Les ratés de la TNT


Depuis son lancement en 2005, la télévision numérique terrestre (TNT) et son cortège de 18 chaînes gratuites remporte un incontestable succès d'audience auprès des Français, souvent au détriment des grandes chaînes. Mais le numérique, c'est fantastique… à condition de bénéficier d'une réception optimale des signaux. Ce qui est loin d'être le cas dans le Grand Sud, comme l'attestent les nombreux témoignages que vous nous adressez (lire ci-dessous).
Les cuvettes, les vallons, les contreforts montagneux constituent de sérieux handicaps qu'il faut surmonter et qui concernent autant des zones très rurales - qui ne reçoivent pas toujours bien la classique télé analogique - que certaines zones urbaines. Aux problèmes des émetteurs qui sont progressivement mis à jour, s'ajoutent ceux des antennes râteau des particuliers qui, pour certaines, sont très vieilles et donc inadaptées à une réception numérique.
« À la différence du signal analogique que l'on peut recevoir brouillé mais regardable, pour la TNT, on reçoit tout ou rien », explique Télé diffusion de France (TDF).
De quoi inquiéter de nombreux habitants à mesure que se rapproche la date fatidique du basculement au tout numérique, fixée en mars et novembre 2011 pour le Grand Sud. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a ainsi fait savoir que pour cette étape historique de la télé, un demi-million de foyers seraient laissés sur le carreau.
Le gouvernement s'est donc vu contraint de renforcer le dispositif du basculement. Une nouvelle loi devrait être votée afin de permettre au CSA « d'imposer les caractéristiques techniques qui permettront aux 1626 sites, de porter la couverture TNT par voie terrestre nettement au-delà de 95 % de la population », a promis en octobre dernier François Fillon. Actuellement la TNT concerne 88 % de la population (et non du territoire). « La participation des chaînes historiques sera sollicitée », a également indiqué le Premier ministre, soulignant aussi que serait mise à l'étude une disposition permettant d'accompagner les collectivités territoriales qui privilégieraient la numérisation de certains émetteurs à leurs frais.
Si la mobilisation se fait côté diffusion, elle se fait aussi côté réception. Le gouvernement a lancé une vaste campagne d'information et d'accompagnement des Français dont l'enveloppe globale atteint 333 millions d'euros. Editions de plaquettes, ambassadeurs se déplaçant en région auprès des Français, notamment les plus âgés, et surtout, une aide financière pour les foyers les plus modestes, sont prévus pour que tout le monde goûte à la TNT.


Des aides financières aux foyers en zones blanches
Pour que tout le monde puisse accéder à la télévision tout numérique, l'État a prévu différents types d'aides avec la mise en place d'un centre d'appels pour apporter toutes les informations utiles pour passer au tout numérique (0970 818 818, numéro non surtaxé du lundi au samedi, de 8 heures à 21 heures, au prix d'un appel local) ; des aides financières destinées à couvrir tout ou partie des frais engagés par les foyers pour adapter ou changer leur installation ; et une assistance technique pour les publics les plus vulnérables aux changements techniques (personnes âgées ou handicapées).
Les aides financières, affectées selon des conditions de ressources, pourront aller jusqu'à 250€. Par ailleurs, la proposition de loi de Xavier Pintat, sénateur de la Gironde, sur la lutte contre la fracture numérique, adoptée le 17 décembre dernier, a porté sur la création d'un fonds d'aide complémentaire, sans condition de ressources, pour les foyers situés en zone d'ombre et qui devront s'équiper de parabole. Cette parabole doit être orientée sur le satellite Astra et couplée à un adaptateur TNTSat ; ou orientée sur le satellite AB3 et couplée à un adaptateur FranSat. La parabole est la meilleure solution pour apporter la TNT dans les zones non couvertes par la diffusion numérique hertzienne, mais il existe d'autres solutions.
La première consiste à utiliser une box internet ADSL, le câble ou la fibre optique, grâce à un abonnement individuel. SFR Neufbox, Free, DartyBox, Bbox, Orange, Alice, Numéricâble comprennent dans leurs offres triple-play les chaînes de la TNT.
Autre possibilité, si l'immeuble dans lequel on habite est raccordé au câble dans le cadre d'un accord collectif (service antenne).

Grand Sud. La galère des téléspectateurs, l'inquiétude des élus locaux
Les lecteurs de La Dépêche nous signalent régulièrement leurs difficultés à capter les chaînes de la TNT. Et le diagnostic de ces mauvaises réceptions - qui se caractérisent au mieux par une pixellisation gênante, au pire par un écran noir barré d'un message « signal trop faible » - relève souvent du casse-tête. « Mon antenniste me dit que ça vient de l'émetteur et TDF m'assure que c'est parce que mon installation n'est pas bonne. Ils se renvoient la balle. En attendant moi je n'ai rien sur mon poste », se lamente un Montalbanais. « J'ai acheté une télé dernier cri TNT HD. Depuis quelques temps, je suis obligé de remémoriser presque tous les jours les chaînes. Mon syndic me dit pourtant que l'antenne de l'immeuble est correctement orientée. Je me suis rabattu sur la diffusion analogique mais que va-t-il se passer quand elle va s'arrêter l'an prochain ? » se demande ce Ruthénois. Aucun des départements du Grand Sud n'est épargné par ces problèmes. « On manque de réception, de signal dans des quartiers de Montauban ou par exemple vers Albias, Mirabel. On trouve aussi des zones d'ombre à Moissac. Cela donne une pixellisation d'images et des téléspectateurs qui ne peuvent pas tout capter. C'est dommageable pour des gens qui ont acheté un décodeur TNT et ont fait installer des têtes à 3 ou 4 sorties », nous expliquait récemment Serge Spiga, qui est l'un des douze antennistes de Montauban.
L'inquiétude gagne également les élus comme par exemple dans le Lot. « Nous avons demandé davantage d'émetteurs. Mais l'arbitrage rendu en décembre est catégorique : il n'y aura pas davantage d'émetteurs. Tout au moins, leur puissance sera augmentée, mais cela ne réglera pas les problèmes liés au relief. Des ajustements a posteriori sont incertains et prendraient du temps », constate-t-on au conseil général du Lot. L'association des élus de la montagne (Anem), présidée par le député ariégeois Henri Nayrou, a d'ailleurs voté en septembre une motion relative à la TNT, exigeant « l'égalité entre tous les Français pour l'accès à la TNT, la couverture de 95 % de la population départementale et la création d'un fonds d'équité territoriale. »

Zoom. Les révolutions à venir de la télé
1. La télévision en 3D dès le mois prochain
Regarder un film en 3D à domicile, ça vous dirait ? Après le succès d'un film comme « Avatar », le secteur de l'industrie audiovisuelle se prépare à proposer dès ce printemps la 3D à domicile. Présentés en janvier lors du CES de Las Vegas, le salon de l'électronique grand public, les écrans plats 3D de Sony, Samsung ou Panasonic vont arriver dans les rayons dès le 15 avril. Les programmes 3D (films, documentaires, etc.) seront d'abord fournis par les disques Blu-ray, mais dans les dix prochaines années, ce sont les chaînes de télé qui diffuseront en direct des images en trois dimensions. La Coupe du Monde de football 2010 sera d'ailleurs retransmise en 3D. Les prix s'échelonnent de 1800 à 3000 € ; deux paires de lunettes étant fournies avec les télévisions haut de gamme et une seule avec le milieu de gamme.
2. La télévision quand je veux et où je veux
Revoir n'importe quand le programme télé qu'on a raté dans la semaine ou la quinzaine qui suit sa diffusion : c'est ce que permet la télé de rattrapage (catch up TV). Proposée par Canal +, M6 (avec M6replay), TF1 (MyTF1) ou Arte (Arte 7 +), cette télé à la carte va se généraliser cette année. La condition pour en profiter est de disposer d'un décodeur relié à internet. En mars 2010, TF1 proposait 56 % de sa programmation en rattrapage, France 2 53 %, France 3 59 %, Canal + 73 %, M6 88 % et Arte 51 %. Prochaine évolution, transposer la catch up TV sur les mobiles de type iPhone.
3. La télévision avec internet
Fini les bidouillages pour profiter d'internet sur l'écran de la télé. Internet va désormais être intégré aux téléviseurs. Sony, Samsung commercialisent déjà des écrans de ce type qui se branchent par câble ou en Wifi à la box de la maison. Et le géant Google est en train d'investir le secteur. La télé devient donc interactive.

0 commentaires: