Radio, télé : c'est la rentrée

Le monde audiovisuel a un point commun avec celui du ballon rond : ils partagent tous deux une intense période de « mercato » où journalistes et animateurs passent d'une chaîne à l'autre, d'une station à l'autre. Cette année n'aura pas fait exception à la règle avec son lot de surprises, de confirmations, de maintiens de grandes figures, d'apparition de nouvelles têtes ou… de chute de certaines, au premier rang desquelles celle d'Arlette Chabot, la directrice de l'information de France Télévisions, évincée par Rémy Pfimlin, le nouveau PDG du groupe public nommé par Nicolas Sarkozy.
C'est que la principale nouveauté de cette rentrée 2010 sera le chambardement dans l'audiovisuel public. Un changement de direction pour les chaînes de télé publiques ; mais un changement qui n'aura de prime abord pas d'influence sur la grille, qui a été préparée par la précédente équipe de Patrick de Carolis. Et un bouleversement à Radio France où Jean-Luc Hees et Philippe Val ont été confrontés aux départs de figures de la matinale de France Inter comme Nicolas Demorand, David Abiker, etc.

Et les programmes dans tout ça ? Cette rentrée n'est pas vraiment marquée par l'innovation, mais plutôt par un certain suivisme des chaînes historiques, confrontées au dynamisme des petites chaînes de la TNT. Un an après M6, Direct 8 lance lui aussi un journal télévisé du soir qui apparaîtra en novembre vers 18 h 30 dans un format interactif. Pour le reste, on sent que les vieilles recettes ont la vie dure, notamment sur les grandes chaînes. Comme sur France Télévisions, TF1 va ainsi diffuser en direct du théâtre (« La cage aux folles » avec Christian Clavier et Didier Bourdon) et des spectacles d'humoristes (Franck Dubosc, Florence Foresti, Anne Roumanoff).

Et si des séries françaises vont tenter de percer face au rouleau compresseur des séries américaines (lire ci-dessous), la télé-réalité reste une valeur sûre. Même France Télévisions y réfléchit : Rémy Pfimlin a indiqué samedi ne pas y être opposé, à condition que cette télé-réalité soit « respectueuse ».

TF1, qui a lancé avec succès « Masterchef », va pour sa part proposer deux nouveaux programmes. « Qui veut épouser mon fils ? » où des mamans vont tenter de trouver la « fiancée idéale » à leur rejeton ; et « Familles d'explorateurs », un jeu d'aventures opposant des familles. Aventure également pour M6 qui doit diffuser son « Pékin Express » spécial people avec des binômes de stars lâchées sur les routes d'Inde et d'Indonésie. En revanche, M6 a décidé de stopper « La nouvelle star », qui sera remplacée par « X Factor », la version française de « Britain's got talent », l'émission britannique qui a révélé Susan Boyle.


La folie séries continue
Depuis qu'elles ont détrôné le film du dimanche soir, les séries sont chouchoutées par les chaînes qui bataillent parfois pour obtenir les droits de rediffusion. Passage en revue, forcément non -exhaustif.
La saison 6 de Desperate Housewives arrive sur M6 le 14 septembre, à raison de trois épisodes le mardi à partir de 20 h 40. En seconde partie de soirée, M6 propose Swingtown, sur l'impact de la libération sexuelle et spirituelle dans les années 70. Après plus d'un an d'attente, la saison 2 de Fringe débarque sur TF1, à la suite de la saison 2 de Mentalist. Le 4 septembre, TF1 lancera la saison 7 des Frères Scott, à raison de deux épisodes par semaine, le samedi à partir de 16 h 05. Et la Saison 11 de New York Unité Spéciale sera diffusée sur la Une lundi 13 septembre à 22 h 30. Le service public n'est pas en reste. France 4 présente Being Human le mercredi 15 septembre à 20 h 35 ; Arte diffusera les saisons 1 et 2 de Breaking Bad à compter du samedi 9 octobre à 22 h 25.
Du côté des séries françaises, la première chaîne va diffuser la série française Mes amis, mes amours, mes emmerdes dont ce sera la deuxième saison. M6 de son côté va dévoiler le second épisode de Victoire Bonnot incarnée par Valérie Damidot, mercredi 15 septembre. Et sur Arte, une fiction en deux épisodes, jeudi 23 et vendredi 24 septembre à 20 h 40, L'école du pouvoir, un programme idéal pour la rentrée…


France télévisions dans l'œil de Sarko
Avec l'arrivée de Rémy Pfimlin à la tête de France Télévisions, le groupe audiovisuel public entame un important virage de son histoire. Un virage très délicat.
Premier PDG à être nommé par le chef de l'État, le successeur de Patrick de Carolis va avoir la tâche rude ; chacun voyant derrière toutes les décisions qu'il prendra la main de Nicolas Sarkozy… L'éviction d'Arlette Chabot de la direction de l'information quelques heures avant la prise de fonction de Pfimlin en est le parfait exemple. Il y a quelques mois, à New York, le président de la République réprimandait Arlette Chabot en public sur l'absence d'émission politique de type « L'Heure de vérité » sur le service public. Difficile de ne pas y voir un lien de cause à effet…
Nicolas Sarkozy a toujours montré un intérêt marqué pour le monde des médias en général et de l'audiovisuel en particulier : il est ami avec Martin Bouygues (TF1), Vincent Bolloré (Direct 8) et il considère Arnaud Lagardère comme son « frère. » Et le chef de l'État ne rechignerait pas à donner son avis et ses recommandations.
Selon Le Point, Nicolas Sarkozy aurait soumis - en vain - à Patrick de Carolis, en juin, une « liste noire » des animateurs de France Télévisions qu'il aurait voulu priver d'antenne. Parmi les têtes de Turc du Président : Laurent Ruquier et Patrick Sébastien ; mais également Guillaume Durand (un ami de Dominique de Villepin), Franz-Olivier Giesbert, directeur du Point, et Éric Zemmour. En revanche, Nicolas Sarkozy aurait ses chouchous, dont certains sont ses amis : Patrick Sabatier, Daniela Lumbroso, les frères Igor et Grichka Bogdanov ou encore Didier Barbelivien.
Aux journalistes du SNJ qu'il recevait, Rémy Pfimlin a assuré qu'il sera le garant de l'« indépendance » du groupe. À deux ans de l'élection présidentielle, bon courage…

Le chiffre : 3,9 millions> de téléspectateurs. Pour le deuxième episode la télé-réalité culinaire de TF1, « Masterchef », qui fait moins bien que le succès de l'été « L'amour est dans le pré ».

La phrase : « Nous ne voulons pas faire du TF1 en moins bien. Ce JT aura notre ton, notre identité. Nous sommes à la recherche de la bonne formule. Et nous ne sommes pas loin de l'avoir trouvée».
Yannick Bolloré, directeur général de la chaîne Direct 8, lors de l'annonce du futur JT.

Célèbre ou pas, ils vont faire l'actualité

Nicolas Demorand
À la surprise générale, celui qui incarnait depuis septembre 2008 la matinale de France Inter avec talent et impertinence est passé à la concurrence. Sur Europe 1, il anime quotidiennement la tranche 18 h 30-20 h 30. Nicolas Demorand anime par ailleurs C Politique sur France 5.

Audrey Pulvar
Elle avait quitté France 3 pour i > télé il y a un an. Elle a quitté la chaîne d'info pour animer la matinale de France Inter. Depuis hier, elle est en duo avec Patrick Cohen. Succédant à Demorand, tous deux seront accompagnés de trois humoristes : Gérald Dahan, Raphaël Mezrahi et François Morel

Michel Drucker
L'indéboulonnable animateur abandonne sa quotidienne sur Europe 1 au profit d'une nouvelle émission, Les numéros 1 de demain, le week-end. Michel Drucker veut consacrer plus de temps à la télé. Sur France 2 il devrait conserver Vivement dimanche et animer des émissions spéciales.

Cyprien Iov
Peu connu du grand public, Cyprien Iov, alias Monsieur Dream, s'est fait une jolie réputation sur internet avec sa chronique décalée Le Rewind pour 20minutes.fr. Le jeune homme se lance à la télé sur la chaîne de la TNT NRJ12 qui lui confie une quotidienne sur l'actualité dans un format court (5 minutes).

Clélie Mathias
Présentatrice de la matinale Direct Matin ainsi que de l'émission environnementale Touche pas ma planète sur la chaîne de la TNT Direct 8, Clélie Mathias va être à la tête du nouveau JT interactif de la chaîne, diffusé à 18 h 30 en novembre. Après M6 l'an dernier, Direct 8 s'offre sa grand-messe de l'info.

Laurent Ruquier
L'humoriste-animateur d'On n'est pas couché qui serait dans le collimateur du président Sarkozy, va se mettre dans les pas de Philippe Bouvard en présentant une nouvelle émission d'humour pour permettre de découvrir de nouveaux talents, comme à l'époque du Petit théâtre de Bouvard…

Photo : Une régie de France 3. Toutes les chaînes sont dans les starting blocks de la rentrée. (France 3).

0 commentaires: