La Dépêche au bout du flashcode

Lauréate l'an passé du prix SFR Jeunes talents innovation pour son dispositif « Mobulles », la société ConnecThings vient d'équiper Toulouse de flashcodes. Les flashcodes ? Il s'agit d'un nouveau genre de codes barre à deux dimensions. Photographié avec un téléphone portable, le flashcode conduit directement l'utilisateur de ce dernier sur un mini-site web adapté aux petits écrans des mobiles (iPhone, Blackberry, etc.). Depuis janvier, la Ville Rose a vu ainsi son mobilier urbain (arrêt de bus, bornes VélôToulouse, etc.) recouvert de ces flashcodes. Sitôt photographiés, ils fournissent de l'information géolocalisée sur le quartier où l'on se trouve : agenda culturel, informations municipales, petites annonces et, depuis peu, en collaboration avec la régie de transport Tisséo, une information horaire sur le passage des bus. À l'occasion du lancement de notre nouvelle formule, les Toulousains ont accès à partir de ce jeudi 25 mars à de nouvelles informations venant de La Dépêche, notamment des actualités régionales et sportives (Stade toulousain et TFC). C'est la première fois qu'un quotidien régional s'investit dans les flashcodes. Vous pouvez d'ailleurs tester avec votre mobile celui que nous présentons ci-dessus, qui est celui du Capitole.

1 commentaires:

Frederic ESCAT a dit…

Voila encore un exemple de la spécificité Française, nous sommes les seuls au monde à proposer un code 2D propriétaire et détenu par nos opérateurs (Orange, SFR et Bouygues). Il faut savoir qu'il existe le QRCode, un système de code 2D libre de droit qui existe depuis plus de 20 ans. Pourquoi réinventer la roue ... pour s'en mettre plein les poches et verrouiller le marché.
Le pire dans l'histoire c'est que les pouvoirs publics cautionnent cette prise d'otage des utilisateurs (en voici un exemple). Pour information, en Aquitaine, une solution est en cours de déploiement depuis novembre 2008 avec la société MSP SAS qui s'appuie, elle, sur le QRCode, format de référence à l'international (Guide touristique venimecum).