Accéder au contenu principal

Élections européennes 2024 : un scrutin ciblé comme jamais par la désinformation

  Rarement une élection aura à ce point été ciblée par des ingérences étrangères et des tentatives de désinformation. « Des institutions, autorités, acteurs de la société civile et vérificateurs de faits tels que l’Observatoire européen des médias numériques, le Réseau européen des normes de vérification des faits et EUvsDisinfo ont détecté et révélé de nombreuses tentatives de tromper les électeurs avec des informations manipulées ces derniers mois », assurait mercredi le Parlement européen. « Les acteurs de la désinformation ont diffusé de fausses informations sur la façon de voter, cherché à décourager les citoyens de voter ou encore cherché à semer la division et la polarisation avant le vote en détournant des sujets de grande envergure ou controversés. Parfois, ces tentatives de tromper consistent à inonder l’espace informationnel avec une abondance d’informations fausses et trompeuses, dans le but de détourner le débat public. Souvent, des dirigeants et leaders politiques sont

Européennes 2024 : les réseaux sociaux luttent-ils contre l’abstention ?

 

Europe

Par Marie Neihouser, Institut catholique de Lille (ICL) et Anastasia Magat, Université Grenoble Alpes (UGA)

À la veille des élections européennes du 9 juin, la participation électorale est un enjeu majeur. Un électeur français sur deux s’était abstenu lors des élections européennes de 2019. En 2024, ce chiffre diminuerait très légèrement d’après un sondage (optimiste) d’Eurobaromètre.

Ainsi, 67 % des Français déclarent qu’ils iront probablement voter ce dimanche 9 juin. Les moins de 25 ans et les classes populaires forment les catégories sociales s’abstenant le plus. Face à ce manque d’engouement, les candidats tentent de mobiliser par tous les moyens, et notamment par les réseaux sociaux. C’est par exemple le cas de Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national pour ces élections. Le candidat mise sur ses bonnes performances sur TikTok notamment pour mobiliser les franges de la population les plus éloignées de la politique, et en particulier les jeunes. Mais les réseaux sociaux sont-ils vraiment en mesure de ramener aux urnes les publics les plus éloignés de la politique ? À la lumière des conclusions d’un chapitre « Les votes se jouent-ils sur les réseaux sociaux ? » co-écrit dans l’ouvrage collectif Citoyens et partis après 2022. Éloignement, Fragmentation, paru en mai 2024, nous proposons ici quelques éléments de réponse.

Les réseaux sociaux démocratisent la politique

Lors de l’élection présidentielle de 2022, presque un tiers des moins de 35 ans déclaraient, selon l’enquête PEOPLE 2022, avoir consulté, partagé ou commenté du contenu en lien avec l’élection sur les réseaux sociaux. Ainsi, chez les jeunes, les réseaux sociaux pourraient favoriser la participation politique en permettant une mobilisation plus épisodique et flexible, correspondant à un nouveau rapport au politique.

Toujours d’après l’enquête People 2022, parmi celles et ceux qui adoptent ces pratiques politiques en ligne, 36 % appartiennent aux classes populaires (ouvriers et employés) et 15 % à des professions intermédiaires (par exemple infirmiers, professeurs des écoles et techniciens). Le fait de ne pas arriver à boucler ses fins de mois apparaît également comme une caractéristique sociale favorable aux pratiques politiques en ligne, sans que l’on ne comprenne encore vraiment pourquoi.

Les réseaux sociaux semblent donc démocratiser la politique pour des catégories de population traditionnellement plus éloignées, en réduisant les contraintes en termes de temps ou encore de compétences spécifiques habituellement rattachées aux activités politiques. Les individus peuvent s’informer n’importe où, n’importe quand et de manière moins formelle sur les réseaux sociaux, même si ces derniers peuvent être décriés pour leur manque de fiabilité quant aux informations qu’ils diffusent.

Conscients de cet état de fait, les candidats intègrent de plus en plus intensément les réseaux sociaux dans leur stratégie de communication politique. Ils multiplient leurs présences en ligne, tant sur Twitter, Facebook ou YouTube, que, désormais, sur Instagram, TikTok ou encore Twitch.

Jordan Bardella illustre parfaitement cet usage intensif des réseaux sociaux avec 1,3 million d’abonnés sur TikTok et 500 000 abonnés et 1 323 posts sur Instagram. En effet, chaque plate-forme attire des publics relativement différenciés, Facebook étant plutôt représentative de la population française en termes d’âge et de catégories socioprofessionnelles quand TikTok, Instagram ou Twitch attirent les plus jeunes et X les plus intéressés par la politique. En étant présents sur un maximum de plates-formes, les candidats espèrent donc toucher un maximum de population.

Continuité en ligne et hors ligne de la politisation

Pourtant, si l’usage des réseaux sociaux est en croissance constante dans la population française – 47 % des Français déclarent s’être informés sur la campagne présidentielle de 2022 au moins une fois via les réseaux sociaux publics (Instagram, Twitter, etc.) –, seulement 8,9 % le font régulièrement.

Surtout, les usages politiques actifs (like, commentaire ou partage de contenu en lien avec la campagne) des réseaux sociaux restent moins fréquents que les usages dits passifs (consommation d’information). Parmi toutes les pratiques politiques, ce sont celles qui demandent le moins d’engagement qui sont les plus fréquentes dans la population française. Ainsi, d’après l’enquête PEOPLE 2022 : si 47,1 % des Français déclarent avoir consulté du contenu en lien avec la campagne de 2022 sur les réseaux sociaux, les chiffres tombent à 28,2 % pour celles et ceux qui déclarent avoir commenté de tels contenus et à 26,3 % concernant le partage.

En miroir, 86,6 % des personnes interrogées déclarent avoir parlé de la campagne hors ligne et 69,5 % avoir lu des tracts de campagne. 19,2 % ont par ailleurs assisté à un événement politique (meeting, etc.) et 18,6 % ont rencontré des militants.

Ces chiffres démontrent donc que l’adoption de pratiques politiques en ligne – et même hors ligne – reste encore largement discriminante. Elle est en effet largement déterminée par le niveau d’intérêt pour la politique des individus. De plus, les pratiques politiques en ligne ont tendance à se cumuler : un individu qui commente du contenu en lien avec la campagne aura aussi tendance à en partager et à en liker, et ce, sur plusieurs plates-formes.

Elles viennent par ailleurs bien souvent compléter une participation politique hors ligne. En effet, les pratiques politiques en ligne sont fonction de l’intensité de l’engagement militant des personnes. Les plus militants sont donc non seulement actifs sur les réseaux sociaux mais ils sont aussi – et surtout ! – ceux qui se rendent le plus régulièrement jusqu’aux urnes. Ainsi, huit personnes sur 10 qui déclarent trois pratiques en ligne ont voté aux deux tours de l’élection présidentielle de 2022. Plutôt qu’une politisation uniquement en ligne, les réseaux sociaux participent donc davantage à une continuité de la politisation, tant pour s’informer que pour participer. En conséquence, ce sont bien les pratiques politiques hors ligne qui continuent à déterminer la participation électorale.

Les réseaux sociaux seuls ne favorisent pas le vote

Une plus grande information ou familiarité avec la politique ne conduit pas nécessairement au vote. En effet, la participation électorale et le choix du candidat sont multi-déterminés et la politisation sur les réseaux sociaux ne suffit pas. Le fait d’aller voter reste avant tout motivé par le fait d’avoir déjà voté aux élections précédentes et par l’adoption de pratiques politiques hors ligne, comme la lecture de tracts ou la discussion avec des militants. Les partis politiques n’auraient donc pas intérêt à délaisser les techniques plus « traditionnelles » pour mobiliser leur électorat.

D’autant plus que les réseaux sociaux ne sont pas les seuls canaux d’accès à l’information. La télévision reste d’ailleurs le canal prioritaire pour s’informer lors des campagnes électorales – notamment chez les plus âgés. Un Français sur deux s’est informé via la télévision lors de la campagne présidentielle de 2022.

Certes, il est loin le temps des 30 millions de téléspectateurs pour le débat d’entre-deux-tours entre Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand. Cependant, même pour des élections moins populaires comme les européennes, le débat des têtes de liste du 27 mai 2024 organisé par BFMTV a tout de même réuni 4,8 % de l’audience. Plutôt qu’une opposition entre médias traditionnels et réseaux sociaux, nous constatons d’ailleurs une convergence informationnelle avec des individus plus actifs dans leur information mêlant divers canaux. De même, la production médiatique s’articule entre les médias traditionnels et les réseaux sociaux. Ainsi, les débats télévisés entre candidats sont commentés par la presse comme le Live du journal Le Monde, ou sur Twitter.

Au final, et pour répondre à notre question initiale, nous constatons que les réseaux sociaux ne permettent pas, à eux seuls, de lutter contre l’abstention. Ainsi, même si la nouvelle application TenTen, très en vogue chez les jeunes, appelle directement tous les citoyens à aller voter, la participation électorale risque de rester « en mode avion » dimanche 9 juin.The Conversation

Marie Neihouser, Chercheuse en science politique, Université de Toulouse, chercheuse associée au CERTOP et à ESPOL-Lab, Institut catholique de Lille (ICL) et Anastasia Magat, Doctorante en sociologie, Sciences Po Grenoble, Université Grenoble Alpes (UGA)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl

Ce que les enfants comprennent du monde numérique

  Par  Cédric Fluckiger , Université de Lille et Isabelle Vandevelde , Université de Lille Depuis la rentrée 2016 , il est prévu que l’école primaire et le collège assurent un enseignement de l’informatique. Cela peut sembler paradoxal : tous les enfants ne sont-ils pas déjà confrontés à des outils numériques, dans leurs loisirs, des jeux vidéos aux tablettes, et, dans une moindre mesure, dans leur vie d’élève, depuis le développement des tableaux numériques interactifs et espaces numériques de travail ? Le paradoxe n’est en réalité qu’apparent. Si perdure l’image de « natifs numériques », nés dans un monde connecté et donc particulièrement à l’aise avec ces technologies, les chercheurs ont montré depuis longtemps que le simple usage d’outils informatisés n’entraîne pas nécessairement une compréhension de ce qui se passe derrière l’écran. Cela est d’autant plus vrai que l’évolution des outils numériques, rendant leur utilisation intuitive, a conduit à masquer les processus in

Des conseils d'administration inquiets et mal préparés face à la menace cyber

Alors que les Assises de la Sécurité ouvrent leurs portes ce mercredi 11 octobre, pour trois jours de réflexion sur l’état de la cybersécurité en France, la société de cybersécurité Proofpoint f ait le point sur le niveau de préparation des organisations face à l’avancée de la menace.  Cette année encore, les résultats montrent que la menace cyber reste omniprésente en France et de plus en plus sophistiquée. Si les organisations en ont bien conscience,  augmentant leur budget et leurs compétences en interne pour y faire face, la grande majorité d’entre elles ne se sont pour autant, pas suffisamment préparées pour l’affronter réellement, estime Proofpoint. En France, 80 % des membres de conseils d’administration interrogés estiment que leur organisation court un risque de cyberattaque d’envergure, contre 78 % en 2022 – 36 % d’entre eux jugent même ce risque très probable. Et si 92 % d’entre eux pensent que leur budget lié à la cybersécurité augmentera au cours des 12 prochains mois, ces