Accéder au contenu principal

Tribune libre. Les applications viennent du Cloud, les plateformes de données de l'Open Source


Par Jean-Michel Franco, Directeur Marketing Produit chez Talend 

Vous vous souvenez sûrement du best-seller "Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus", roman à succès de John Gray paru en 1992 ? Cette métaphore s'applique à merveille à la vie de couple mais est aussi remarquablement bien adaptée quand il s'agit de souligner la relation entre deux modèles économiques qui ont bouleversé l'industrie du logiciel : le cloud et l'open source.

Le cloud change le centre de gravité des applications d'entreprise 
Le cloud a profondément changé la façon dont les applications d'entreprise sont utilisées, pour ne pas dire "consommées" comme le peuvent être des produits de consommation courante dans la vie de tous les jours. Des ressources humaines à la gestion de la relation client en passant par les applications collaboratives, le cloud est devenu le modèle économique principal pour la majorité des nouveaux projets qui voient le jour. Il a permis à de nouvelles sociétés comme Salesforce, Workday, Box et Dropbox de devenir les nouveaux chantres de l'hypercroissance, dans des secteurs aussi variés que le CRM ou les logiciels collaboratifs.

Ces nouvelles solutions bouleversent le marché, car ils déplacent le centre de gravité des applications d'entreprise. Et ce modèle est tellement disruptif que les leaders traditionnels du marché doivent généralement compter sur la croissance externe pour espérer se tailler une part du gâteau, tout en tentant tant bien que mal de transformer leurs solutions traditionnelles dans ce nouveau modèle, sans aucune garantie de succès : on peut citer Microsoft et Skype, Yammer ou Parature, SAP avec Ariba, Concur ou Successfactor ou Oracle avec Eloqua, Taleo, Bluekai et bien d'autres.

Toutefois jusqu'à présent, il y a un marché que le cloud n'est pas parvenu à bouleverser: celui des plateformes de données. Par plateformes de données, nous entendons toutes les solutions qui permettent de se connecter à des volumes massifs et hétérogènes de données, les profiler et les enrichir, avant de les envoyer vers un ensemble varié d'applications. Généralement, cela est réservé aux outils de BI, d'analytique, de gestion ou de gouvernance des données.
Prenons l'exemple de la Business Intelligence et de l'analytique. Pourtant bien établi dans le domaine des solutions traditionnelles, la BI "cloud" est encore une niche malgré la présence d'acteurs possédant les technologies pour faire basculer le marché. Mais aucun acteur ne peut prétendre aujourd'hui avoir le même impact qu'un Salesforce ou un Marketo dans son domaine (et ce, même si Salesforce lui-même cherche sans doute à démontrer le contraire avec la toute récente annonce de sa nouvelle offre en la matière, Salesforce Wave).

L'open source, complément idéal du cloud pour la gestion de données de nouvelle génération
En parallèle, l'open source peut amener une vraie rupture sur ces marchés. Sur celui de la gestion de données, l'open source a mis fin à 25 années d'innovation minimale avec l'arrivée des bases de données NoSQL et de Hadoop. Des sociétés comme Cloudera (qui a levé cette année pas moins de 900 millions de dollars !), HortonWorks (dont l’introduction en bourse est imminente), ou MapR sont devenues des mines d'or pour les investisseurs et leurs clients. Comme ce fut le cas pour le cloud dans le domaine des applications d'entreprise, ces plateformes changent le centre de gravité au cœur de l'entreprise. Pour faire face aux nouveaux enjeux du Big Data, les solutions traditionnelles sont remises en cause et de nouveaux environnements se posent en sérieuses alternatives.

Des environnements ouverts pour pouvoir faire face à l’hétérogénéité et la variété des données, capables de se réinventer au rythme de l'innovation, de s’adapter à des montées en charge fluctuantes, tout en restant abordables en termes de coûts pour correspondre à la longue traîne de la gestion de l'information au sein de l'entreprise. L'open source semble ainsi posséder toutes les cartes pour être le modèle adéquat afin de bâtir ces nouveaux environnements. Et bien sûr, au-dessus de cette couche de gestion de données réinventée, les solutions et outils doivent également être dotés des mêmes atouts.
Nous n'essayons pas ici de sous-estimer l'impact du cloud sur les applications centrées sur les données. Mais une fois de plus, tout est question de positionnement du centre de gravité. Les données devraient rester proches des usages, et donc des applications qui les exploitent.

Si celles-ci sont majoritairement à l’intérieur de l’entreprise, alors il n’est pas nécessairement opportun de les déplacer dans le cloud. A l’inverse, si les applications sont dans le cloud, de même que si les données sont majoritairement des sources externes, alors pourquoi les déplacer et les recopier dans les infrastructures de l’entreprise ? Au vu du glissement progressif des applications vers le cloud, et aussi parce que le big data incite à exploiter de nouvelles sources de données, notamment externes, il y a fort à parier que ce centre de gravité évolue lui aussi dans le cloud. Mais, aujourd’hui, c’est très rarement le cas, et ce glissement doit pouvoir se faire progressivement. Le meilleur moyen pour y parvenir est de s’appuyer sur des plateformes plus ouvertes et flexibles. Amazon Elastic Map Reduce, Google Big Query ou Microsoft Azure HDInsight nous montrent ainsi d'ores et déjà que l'association du cloud et de l'open source donnent des résultats fantastiques en termes de gestions de données dans le cloud.

Cela nous ramène à notre métaphore initiale sur Mars et Venus. Plusieurs années après la publication du livre, une étude de l'Université de Rochester réalisée auprès de 13 301 personnes concluait que les hommes et les femmes n'étaient finalement pas si différents que cela et qu'ils possédaient bien plus de points communs que ne le laissait suggérer l'ouvrage de John Gray. Alors pourquoi n'en serait-il finalement pas de même pour le Cloud et l'Open Source?

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho