Accéder au contenu principal

Dix tendances de l'IA qui resteront importantes en 2024

  Ionos, société d’hébergement Web, dresse dix tendances qui vont marquer 2024 en matière d'intelligence artificielle L'IA est l'un des développements technologiques les plus importants du 21e siècle. Depuis la publication de ChatGPT l'année dernière, cette technologie est devenue de plus en plus présente dans la vie quotidienne des gens. Selon une enquête de l'association professionnelle BitKom, plus de la moitié des entreprises interrogées (56 %) estiment que l'IA est "la plus grande révolution technologique depuis le smartphone". Cependant, le développement de l'IA est loin d'être terminé. Au contraire, il ne fait que s'accélérer et les défis qui l'accompagnent ne cessent de croître. Selon le rapport, les dix tendances suivantes en matière d'IA auront un impact décisif sur la vie professionnelle quotidienne et l'informatique en 2024 : Les invites de l'IA commandent les apps de manière intuitive : Les apps ne seront plus

Tribune libre. Les applications viennent du Cloud, les plateformes de données de l'Open Source


Par Jean-Michel Franco, Directeur Marketing Produit chez Talend 

Vous vous souvenez sûrement du best-seller "Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus", roman à succès de John Gray paru en 1992 ? Cette métaphore s'applique à merveille à la vie de couple mais est aussi remarquablement bien adaptée quand il s'agit de souligner la relation entre deux modèles économiques qui ont bouleversé l'industrie du logiciel : le cloud et l'open source.

Le cloud change le centre de gravité des applications d'entreprise 
Le cloud a profondément changé la façon dont les applications d'entreprise sont utilisées, pour ne pas dire "consommées" comme le peuvent être des produits de consommation courante dans la vie de tous les jours. Des ressources humaines à la gestion de la relation client en passant par les applications collaboratives, le cloud est devenu le modèle économique principal pour la majorité des nouveaux projets qui voient le jour. Il a permis à de nouvelles sociétés comme Salesforce, Workday, Box et Dropbox de devenir les nouveaux chantres de l'hypercroissance, dans des secteurs aussi variés que le CRM ou les logiciels collaboratifs.

Ces nouvelles solutions bouleversent le marché, car ils déplacent le centre de gravité des applications d'entreprise. Et ce modèle est tellement disruptif que les leaders traditionnels du marché doivent généralement compter sur la croissance externe pour espérer se tailler une part du gâteau, tout en tentant tant bien que mal de transformer leurs solutions traditionnelles dans ce nouveau modèle, sans aucune garantie de succès : on peut citer Microsoft et Skype, Yammer ou Parature, SAP avec Ariba, Concur ou Successfactor ou Oracle avec Eloqua, Taleo, Bluekai et bien d'autres.

Toutefois jusqu'à présent, il y a un marché que le cloud n'est pas parvenu à bouleverser: celui des plateformes de données. Par plateformes de données, nous entendons toutes les solutions qui permettent de se connecter à des volumes massifs et hétérogènes de données, les profiler et les enrichir, avant de les envoyer vers un ensemble varié d'applications. Généralement, cela est réservé aux outils de BI, d'analytique, de gestion ou de gouvernance des données.
Prenons l'exemple de la Business Intelligence et de l'analytique. Pourtant bien établi dans le domaine des solutions traditionnelles, la BI "cloud" est encore une niche malgré la présence d'acteurs possédant les technologies pour faire basculer le marché. Mais aucun acteur ne peut prétendre aujourd'hui avoir le même impact qu'un Salesforce ou un Marketo dans son domaine (et ce, même si Salesforce lui-même cherche sans doute à démontrer le contraire avec la toute récente annonce de sa nouvelle offre en la matière, Salesforce Wave).

L'open source, complément idéal du cloud pour la gestion de données de nouvelle génération
En parallèle, l'open source peut amener une vraie rupture sur ces marchés. Sur celui de la gestion de données, l'open source a mis fin à 25 années d'innovation minimale avec l'arrivée des bases de données NoSQL et de Hadoop. Des sociétés comme Cloudera (qui a levé cette année pas moins de 900 millions de dollars !), HortonWorks (dont l’introduction en bourse est imminente), ou MapR sont devenues des mines d'or pour les investisseurs et leurs clients. Comme ce fut le cas pour le cloud dans le domaine des applications d'entreprise, ces plateformes changent le centre de gravité au cœur de l'entreprise. Pour faire face aux nouveaux enjeux du Big Data, les solutions traditionnelles sont remises en cause et de nouveaux environnements se posent en sérieuses alternatives.

Des environnements ouverts pour pouvoir faire face à l’hétérogénéité et la variété des données, capables de se réinventer au rythme de l'innovation, de s’adapter à des montées en charge fluctuantes, tout en restant abordables en termes de coûts pour correspondre à la longue traîne de la gestion de l'information au sein de l'entreprise. L'open source semble ainsi posséder toutes les cartes pour être le modèle adéquat afin de bâtir ces nouveaux environnements. Et bien sûr, au-dessus de cette couche de gestion de données réinventée, les solutions et outils doivent également être dotés des mêmes atouts.
Nous n'essayons pas ici de sous-estimer l'impact du cloud sur les applications centrées sur les données. Mais une fois de plus, tout est question de positionnement du centre de gravité. Les données devraient rester proches des usages, et donc des applications qui les exploitent.

Si celles-ci sont majoritairement à l’intérieur de l’entreprise, alors il n’est pas nécessairement opportun de les déplacer dans le cloud. A l’inverse, si les applications sont dans le cloud, de même que si les données sont majoritairement des sources externes, alors pourquoi les déplacer et les recopier dans les infrastructures de l’entreprise ? Au vu du glissement progressif des applications vers le cloud, et aussi parce que le big data incite à exploiter de nouvelles sources de données, notamment externes, il y a fort à parier que ce centre de gravité évolue lui aussi dans le cloud. Mais, aujourd’hui, c’est très rarement le cas, et ce glissement doit pouvoir se faire progressivement. Le meilleur moyen pour y parvenir est de s’appuyer sur des plateformes plus ouvertes et flexibles. Amazon Elastic Map Reduce, Google Big Query ou Microsoft Azure HDInsight nous montrent ainsi d'ores et déjà que l'association du cloud et de l'open source donnent des résultats fantastiques en termes de gestions de données dans le cloud.

Cela nous ramène à notre métaphore initiale sur Mars et Venus. Plusieurs années après la publication du livre, une étude de l'Université de Rochester réalisée auprès de 13 301 personnes concluait que les hommes et les femmes n'étaient finalement pas si différents que cela et qu'ils possédaient bien plus de points communs que ne le laissait suggérer l'ouvrage de John Gray. Alors pourquoi n'en serait-il finalement pas de même pour le Cloud et l'Open Source?

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl

La fin des cookies tiers ne répond pas au besoin de contrôle des internautes sur leurs données

Pour le moment, la plupart des solutions alternatives aux cookies privilégient l’objectif commercial aux dépens des attentes des internautes. Piqsels , CC BY-SA Par  Carlos Raúl Sánchez Sánchez , Montpellier Business School – UGEI ; Audrey Portes , Montpellier Business School – UGEI et Steffie Gallin , Montpellier Business School – UGEI Les révélations du Wall Street Journal contenues dans les « Facebook Files » , publiés en septembre dernier, ont une nouvelle fois montré que les utilisateurs s’exposaient à des risques liés à la divulgation des informations personnelles. Les réseaux sociaux ne sont pas les seuls en cause : les nombreux data breach (incidents de sécurité en termes de données confidentielles) rendus publics, illustrent régulièrement la vulnérabilité des individus face à une navigation quotidienne sur les moteurs de recherche, sites de e-commerce et autres ayant recours à des « cookies tiers » , ces fichiers de données envoyés par

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé