Accéder au contenu principal

Tribune libre. "Tourisme : une partie de pêche aux Big Data"




par Yves de Montcheuil, VP Marketing de Talend

Parmi les secteurs les plus consommateurs (et producteurs) de Big Data, le tourisme est actuellement en pleine révolution. Agences de voyage, compagnies aériennes, chaînes hôtelières, aéroports, prestataires de service… la profession dans sa totalité se livre à une véritable partie de pêche dans un océan de données.

William est un homme heureux. Après une année de dur labeur, il prépare des vacances bien méritées. Ses idées de voyage se précisent : il a reçu de nombreuses offres, construites sur la base de ses habitudes de consommation et de ses propres recherches sur Internet. Il consulte notamment les avis des consommateurs pour préciser ses choix. Mais il souhaite bénéficier de conseils d’un vrai expert et se tourne donc vers son agence de voyages pour finaliser son programme. Grâce à son numéro de téléphone, cette agence l’identifie immédiatement et accède à son historique de réservation et de recherche pour le guider dans ses choix.
Dans les semaines précédant son voyage, William reçoit des rappels personnalisés décrivant les formalités administratives qu’il doit remplir, ainsi que des offres complémentaires. Ainsi, sa demande de visa est traitée sans accroc, son assurance est informée, ses vaccins vérifiés. Tout près de son hôtel-club, il se voit proposer une partie de pêche au gros, un raid en 4x4 dans le désert, un baptême de kite-surf et des réductions pour la location d’une voiture avec guide. L’ensemble de ces offres lui sont adressées personnellement et sont basées sur les informations dont dispose son agence de voyage et qui alimentent son profil individuel : âge, situation de famille, habitudes de consommation, passions, pouvoir d’achat, mais aussi la connaissance d’une condition médicale qui interdit à William de faire de la plongée – à quoi bon dans ce cas l’agacer avec des offres inadaptées ?
Pour se rendre à l’aéroport, William réserve un service de voiture de tourisme avec chauffeur (VTC) via son smartphone. Un chauffeur est localisé instantanément et William peut suivre sa progression vers son domicile en temps réel sur une carte. Il en profite pour boucler ses valises.
A l’aéroport, c’est un jour de grands départs. Les flux de passagers sont gérés en fonction des prévisions de fréquentation, réalisées par l’opérateur de l’aéroport qui, de manière générale, gère son infrastructure à la manière d’un centre commercial, avec des millions de données analysées quotidiennement. Des équipes supplémentaires ont été recrutées pour faire face à ce pic d’activité dans toutes les professions présentes dans cette véritable ville qu’est l’aéroport : douaniers, manutentionnaires, personnel au sol des compagnies aériennes, commerçants, policiers, personnels techniques, etc.
William présente sa carte d’embarquement électronique au comptoir de sa compagnie aérienne. Des puces placées dans ses bagages accélèrent le processus d’enregistrement, tout en garantissant leur suivi. William sourit : fini le temps où les valises se retrouvaient à Sidney au lieu de San Francisco !
Une fois dans l’avion, William se connecte à l’application mobile fournie par la compagnie aérienne à travers laquelle il peut suivre en temps réel le parcours de l’avion, estimer son heure d’arrivée, commander un taxi ou encore s’informer sur sa destination. Si ses propres données de navigation viennent enrichir le profil géré par la compagnie, l’avion lui-même produit une masse impressionnante de données (jusqu’à 1 teraoctet par heure de vol), via de nombreux capteurs permettant de suivre des centaines d’indicateurs – on est bien loin des « boîtes noires » de ces dernières décennies. Ces données sont utilisées pour optimiser les parcours et la consommation de carburant, mais également à des fins de maintenance préventive. Certaines données, par exemple sur les conditions climatiques, sont monétisées en temps réel.
A peine l’avion posé, l’opérateur téléphonique local envoie à William un SMS détaillant les services qu’il lui propose. Les données de connexion collectées par l’opérateur alimentent des statistiques de fréquentation, qui pourront potentiellement être valorisées par des gestionnaires d’infrastructures, des administrations ou d’autres opérateurs touristiques. William reçoit simultanément la confirmation que son chauffeur l’attend, et a déjà récupéré son bagage, identifié de façon certaine par la puce qu’il contient.
Arrivé à l’hôtel-club, William reçoit un bracelet connecté qui lui donne accès aux animations, salles de sport, restaurants, etc. auxquels son forfait lui donne droit. Celui-ci permet en outre de facturer les consommations ou activités hors forfait. Le bracelet est connecté au smartphone de William via une app mobile fournie par l’hôtel. Elle lui propose de multiples services : réservation d’un court de tennis, d’une excursion ou d’un service de remise en forme, confirmation de l’heure de sa partie de pêche, commande de plateaux repas, dialogue en direct avec d’autres vacanciers et partage d’expériences, appel d’urgence, etc.
Pendant son séjour, William reçoit tous les matins un message d’information, lui confirmant ses activités du jour et lui en proposant d’autres sur un mode personnalisé. « William, vous qui aimez tant le tennis, voudriez-vous essayer le squash ? Justement, Alan, votre partenaire de pétanque d’hier, cherche un adversaire pour demain à 17h00 ! »
Deux semaines plus tard, de retour chez lui, William publiera à son tour son avis sur un site de recommandation de voyages, partagera photos et impressions sur des réseaux sociaux, et répondra à des enquêtes de satisfaction. L’ensemble des données qu’il aura généré, depuis la sélection de son voyage jusqu’à sa consommation effective, enrichira la connaissance des différentes entreprises lui ayant fourni un service. En retour, celles-ci seront à même de lui proposer des services toujours mieux adaptés. Ce voyage de William ne relève pas de la science-fiction. Il illustre le cercle vertueux actuellement mis en œuvre entre des entreprises et un consommateur qui, en échange de services à valeur ajoutée, accepte, en toute conscience, de partager certaines de ses données personnelles.
Ah… j’oubliais : William a beaucoup aimé le squash ! Il va d’ailleurs recevoir une offre d’essai pour un club de squash situé à deux pas de son bureau…
A propos de Talend
Les solutions d’intégration de Talend aident les entreprises à tirer le meilleur parti de leurs données. A travers le support natif des plates-formes modernes de Big Data, Talend réduit la complexité de l’intégration, tout en permettant aux départements informatiques de répondre plus rapidement aux besoins métiers, le tout pour un coût prévisible. Reposant sur des technologies open source, les solutions hautement évolutives de Talend répondent à tous les besoins d’intégration, actuels et émergents.
Plus de 4000 entreprises du globe s’appuient sur les solutions et services de Talend. Basée à Suresnes (France) et à Los Altos (Californie), la société est implantée en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, et s’appuie sur un réseau mondial de partenaires. Pour plus d’informations : www.talend.com sur le Web et @Talend sur Twitter.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho