Les services numériques de santé séduisent les Occitans

esante

Le Dossier Médical Partagé (DMP) et maintenant « Mon Espace Santé », la téléconsultation ou les prises de rendez-vous pour la vaccination sur les plateformes comme Doctolib : le numérique en matière de santé a connu une véritable accélération qu’a voulu mesurer France Assos Santé Occitanie avec l’institut BVA.

Si 86 % des habitants de la région sont connectés à internet à leur domicile, seuls 51 % sont utilisateurs de e-santé, dont 26 % occasionnellement et 25 % régulièrement. Près de 2 habitants sur 3 (65 %) ont déjà utilisé des applications ou sites internet spécialisés proposant des prises de rendez-vous médicaux en ligne. « L’usage de ces plateformes est largement choisi plus que subi. À noter, 22 % ont été obligés d’y recourir car le médecin le demande », détaille l’association.

Téléconsultation marginale

La téléconsultation reste encore marginale en Occitanie : 27 % des habitants ont déjà eu recours à ce mode de consultation dont 21 % pour un généraliste et 14 % pour un spécialiste. « Le potentiel de la téléconsultation est limité aujourd’hui par un certain nombre de raisons : la préférence pour le lien humain (60 %) devant l’absence de besoin liée à la proximité géographique avec le médecin (50 %) », explique l’association.

Le Dossier Médical Partagé (DMP) est aujourd’hui connu par un peu plus de la moitié des habitants d’Occitanie (52 %), mais d’un usage très limité (11 %) ; son successeur « Mon espace santé » qui doit être opérationnel e janvier 2022 est connu par 39 % seulement des habitants.

Au final, les Occitans se déclarent favorables au numérique en santé mais à certaines conditions dont le fait qu’il ne doit pas être le seul moyen d’accéder à un professionnel de santé. Ainsi France Assos Santé Occitanie « invite les acteurs régionaux de santé à sensibiliser et accompagner les usagers et d’autre part, à veiller à la formation des professionnels de santé à l’utilisation d’un numérique respectueux de tous. »