France 3 : Bordeaux préféré à Toulouse

La nouvelle organisation de France 3 fait des vagues à Toulouse qui doit perdre l'installation de la nouvelle direction régionale au profit de sa rivale de toujours Bordeaux.
Le 4 janvier prochain, les 24 rédactions régionales deviendront, en effet, 24 « antennes de proximité » qui produiront informations et programmes, mais développeront également des web TV sur internet. Ces 24 antennes ne dépendront plus des 13 directions régionales actuelles mais de quatre grands « pôles de gouvernance. »
France Télévisions a choisi d'installer le pôle Sud-Ouest à Bordeaux au lieu de Toulouse, pour diriger les régions Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Limousin, Aquitaine et Poitou-Charentes. Une décision déclenchant la colère des élus et l'inquiétude des personnels.
« Je déplore cette décision prise sans concertation, alors que tout laissait entendre depuis plusieurs mois qu'il serait effectivement implanté à Toulouse », a regretté Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées. « Je crains qu'à terme Toulouse, la Haute-Garonne et la région Midi-Pyrénées ne soient en fait privées des infrastructures médiatiques de proximité nécessaires à leur rayonnement », estime de son côté Pierre Izard, président du conseil général de la Haute-Garonne.
Le député-maire de Toulouse, Pierre Cohen, affiche lui aussi son incompréhension. Remarquant qu'une implantation ailleurs que dans la Ville Rose va occasionner « plus de déplacements inutiles, énergivores et dangereux entre les antennes et la direction du pôle », l'élu rappelle que « Toulouse bénéficie d'un équipement immobilier inégalé, avec des locaux disponibles et un studio de 450 m2 parmi les plus grands de France. »
« Nous déplorons qu'aucune concertation n'ait été entamée, ni avec les personnels des différents sites, ni avec les collectivités territoriales. Tout autre choix que Toulouse tournerait le dos à l'efficacité et aux possibilités de développement de la télévision régionale publique dans le Sud-Ouest » analyse Pierre Cohen, qui estime que « le choix de Bordeaux par la Présidence de France Télévisions n'a obéi qu'à des considérations politiciennes. » Une analyse partagée par Michel Pech, délégué du personnel des journalistes CGT. « Ce qui nous met en colère, c'est que toutes les conditions objectives allaient dans le sens de Toulouse, si on a choisi Bordeaux c'est strictement politique, on a pris une ville UMP plutôt que PS, Juppé plutôt que Cohen », a-t-il estimé. Hier 80 des 260 salariés de France 3 à Toulouse étaient en assemblée générale, inquiets du possible transfert de 25 personnes vers Bordeaux.

0 commentaires: