Internet-téléphone : toujours plus cher

Les fournisseurs d'accès à internet engagent une nouvelle bataille : celle des box à tout faire sur fond de hausse des prix . Le traditionnel forfait à 30€, c'est désormais fini.
Payer plus pour en avoir plus. Tel semble être le nouveau credo des fournisseurs d'accès à internet (FAI) français tout à la fois pour conquérir ou se voler entre eux des abonnés ; et pour en finir avec le forfait ADSL à 30 € par mois. Lancé en 2002 par Free, ce dernier était devenu le maître étalon qui a fait de la France l'un des pays à l'accès internet haut débit le moins cher. Tout cela va changer. Profitant d'une modification à la hausse de la TVA (lire ci-dessous), les FAI vont tous augmenter leurs prix en janvier de 1 à 3€. Ils vont également segmenter leurs offres en proposant des forfaits « premium » à 35 € avec leurs nouvelles box.
SFR a tiré le premier le 16 novembre dernier en lançant sa NeufBox évolution. Cette nouvelle box a subi une cure de minceur, est dotée du Wifi N, dispose d'un mode « économie d'énergie », et d'un nouveau décodeur télé fabriqué par Netgem, doté d'un disque dur amovible de 200Go mais dont seuls 40 Go sont disponibles. SFR promet « une toute nouvelle expérience TV » à ses clients avec une interface de navigation très aboutie. En deux semaines, Évolution a conquis 35 000 internautes, a indiqué l'opérateur, annonçant de nouveaux services pour 2011, probablement la multi-TV.
Mais sur le front de la nouveauté, SFR s'est fait doubler par Free ce mardi (La Dépêche d'hier). Le trublion de l'internet a, en effet, dévoilé la 6e version de sa box, baptisée Révolution et designée par Starck, qui prend une sérieuse longueur d'avance sur ses concurrents. Wifi N, connectique complète, lecteur de DVD Blu-Ray, disque dur serveur de 250 Go, internet sur la télé, télécommande à gyroscope, jeux… N'en jetez plus. La nouveauté la plus percutante est sans doute l'intégration des appels de la box vers tous les mobiles sans frais supplémentaires là où la concurrence les facture en plus. Free, qui deviendra opérateur mobile en 2012, n'a donc pas attendu pour attaquer ses concurrents Orange, SFR et Bouygues.
Mais cette guerre sur la technologie, sur les services et sur la téléphonie mobile, pour séduisante qu'elle soit a deux écueils : elle freine l'engouement pour la fibre optique et, surtout, elle va peser lourd sur la facture des abonnés…

0 commentaires: