles que l'amélioration de l'expérience employé, clients et partenaires. Afin de déterminer quels sont les processus à automatiser pour gagner en efficacité, les entreprises s’adressent directement aux responsables métiers. Ces personnes et leurs équipes ont une connaissance approfondie de leurs principaux process et une vision précise des processus inopérants, voire obsolètes.

Les six questions pour mieux identifier les opportunités d'automatisation dans l'entreprise.

1. « Smart Automation » : qu’est-ce que c’est ?

L'automatisation des processus numériques rassemble les personnes, les processus, les applications et les informations pour rendre plus agiles les activités métiers, accélérer la transformation numérique et offrir une expérience digitale améliorée aux clients comme aux salariés. Elle présente de nombreux avantages. Par exemple, la rationalisation et l'automatisation des processus métier ouvrent la voie à une meilleure prise de décision fondée sur les données. De même, en réduisant les lacunes en matière d'information et de processus et en éliminant les tâches manuelles, la productivité des équipes augmente significativement.

2. L'automatisation est-elle bloquée dans un backlog de projets ?

Selon Forrester, un quart des entreprises attribue la lenteur des progrès de l'automatisation aux manques de compétences et d'expériences technologiques, citées comme le principal obstacle à l'adoption des technologies d'automatisation. En conséquence, les utilisateurs métiers prennent les choses en main et s'appuient sur des plateformes d'automatisation pour créer des processus automatisés et connectés ainsi que des workflows centrés sur les données, avec peu ou pas d'intervention des services informatiques. Selon Gartner, d'ici à 2024, les développeurs citoyens représenteront au moins 80 % de la base d'utilisateurs des outils low-code, contre 60 % en 2021.

3. Être piloté ou bloqué par les données ?

À combien de systèmes les collaborateurs se connectent-ils chaque jour pour trouver des informations clés ? Les solutions d'entreprise, telles que Salesforce et SAP, sont souvent au cœur des activités métiers. Cependant, les données restent toujours plus complexes et dispersées, bloquées dans des silos et déconnectées des processus métier dans leur globalité. Grâce à un système d'automatisation flexible des processus, les entreprises peuvent connecter et intégrer l'ensemble de l’information de l'entreprise, en automatisant la manière dont elles circulent entre les applications métier. Les utilisateurs peuvent travailler dans ces applications tout en accédant aux informations nécessaires dans n'importe quel autre système  (ERP, ECM, etc.), quand et comme ils en ont besoin. En intégrant l'automatisation des processus dans les plateformes de gestion de contenu, les entreprises peuvent mieux utiliser les données existantes, en reliant le contenu à ces process.

4. Comment favoriser un environnement de travail plus efficace ?

Les technologies d'automatisation ne soutiennent l'innovation que si elles sont conçues pour responsabiliser les personnes et stimuler la productivité de l'ensemble de l'écosystème de l'entreprise. Grâce à l'introduction du RPA (Robotic Process Automation), les responsables opérationnels peuvent réduire les tâches répétitives, sujettes aux erreurs et chronophages, et faire de la place pour des activités plus engageantes et plus valorisantes. En outre, en faisant automatiquement apparaître les bonnes informations au bon moment, l'IA et le machine learning garantissent que les données sont présentées en fonction du contexte de l'activité et améliorent encore la productivité.

5. Quel est le degré de flexibilité de votre plateforme de Case Management ?

Les processus basés sur du Case Management, tels que les demandes de support ou les réponses aux incidents, sont intrinsèquement dynamiques et souvent ad hoc. Il reste difficile de gérer la forte croissance du volume des données entrantes et sortantes de l'organisation. En automatisant ces opérations, les entreprises peuvent mettre en place une gestion plus flexible et intelligente, accélérant les validations et augmentant la visibilité pour les différentes parties prenantes. L'intégration du Case Management, des services de gestion de contenu et d'autres applications d'entreprise offre aux collaborateurs un accès immédiat aux systèmes, aux contenus et aux personnes référentes pour prendre des décisions éclairées et accélérer les délais de traitement.

6. Des scénarios métiers réutilisables existent-ils ?

L'intégration de moteurs d'IA dans les plateformes d'automatisation des processus apporte de la valeur aux organisations. Ce succès augmente lorsque les déploiements sont alignés sur des cas d'usage spécifiques à l'industrie.  Dans ce cas, des ensembles de données définis peuvent être analysés et des modèles d'IA normalisés pour la répétabilité, comme la détection de la fraude dans les services financiers ou la maintenance préventive des équipements dans l'industrie. Bien que tous les secteurs puissent bénéficier d’une automatisation plus « intelligente », Forrester constate que les trois secteurs les plus intéressés par l'intelligence des processus sont les services (47 %), les banques, les compagnies d'assurance, les technologies financières (30 %), et la production industrielle (10 %).

Les applications packagées d'automatisation des processus numériques peuvent prendre en charge des cas d'utilisation verticaux et horizontaux. Ils permettent aux utilisateurs de disposer de modèles pré-configurés pour numériser les process métiers et améliorer le partage de l'information, la transparence et la connaissance.

En conclusion, la « Smart Automation » des processus numériques se révèle être un levier essentiel pour les entreprises qui souhaitent améliorer leur efficacité opérationnelle et leur compétitivité. En posant les bonnes questions et en identifiant les opportunités d'automatisation, les organisations bénéficient de multiples avantages tels que la rationalisation des processus, la prise de décisions basée sur les données et l'augmentation de la productivité des équipes. L'intégration de technologies telles que l'IA et le machine learning permet de créer un environnement de travail moderne, favorisant l'innovation et la valorisation des collaborateurs. Grâce à une automatisation bien planifiée et adaptée aux spécificités de chaque secteur, les entreprises peuvent tirer parti de l'intelligence des processus pour accélérer leur transformation numérique et atteindre leurs objectifs stratégiques.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

La fin des cookies tiers ne répond pas au besoin de contrôle des internautes sur leurs données

Pour le moment, la plupart des solutions alternatives aux cookies privilégient l’objectif commercial aux dépens des attentes des internautes. Piqsels , CC BY-SA Par  Carlos Raúl Sánchez Sánchez , Montpellier Business School – UGEI ; Audrey Portes , Montpellier Business School – UGEI et Steffie Gallin , Montpellier Business School – UGEI Les révélations du Wall Street Journal contenues dans les « Facebook Files » , publiés en septembre dernier, ont une nouvelle fois montré que les utilisateurs s’exposaient à des risques liés à la divulgation des informations personnelles. Les réseaux sociaux ne sont pas les seuls en cause : les nombreux data breach (incidents de sécurité en termes de données confidentielles) rendus publics, illustrent régulièrement la vulnérabilité des individus face à une navigation quotidienne sur les moteurs de recherche, sites de e-commerce et autres ayant recours à des « cookies tiers » , ces fichiers de données envoyés par

ChatGPT et cybersécurité : quels risques pour les entreprises ?

Analyse de Proofpoint Les plateformes de génération de texte tel que ChatGPT permettent de créer du contenu de qualité, instantanément, gratuitement, et sur n’importe quel sujet. Comme le confirme le lancement de Bard par Google, nous sommes désormais entrés dans une course à l’IA, ou chaque géant du web cherche à posséder la meilleure solution possible. Si l’avancée technologique est majeure, le risque notamment pour la cybersécurité des entreprises est indéniable. Comment lutter contre des campagnes de phishing de plus en plus ciblées et sophistiquées, maintenant alimentées par des technologies capables de parfaire encore plus la forme et la teneur d’un email malveillant ? En quelques mots, ChatGPT offre une ingénierie sociale très performante, mais une automatisation encore limitée. Concernant la détection de la menace par rançongiciels, comme l’explique Loïc Guézo, Directeur de la stratégie Cybersécurité chez Proofpoint, « Bien que les chatbots puissent générer du texte pour le cor

Les quatre évolutions de la cybercriminalité en 2023

Par Mathieu Mondino, Presales Manager chez OpenText Cybersecurity Une nouvelle année apporte son lot d’opportunités que les cybercriminels sont prêts à saisir. L'année dernière, l'activité cybercriminelle a connu une évolution majeure, les cybercriminels s'efforcent de tirer parti des tensions géopolitiques et des difficultés économiques dues à l'inflation et à la récession. En 2023, l'incertitude économique continue de peser lourdement sur les entreprises, en particulier sur les petites et moyennes entreprises qui ne disposent pas toujours des budgets et des ressources nécessaires pour se prémunir des attaques. Si l'on ajoute à cela les pressions macroéconomiques, une cybersécurité efficace et abordable semblera presque impossible pour de nombreuses PME. Les acteurs malveillants continuent à faire évoluer leurs tactiques en cherchant à exploiter de nouveaux vecteurs d’attaques. En 2022, le phishing est resté la menace dominante à laquelle sont confrontés partic

Décryptage de l'attaque par ransomware du Centre Hospitalier de Versailles

  Par Cassie Leroux, Directrice Produit chez Mailinblack Après l’hôpital de Corbeilles Essonnes, c’est au tour de l'établissement hospitalier de Versailles, situé au Chesnay-Rocquencourt (Yvelines), d’être visé depuis samedi soir par une cyberattaque. Comment s’est-elle déroulée, quelles conséquences pour ses patients, et aurait-elle pû être évitée ? Décryptage de Cassie Leroux, Directrice Produit chez Mailinblack. Que savons-nous de cette attaque ? Cette cyberattaque vise l’ensemble de l'établissement, dont l'hôpital André-Mignot, la maison de retraite Despagne et l'hôpital Richaud à Versailles. L’hôpital continue de fonctionner, mais au ralenti ce lundi, ce qui perturbe sérieusement son activité. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour tentative d'extorsion.  Cette cyberattaque est de type Ransomware, un logiciel malveillant qui bloque l’accès à aux outils informatiques et aux données en les chiffrant. Dans ce type d’attaque, le hacker demande g